Société Parkinson Canada

Société Parkinson Canada

16 nov. 2010 17h28 HE

Des chercheurs d'Ottawa se rapprochent des causes et du traitement de la maladie de Parkinson en étudiant les protéines, les mutations génétiques et d'éventuels traitements médicamenteux

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 16 nov. 2010) - Aujourd'hui, la Société Parkinson Canada a appuyé quatre scientifiques d'Ottawa dont les recherches portent sur les causes de la maladie de Parkinson en leur accordant un montant total de 120 000 $ lors d'une activité organisée par la Société Parkinson d'Ottawa. Ce fut également l'occasion de rendre hommage aux bénévoles et donateurs dévoués qui recueillent des fonds lors de la Grande randonnée Parkinson. Les boursiers sont David Park, Mohammad Parsanejad, Dr Michael Schlossmacher et Julianna Tomlinson, tous de l'Université d'Ottawa. Ces bourses contribueront à déterminer les causes de la maladie de Parkinson et à trouver un moyen d'améliorer la qualité de vie des Canadiens qui sont atteints de cette maladie progressive du cerveau. Lors de la Grande randonnée Parkinson annuelle, en septembre dernier, plus de 600 citoyens d'Ottawa ont fait un don, permettant d'atteindre une somme de 147 906 $ et de contribuer au total de 2,8 millions de dollars recueillis dans les 89 localités participantes du Canada.

Le Dr Michael Schlossmacher, clinicien et chercheur, surtout connu pour ses découvertes scientifiques dans le domaine des troubles du mouvement, y compris les facteurs de risque génétiques dans la maladie de Parkinson, et Julianna Tomlinson, boursière postdoctorale de la division des neurosciences travaillant avec le Dr Schlossmacher, ont reçu un financement pour examiner les médicaments existants et déterminer s'ils peuvent diminuer la quantité d'alpha-synucléines, une protéine présente dans les cellules du cerveau des personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Dans l'affirmative, le repositionnement de ces médicaments contribuera à traiter plus tôt les personnes atteintes et à ralentir la maladie.

David Park, vice-doyen à la recherche et professeur au Département de médecine cellulaire et moléculaire de l'Université d'Ottawa, a reçu une bourse d'un an au montant de 45 000 $ pour un projet pilote qui permet de saisir l'interaction entre une protéine essentielle connue sous le nom de CDK-5 et une deuxième protéine connue sous le nom de J1P1 et de mieux comprendre ce qui provoque la mort des cellules du cerveau. La protéine CDK-5 est ce que David Park nomme un signal maître qui agit comme un interrupteur pour réguler la mort de neurones producteurs de dopamine. 

Mohammad Parsanejad, candidat au doctorat en neurosciences travaillant dans le laboratoire de David Park, a reçu une bourse d'études supérieures de deux ans au montant de 30 000 $ pour étudier le gène DJ-1 qui, lorsqu'il mute, peut causer la maladie de Parkinson.

« Nous sommes très fiers des résultats sans précédents que nous avons obtenus cette année, lors de la Grande randonnée Parkinson, a déclaré Dennise Taylor-Gilhen, la présidente-directrice générale de la Société Parkinson d'Ottawa. Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson sont stimulées parce que les fonds qu'elles ont recueillis avec l'aide des membres de leurs familles, de leurs amis et de leurs collègues financeront la recherche effectuée dans notre collectivité. Cette recherche permet d'espérer que nous trouverons des solutions à cette maladie dévastatrice. »

La Grande randonnée Parkinson a lieu à Ottawa depuis 15 ans. Tout en poursuivant la recherche d'un remède, le milieu canadien de la recherche sur la maladie de Parkinson s'est fixé comme priorités d'établir plus rapidement le diagnostic précoce et de découvrir de nouvelles thérapies permettant de stopper ou de ralentir la progression de la maladie.

« Certains des meilleurs spécialistes de la recherche sur la maladie de Parkinson au Canada travaillent à Ottawa, affirme Joyce Gordon, PDG de la Société Parkinson Canada. Chaque nouveau biomarqueur, chaque nouveau traitement médicamenteux, chaque nouvelle protéine donne l'espoir d'une vie meilleure aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Chaque nouveau projet financé par notre Programme national de recherche nous rapproche de la découverte d'un remède. »

Cette année, la Société Parkinson Canada versera 1,3 million de dollars par le biais de plus de 30 bourses de recherche, de projets pilotes, de nouveaux chercheurs, de recherche fondamentale, de recherche clinique et d'études supérieures pour soutenir les nouvelles idées et intéresser les jeunes scientifiques canadiens à choisir de chercher à mieux comprendre la maladie de Parkinson.

Il n'existe actuellement aucun remède à la maladie de Parkinson. Les mouvements sont contrôlés par la dopamine, une substance chimique qui transporte des signaux entre les nerfs du cerveau. La maladie apparaît lorsque des cellules qui produisent habituellement de la dopamine meurent.

La Société Parkinson Canada se consacre depuis 1965 à des services d'éducation, de soutien, de recherche et de défense des intérêts des Canadiens atteints de la maladie de Parkinson. Il existe 235 sections et groupes de soutien au Canada.

Renseignements