Association des parcs de recherche et technopoles du Québec

Association des parcs de recherche et technopoles du Québec

17 juin 2008 14h38 HE

Des parcs de recherche et technopoles du Québec sont menacés de mettre fin à leurs activités au cours des prochaines semaines

QUEBEC, QUEBEC--(Marketwire - 17 juin 2008) - L'Association des parcs de recherche et technopoles du Québec (APRTQ) invite une fois de plus le gouvernement du Canada à revoir sa décision de mettre fin au financement d'organismes à but non lucratif (OBNL) à vocation économique, faute de quoi quatre de ses membres risquent de mettre fin à leurs activités au cours des prochaines semaines.

"Nous nous expliquons mal la logique et l'entêtement du ministre responsable de Développement économique Canada, monsieur Jean-Pierre Blackburn, à défendre une telle décision, eu égard au fait que le réseau des 11 parcs technologiques et technopoles répartis sur l'ensemble du territoire québécois est le principal sinon le seul véritable partenaire associatif des gouvernements du Québec et du Canada dans la mise en oeuvre de leurs politiques respectives en matière de recherche et d'innovation, particulièrement dans la démarche ACCORD du gouvernement du Québec", a indiqué la présidente de l'APRTQ, madame Carole Voyzelle aussi présidente-directrice générale du Parc technologique du Québec métropolitain.

Les parcs technologiques au centre de l'existence et du développement des entreprises et institutions de haute technologie

L'APRTQ comprend mal la décision du ministre Blackburn qui repose sur l'idée qu'une aide financière directement versée aux entreprises est plus rentable et efficace que celle versée aux OBNL à vocation économique. "Il n'y a rien de plus faux, a tenu à rappeler la présidente de l'association, puisque nos membres développent et offrent des services à près de 300 entreprises et institutions de haute technologie qui emploient quelque 25 000 personnes. L'expertise que nous avons développée favorise le développement et la croissance de ces entreprises."

Par conséquent, et à très court terme, quatre membres de l'APRTQ, soit la Technopole Vallée du Saint-Maurice (Trois-Rivières), la Technopole maritime du Québec (Rimouski), la Technopole de la région de Thetford et le Parc biomédical de Sherbrooke risquent de mettre fin à leurs activités en l'absence d'un financement adéquat. C'est une situation critique et sans retour pour ces organismes.

Pour toutes ces raisons, madame Voyzelle demande au gouvernement du Canada, et de façon incidente, au gouvernement du Québec "de ne pas laisser tomber l'APRTQ et ses membres".

A propos de l'APRTQ

L'APRTQ a été créée en 1998 et s'est donnée comme mission de regrouper les parcs technologiques et technopoles du Québec de calibre international pour en assurer le développement harmonieux, la synergie et le rayonnement au Québec et à l'étranger. A ce jour, elle compte 11 membres : le Parc technologique du Québec métropolitain, Laval Technopole, le Technoparc Montréal, Saint-Hyacinthe Technopole, Varennes Développement, le Parc biomédical de Sherbrooke, Développement économique Longueuil et la Technopole Vallée du Saint-Maurice, Technopole maritime du Québec, Technopole de la région de Thetford et Technoparc Bromont.

www.aprtq.com

Renseignements

  • Parc technologique du Québec métropolitain
    Caroline Girard
    Directrice communication-marketing
    418-650-2210
    cgirard@parctechno.qc.ca
    ou
    Parc biomédical de Sherbrooke
    Pierre Quirion
    Directeur général
    819-340-3140
    pq@biomed.com
    ou
    Technoparc Montréal
    Mario Monette
    Président-directeur général
    514-956-2525
    monet@technoparc.com