Ville de Pointe-Claire

Ville de Pointe-Claire

17 juil. 2008 14h47 HE

Déclaration du maire de la Ville de Pointe-Claire-Frais de représentation

VILLE DE POINTE-CLAIRE, QUEBEC--(Marketwire - 17 juillet 2008) - Note aux salles de rédaction et aux journalistes - Cette déclaration a été préparée en réponse aux questions des représentants des médias, reliées aux frais de représentation du maire de la Ville de Pointe-Claire, M. Bill McMurchie, suite à l'article de M. Eric Clément paru dans La Presse du 15 juillet 2008. (Please note that this statement has been sent to English medias yesterday).

Déclaration aux médias :

"Parmi toutes les vertus humaines, l'honnêteté et la capacité d'être digne de confiance sont parmi celles que je considère essentielles à la vie publique. Ma réputation, en ce sens, m'importe beaucoup et, en plus de 50 ans où j'ai oeuvré au sein des services publics, j'ai toujours été ouvert et extrêmement méticuleux dans l'utilisation des fonds publics.

Dans l'article publié dans La Presse du 15 juillet 2008, concernant les dépenses des maires de la banlieue Ouest, Monsieur Clément a oublié de mentionner mon grand souci du détail et de la précision. S'il avait pris le temps de faire une enquête rigoureuse, il aurait constaté mon attitude frugale en ce qui a trait à l'usage des fonds publics.

La Ville de Pointe-Claire me fournit un téléphone cellulaire pour que je sois continuellement accessible. Chaque mois, je rembourse à la Ville mes appels personnels faits sur ce téléphone. Récemment, mes primes mensuelles d'assurance automobile ont baissé. Lorsque je m'en suis rendu compte, quatre mois plus tard, je me suis empressé de rembourser à la Ville un montant de 240 $, correspondant à la diminution de prime dont j'avais bénéficié. Lorsque j'ai été réélu, j'ai changé de véhicule; j'ai opté pour une Lexus, plutôt que pour une Toyota Camry. Cependant, je rembourse régulièrement à la Ville la différence du coût de location entre les deux automobiles.

Les frais encourus par mon véhicule représentent l'élément individuel le plus important inclus à mes réclamations de dépenses de fonction. A titre de premier magistrat d'une municipalité dotée d'un budget annuel de 65 $ millions, il n'y a pas un jour où je n'utilise pas mon véhicule pour exercer mes fonctions de maire. Je suis certain que nos citoyennes et nos citoyens ne questionnent pas la légitimité de cette dépense.

De plus, ils comprennent tout aussi bien les dépenses reliées aux déplacements à Québec pour représenter les intérêts importants de notre Ville au sujet de la Loi 22; de même que celles rattachées au transport vers les réunions de la Fédération canadienne des municipalités, où ont lieu des échanges importants d'information et de technologie, rattachés à la gouvernance municipale.

Je suis certain que nos citoyennes et citoyens appuient la décision du conseil municipal de contribuer annuellement à trois collectes de fonds importantes, soit celles de Partage-Action de l'Ouest-de-l'Ile, de l'Hôpital général du Lakeshore et de la Chambre de commerce de l'Ouest-de-l'Ile de Montréal; parce qu'ils reconnaissent, tout comme le conseil municipal, la valeur de la présence de ces organismes et des services qu'ils rendent à l'ensemble de la communauté.

Je suis convaincu de l'appui des citoyens de Pointe-Claire en ce qui concerne mes dépenses et celles des membres du conseil municipal; car, je tiens à le préciser, ces informations sont accessibles au public, et elles l'étaient, même avant mon entrée en fonction. Les citoyens, autant que mes collègues conseillers, ont déjà eu de nombreuses occasions de questionner ces débours, et ils continueront de pouvoir le faire.

Je tiens à ma réputation, basée sur des qualités morales d'intégrité et de rigueur. Je ne peux accepter qu'elle soit attaquée ou discréditée sur la base d'un regard jeté à la hâte sur un dossier comptable et sur la rédaction d'un article incomplet, dont le manque de précision porte à confusion. S'il est un domaine où l'honneur et le jugement doivent se combiner, c'est bien quand on tente d'éclairer les lecteurs de bonne foi sur des questions de finances publiques. Sans précisions suffisantes dans l'article de M. Clément, il a été facile pour plusieurs, ce qui a d'ailleurs été fait, de conclure que je dépensais plus de 23 000 $ par année en repas au restaurant.

J'endosse sans hésitation chaque dépense que j'ai réclamée. Dès maintenant, j'examinerai les dépenses soumises au cours de la dernière année et je préparerai un compte-rendu précis et fidèle, à titre d'information à rendre disponible aux citoyennes et aux citoyens et de Pointe-Claire."

Bill McMurchie, Maire de la Ville de Pointe-Claire

Renseignements