SOURCE: RoboticOncology.com

roboticoncology.com

30 déc. 2013 11h49 HE

Dépistage du cancer de la prostate : rien à craindre

Le Dr. David B. Samadi, MD, chirurgien robotique de la prostate éradique les craintes des hommes vis-à-vis du toucher rectal (TR) et de la biopsie de la prostate

NEW YORK, NY--(Marketwired - Dec 30, 2013) - Lorsqu’il s’agit du dépistage du cancer de la prostate, le test de, l’antigène prostatique spécifique (APS) n’est que le début. Ce test sanguin de routine est utilisé pour évaluer la stabilité du niveau de l’APS chez un homme et l’éventuelle présence du cancer de la prostate. Cependant, le test de l’APS ne suffit pas à lui seul. Le toucher rectal (TR), associé à un simple examen physique, nous renseigne bien plus sur l’état sain de la prostate d’un homme. Malheureusement, ceci est une étape rebutée pas un certain nombre d’hommes.

Le Dr. David B. Samadi, MD, président de l’urologie et chef de la chirurgie robotique à l’Hôpital Lenox Hill, s’est engagé à aider les hommes à constater l’importance, la facilité et la sécurité du diagnostic du cancer de la prostate. Le mois dernier, Les animateurs de l’émission TODAY, Matt Lauer et Al Roker, ont invité le Dr. Samadi à leur effectuer, en direct mais en coulisses, le TR pour dépister le cancer de la prostate pour ainsi démontrer à quel point ce test effectivement rapide et indolore.

« Le TG vous procure, en moins d’une minute, une quantité surprenante d’informations sur la prostate d’un homme. Si Matt et Al ont pu subir un test de 34 secondes à la télé, d’autres hommes peuvent sûrement faire de même dans l’intimité de ma clinique », a déclaré le Dr. Samadi.

TG sans gêne

Un toucher rectal n’est que la simple signification de ce terme. Le médecin utilise un doigt ganté pour sentir les irrégularités, les grosseurs ou les parties durcies de la prostate. Bien que ce test n’est pas ce que certains hommes réclament, la recherche suggère que le TG peut être tout aussi important que le test de l’APS, si ce n’est plus.

Une étude menée en 2012 par le Collège de médecine de l’Université Penn State a démontré l’efficacité du TG dans la détection des tumeurs cancéreuses de la prostate. Parmi les cancers de la prostate diagnostiqués chez les participants à l’étude, 31 pour cent ont été dépistés au cours du TG et non suite à un test sanguin de l’APS.

http://canjurol.com/abstract.php?ArticleID=2439&PMID=23228289&version=1.0

Biopsie prostatique et risque d’infection

Les résultats des tests de l’APS associés au TR procurent une mine d’informations. En cas de nécessité, l’étape suivante dans le diagnostic du cancer de la prostate serait une biopsie prostatique. L’on recourt à cette biopsie à l’aiguille pour diagnostiquer d’une manière définitive la présence de cellules cancéreuses de la prostate et pour déterminer leur gravité. Après l’analyse microscopique des tissus de la prostate, une cote de Gleason est attribuée pour quantifier le type et l’agressivité de la maladie.

Lors d’une biopsie prostatique en clinique, des échantillons tissulaires sont recueillis à l’aide d’une aiguille fine qui guide une sonde à ultrasons à travers la paroi du rectum dans la glande prostatique. Alternativement, l’aiguille peut aussi être introduite à travers le périnée, la zone de la peau située entre le rectum et le scrotum. Un gel anesthésiant est appliqué au site d’introduction de l’aiguille pour atténuer l’effet intimidant de la procédure. Une légère gêne peut être ressentie dans les jours qui suivent la biopsie.

Tout comme le test de l’APS, la biopsie prostatique implique une certaine controverse. Certains spécialistes avertissent que la conduite de la procédure à travers le rectum peut provoquer l’intrusion de bactéries rectales dans la prostate et causer ainsi une infection. D’autres, comme le Dr. Samadi, pensent que ce test est sûr et nécessaire. Des médicaments prophylactiques sont utilisés avant et après la biopsie pour prévenir l’infection, et des écouvillons pré-biopsie sont utilisés pour identifier les bactéries résistantes aux antibiotiques.

« La biopsie vise à exclure l’existence d’un cancer ou à définir ce dernier », a déclaré le Dr. Samadi. « C’est le seul test du cancer de la prostate que nous considérons définitif et sur la base duquel nous formulons des recommandations de traitement et agissons en fonction de ce que nous apprenons. Ces informations sont sûres à obtenir et trop importantes pour les ignorer. »

Sites Web connexes:

Centre du cancer de la prostate à l’Hôpital Lenox Hill – Cliquez ici
http://www.lenoxhillhospital.org/prostatecancer.aspx
http://www.roboticoncology.com/
http://www.roboticoncology-fr.com/

Vidéos connexes:

Le Dr. David Samadi de l’Hôpital Lenox Hill effectuant des examens de la prostate pour Matt Lauer et Al Roker – Cliquez ici http://www.media.roboticoncology.com/tv-interviews/lenox-hill-s-dr-david-samadi-performs-prostate-exams-on-matt-lauer-al-roker/#sthash.8m4RHOhc.dpuf

Renseignements



  • David B. Samadi, M.D.
    Président de l'urologie
    Chef de la chirurgie robotique à l’Hôpital Lenox Hill

    Tél: 1-212-365-5000
    Fax: 1-646-692-6744

    Adresse:
    485 Madison Avenue
    21ème étage
    New York, NY 10022

    http://www.roboticoncology.com/contact/