Société canadienne du sida

Société canadienne du sida

24 nov. 2011 07h45 HE

Des coûts de 1,3 million $ par personne qui contracte le VIH, estime la Société canadienne du sida

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 24 nov. 2011) - La Société canadienne du sida rend public aujourd'hui un rapport où l'on estime que l'impact économique de 3 070 nouveaux cas d'infection par le VIH, au Canada en 2009, implique un coût à vie s'élevant à 4 031 500 000 $, soit environ 22 % de plus qu'estimé par le passé.

En ce 24 novembre, première journée de la Semaine nationale de sensibilisation au VIH/sida, la publication du rapport - Le coût économique du VIH/sida au Canada, rédigé par JoAnn Kingston-Riechers, Ph.D., de l'Institute of Health Economics et du Département d'obstétrique et de gynécologie de l'Université de l'Alberta - est un rappel qui porte à réfléchir aux répercussions de ces quelques 3 070 nouveaux cas de VIH enregistrés annuellement, au Canada. Le rapport aborde les coûts des traitements et les coûts associés à la perte de productivité découlant d'heures de travail manquées, pendant la durée de la vie des personnes ayant récemment contracté l'infection (à partir de 2009).

« Nous sommes conscients que cela ne se limite pas à de simples chiffres », affirme d'entrée de jeu Monique Doolittle-Romas, directrice générale de la Société canadienne du sida. « Vivre avec le VIH affecte la qualité de vie de la personne. Nous considérons ce rapport comme une occasion de parler des besoins des personnes vivant avec le VIH au Canada. »

La valeur en dollars de cet impact sur la qualité de vie ayant été estimée à 380 000 $ par personne, lorsqu'ajoutée aux coûts en soins de santé (250 000 $/personne) et à la perte de productivité (670 000 $/personne) nous arrivons à une somme qui donne à réfléchir. En 2009, année où il y a eu un nombre estimé de 3 070 nouvelles infections, le coût total a atteint un peu plus de 4 milliards $. Bref, le VIH/sida coûte aux Canadiens 1,3 million $ par nouveau cas de VIH diagnostiqué. Mais ce n'est pas une question d'argent - la considération principale est celle des vies qui sont affectées.

Al McNutt, président bénévole du conseil d'administration de la Société canadienne du sida (SCS), nous le rappelle : « Le VIH est complètement évitable, par la prévention; et en dépit de ces statistiques alarmantes, il y a des réussites en matière de prévention du VIH au Canada : le nombre de nouveaux cas au milieu des années 80 dépassait les 6 000 par année, et a été estimé en 2009 à 3 070. »

« Il s'agit d'une bonne nouvelle », affirme McNutt. Le défi, à présent, est de joindre les personnes qui sont à risque de contracter le VIH. « Nous avons besoin d'interventions adaptées aux diverses cultures, pour contrer la propagation du VIH », affirme-t-il. Voilà une raison qui explique la nécessité, aujourd'hui plus que jamais, de financer adéquatement la riposte au VIH/sida. Les nouveaux cas d'infection peuvent être évités par une hausse des investissements dans des campagnes de prévention.

Cette année, pour la Journée mondiale du sida et la Semaine nationale de sensibilisation au sida, la SCS a créé une campagne nationale sous le thème « Agissons! », avec l'appui financier du gouvernement fédéral et des Laboratoires Abbott. Le message, disséminé par le biais des médias sociaux, d'un concours Youtube et d'une affiche imprimée, est bien simple : nous pouvons tous et toutes faire quelque chose contre la propagation du VIH au Canada. Et l'argument économique pour agir n'a jamais été si évident.

« En aidant à contrer la transmission du VIH, nous faisons beaucoup plus que des économies d'argent : nous changeons la vie d'un ami, d'une amie, d'un collègue ou d'un membre de notre communauté », souligne Mme Doolittle-Romas. « N'est-ce pas le moment pour que nous agissions tous? »

« En constatant les coûts humains et financiers liés au VIH/sida, il devient encore plus évident que nous devons tous accroître nos efforts pour prévenir et traiter cette maladie destructrice », lance Russell Williams, président des Compagnies de recherche pharmaceutique du Canada. « Nous sommes fiers d'appuyer l'étude de la Société canadienne du sida, qui apporte une contribution inestimable à la sensibilisation ainsi qu'au soutien des personnes vivant avec le VIH/sida au Canada. »

Le rapport est accessible sur Internet à http://www.cdnaids.ca/economique et des exemplaires imprimés sont disponibles sur demande. La Société canadienne du sida remercie les Compagnies de recherche pharmaceutique du Canada, pour l'appui et le financement accordés au développement et à la production du document.

Au sujet de la Société canadienne du sida

La Société canadienne du sida est une coalition nationale de plus de 120 organismes communautaires de lutte contre le VIH/sida, des quatre coins du Canada. Vouée au renforcement de la réponse au VIH dans tous les secteurs de la société, elle travaille aussi à enrichir la vie des personnes et communautés affectées par le VIH/sida. Elle accomplit sa mission en faisant valoir les droits et intérêts des personnes et communautés affectées par le VIH/sida, en favorisant le développement de programmes, services et ressources pour ses organismes membres et en offrant un cadre national pour la participation communautaire à la réponse du Canada au VIH/sida.

Renseignements

  • Lauryn Kronick, conseillère aux communications
    Société canadienne du sida
    613.230.3580 (poste 130)
    laurynk@cdnaids.ca