Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) - Ontario

Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) - Ontario

28 août 2012 16h07 HE

Des milliers de personnes manifestent à Queen's Park pour défendre le système d'éducation et appuyer les travailleurs de soutien des conseils scolaires

"Notre engagement est inébranlable - nous nous opposerons à cette attaque sans précédent jusqu'en Cour Suprême", promet le Président du SCFP Ontario, Fred Hahn

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 28 août 2012) - Des milliers d'Ontariens qui se préoccupent des jeunes et de leur éducation se sont rassemblés aujourd'hui à Queen's Park afin de faire connaître leur opposition à l'attaque sans précédent lancée par le gouvernement McGuinty contre les travailleurs de l'éducation.

Il y a des années que ce gouvernement affirme haut et fort que l'intimidation ne peut être tolérée dans nos écoles. Quel exemple Dalton McGuinty donne-t-il en tentant de retirer leurs droits fondamentaux à tous les travailleurs dont la tâche est d'offrir aux étudiants l'éducation qu'ils méritent? C'est la question que pose Fred Hahn, Président de la Division de l'Ontario du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP Ontario).

La manifestation d'aujourd'hui était une initiative de la Fédération des enseignantes et enseignants de l'élémentaire de l'Ontario (FFEO) avec le SCFP et la Fédération des enseignantes et enseignants des écoles secondaires de l'Ontario (FEESO), qui ont pris part à l'événement afin de protester contre le dépôt hier, par le gouvernement McGuinty, d'une loi qui, si elle est adoptée, privera les travailleurs des conseils scolaires de leur droit de base à la libre négociation collective avec leurs employeurs.

« La seule façon de contrer l'intimidation est de faire preuve de fermeté et de dénoncer l'intimidation. Notre engagement est inébranlable. Nous nous opposerons à cette attaque sans précédent jusqu'en Cour Suprême si nécessaire, a dit M. Hahn. Les Ontariens le méritent.»

Deux fois déjà, dans la décision sur les services de santé et la décision Fraser, la Cour Suprême a réaffirmé le droit des travailleurs à la libre négociation collective, bloquant ainsi les tentatives des gouvernements de leur retirer ce droit.

« Cette loi inutile ne résistera pas à l'analyse des tribunaux. Plutôt que de dépenser des millions de dollars provenant des contribuables à tenter de défendre l'indéfendable, le gouvernement McGuinty devrait laisser aux conseils scolaires et à leurs employés la latitude nécessaire pour négocier des conventions collectives équitables pour tous - les élèves, les parents, les conseils scolaires et les milliers de travailleurs sur lesquels repose notre système d'éducation », a ajouté M. Hahn.

« La véritable raison du dépôt de cette loi est que les libéraux tentent désespéramment de trouver une façon de remporter les élections partielles dans Kitchener-Waterloo et Vaughan. Et pour y arriver, ils ont inventé de toutes pièces une crise qui n'existe pas dans notre système d'éducation, le tout pour attirer l'attention du public sur autre chose que leur projet de couper plus de 2 milliards de dollars dans le système d'éducation, a dit M. Hahn en conclusion. Nous avons besoin d'un système d'éducation qui soit capable d'attirer et de retenir les meilleurs enseignants et les meilleurs travailleurs de soutien pour le bien des étudiants, alors que le plan de Dalton McGuinty vise l'inverse - comment assurer un meilleur avenir à nos enfants dans un tel contexte? »

Le SCFP Ontario représente 55 000 travailleurs de soutien des conseils scolaires qui seront touchés par le projet de loi du gouvernement.

Renseignements

  • Service des communications du SCFP
    Craig Saunders
    416-576-7316