Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

07 févr. 2014 15h43 HE

Des millions de Canadiens n'ont pas d'emplois stables

Le CTC réagit aux données sur l'emploi de janvier

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 7 fév. 2014) - Le Congrès du travail du Canada dit que, malgré le tableau idyllique présenté par les politiciens conservateurs, des millions de Canadiennes et de Canadiens n'arrivent pas à trouver d'emplois à temps plein bien rémunérés.

Ken Georgetti, président du CTC, réagissait à la publication par Statistique Canada de son Enquête sur la population active de janvier 2014. « Je suis très préoccupé par le nombre et la qualité des emplois qui ont été créés au Canada depuis la grande récession, et les nouvelles ne sont pas bonnes, indique M. Georgetti. Le ministre des Finances et d'autres membres du gouvernement essaient de prétendre qu'ils ont continué à créer des emplois, mais le bilan des dernières années est en réalité assez désastreux. Les compétences des travailleuses et travailleurs canadiens sont sous-utilisées. »

Statistique Canada estime qu'il y avait 1 333 200 sans-emploi au Canada en janvier, mais M. Georgetti dit que ces chiffres ne rendent pas compte de la réalité. « Il faut ajouter à ce chiffre les personnes qui occupent des emplois mal rémunérés à temps partiel qui aimeraient être employées à temps plein. Vous devez également ajouter les personnes qui sont tellement découragées qu'elles ont renoncé à chercher du travail. Une fois les chiffres comptabilités, il y avait près de 2,8 millions de Canadiennes et de Canadiens qui n'ont pas pu participer pleinement à la population active en 2013. C'est un énorme gaspillage de talent et de compétences. »

Parmi les emplois qui ont été récupérés depuis la récession de 2008-2009, on trouve un nombre disproportionné d'emplois précaires et à temps partiel. Les emplois à temps partiel ont progressé deux fois plus vite que les emplois à temps plein et représentent 40 % de la croissance de l'emploi entre 2008 et 2013. Les postes à temps partiel représentent 19 % de tous les emplois. Toute la croissance des emplois à temps partiel était involontaire, parce que les personnes à la recherche d'un emploi à temps plein n'ont trouvé que du temps partiel. Plus de 20 % de tous les emplois sont peu rémunérés, et le salaire minimum n'a pas suivi le rythme de l'inflation dans la plupart des provinces. Tout cela ne fait que gonfler les rangs des travailleurs pauvres au Canada.

M. Georgetti indique que le nombre de personnes qui ne peuvent pas trouver un emploi stable a augmenté au cours des années durant lesquelles le gouvernement a offert des allègements fiscaux aux sociétés. « Les bons emplois permettant de subvenir aux besoins d'une famille sont essentiels à la réussite économique du Canada, et les réductions de l'impôt des sociétés ne donnent rien. En fait, les réductions de l'impôt des sociétés n'ont absolument rien donné, sauf d'énormes bénéfices pour les sociétés dont n'ont pas bénéficié les Canadiens qui ont payé la note. »

M. Georgetti ajoute : « Je reçois continuellement des lettres de gens qui ne réussissent pas à trouver un emploi décent et de parents dont les enfants ne trouvent aucun travail. Mais beaucoup de ces réalités ne sont pas comptabilisés dans les statistiques officielles sur l'emploi chaque mois. C'est injuste pour les travailleurs et leurs familles. »

Analyse rapide de Sylvain Schetagne, économiste en chef du CTC

Le marché du travail est plus faible que l'on pourrait penser à la lecture des statistiques d'aujourd'hui. Après une baisse de 46 000 emplois en décembre 2013, le nombre d'emplois a augmenté de 29 400 en janvier 2014, de sorte que les pertes d'emplois en décembre n'ont pas été récupérés en janvier. Le taux de chômage est passé à 7,0 %, en partie par la baisse du nombre de Canadiens actifs sur le marché du travail qui a été réduit de 20 900. De nombreuses personnes découragées ont quitté le marché du travail parce qu'elles sont incapables de trouver des emplois décents. La quasi-totalité de la croissance de l'emploi en janvier 2014 s'est produit chez les travailleurs autonomes, avec une augmentation de 28 300 emplois. Le sous-emploi, qui inclut les personnes sans emploi, celles qui sont incapables d'obtenir un emploi à plein temps et les personnes découragées qui ne cherchent même plus, n'a pas diminué de façon significative au cours de la dernière année. En 2013, 14,4 %, soit 2,8 millions de travailleurs et travailleuses, étaient en chômage ou sous-employés. En fait, le nombre d'emplois créés au cours de l'année dernière n'était pas suffisant pour absorber la croissance démographique. Le pourcentage de la population en âge de travailler ayant un emploi et le pourcentage de la population active sur le marché du travail a diminué de 0,3 % au cours des 12 derniers mois. Les mesures d'austérité du gouvernement ne font que nuire à la création d'emplois. Il y a avait 16 000 emplois de moins dans l'administration publique en janvier 2014, soit une perte de 57 500 emplois (- 5,9 %) au cours des douze derniers mois.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,3 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 130 conseils du travail régionaux.

Site Web : www.congresdutravail.ca

Suivez-nous sur Twitter : @CanadianLabour

Renseignements

  • Sylvain Schetagne
    Economiste en chef, CTC
    613-526-7445

    Dennis Gruending,
    Communications, CTC
    613-526-7431
    Cell.-SMS : 613-878-6040
    dgruending@clc-ctc.ca