Plan fiduciaire canadienne de bourses d'études

Plan fiduciaire canadienne de bourses d'études

18 nov. 2013 05h32 HE

Des parents canadiens sont prêts à s'endetter ou même à retarder leur retraite pour donner à un enfant la possibilité de jouer au hockey ou de participer à d'autres activités

TORONTO, ONTARIO--(Marketwired - 18 nov. 2013) - Trois parents canadiens sur cinq (61 pour cent) disent qu'eux-mêmes, ou quelqu'un qu'ils connaissent, ont emprunté des fonds ou utilisé leur épargne-retraite pour permettre à un enfant de faire du hockey ou de participer à d'autres activités parascolaires.

Des parents dépensent jusqu'à 10 000 $ par an pour que leurs enfants puissent jouer au hockey selon le livre Selling the Dream. « Certains parents dépensent énormément pour le hockey. Et c'est très bien. Nous devrions tous poursuivre nos rêves. Mais qu'en est-il du rêve des études postsecondaires? Des parents sont prêts à dépenser 10 000 $ par an pour que leur enfant joue au hockey, mais pas à équilibrer cela avec un investissement dans un REEE, » dit Ken Campbell, rédacteur principal du The Hockey News et auteur du livre à succès Selling the Dream. « Les parents me demandent souvent 'Que devrais-je faire pour que mon fils ou ma fille obtienne une bourse?' Et je leur réponds 'Si vous preniez la totalité des fonds que vous investissez dans le hockey et le mettiez dans un REEE, votre fils (ou votre fille) n'aura pas besoin d'une bouse.' Approximativement 0,1 pour cent des enfants qui jouent au hockey participeront à un seul match dans la LNH. Alors que beaucoup plus iront à l'université ou au collège. »

Le ménage moyen dépense 1 500 $ sur les frais liés au hockey1 ― moins que ce que le ménage canadien typique n'investit dans l'épargne-études (1 455 $ par an). Moins de la moitié des familles canadiennes possèdent un régime enregistré d'épargne-études ou REEE (45 pour cent) 2, bien qu'elles sachent qu'il leur faudrait épargner en premier lieu pour les études plutôt que pour le hockey.

Un sondage Léger commandé par Consultants C.S.T. inc. (CST), l'un des plus importants fournisseurs de REEE au Canada, indique que 60 pour cent des parents reconnaissent qu'il est plus important pour eux de commencer à investir en vue des études postsecondaires que de dépenser de l'argent sur des activités parascolaires comme le hockey.

Le sondage a également révélé qu'une majorité surprenante de parents, 89 pour cent, estime qu'il est important d'aider ses enfants à financer leurs études postsecondaires, surtout si l'on tient compte de l'augmentation soutenue des frais de scolarité.

Les frais de scolarité universitaires moyens ont augmenté de 3,3 pour cent pour passer à 5 772 $3 en 2013, et ils pourraient totaliser jusqu'à 9 000 $ par an d'ici 2026 (fondé sur un taux d'augmentation de 4 % d'une année sur l'autre).

« Nous aimons le hockey. Mais les activités parascolaires ne devraient pas être financées au détriment de l'investissement dans l'avenir de votre enfant, dit Peter Lewis, vice-président chez CST. Le présent sondage montre que les Canadiens estiment que la planification des études supérieures devrait être une plus haute priorité. Un REEE pour votre enfant devrait être une obligation, surtout que le gouvernement canadien verse un montant égal à 20 pour cent des premiers 2 500 $ cotisés annuellement. Ces sont des fonds qui sont offerts par le gouvernement et il s'agit d'un placement à impôt différé pour l'avenir de votre enfant. »

Voici ce que disent les chiffres :

  • 38 pour cent des parents disent qu'eux-mêmes, ou quelqu'un qu'ils connaissent, ont emprunté des fonds (carte de crédit, ligne de crédit, prêt personnel ou familial) pour permettre à un enfant de poursuivre des activités parascolaires comme le hockey ou la natation.

  • 23 pour cent des parents disent qu'eux-mêmes, ou quelqu'un qu'ils connaissent, ont retardé leur retraite ou ont utilisé leur épargne-retraite (REER) pour permettre à un enfant de poursuivre des activités parascolaires comme le hockey ou la natation.

  • 51 pour cent des parents disent qu'eux-mêmes, ou quelqu'un qu'ils connaissent, dépensent plus d'argent pour permettre à un enfant de poursuivre des activités parascolaires que pour investir dans un régime d'épargne-études comme un REEE.

Le sondage Léger a été effectué entre le 1er et le 3 octobre 2013 sur un échantillon de 1503 Canadiens de 18 ans et plus. La marge d'erreur d'un échantillon aléatoire de la même taille serait de +/- 2,5 pour cent, 19 fois sur 20.

CST encourage les parents à s'informer à propos des REEE et de commencer à investir pour l'avenir de leur enfant.

En tant que parents, nous rêvons tous de voir nos enfants réussir dans la vie. C'est pour cette raison que CST lance une nouvelle initiative communautaire pour l'éducation. Nous invitons les communautés de hockey ― les équipes et les associations ― à nous dire ce qu'elles font pour leurs communautés et pour encourager la réussite scolaire auprès de leurs joueurs. En retour, elles pourront tenter leur chance de gagner 10 000 $ pour leur programme et pour aider des parents à alléger les frais du hockey. Pour en savoir plus sur ce programme, visitez le site www.audeladelalignebleue.org.

1 Sondage de la Banque Royale du Canada de 2011

² Emploi et développement social Canada (anciennement connu sous le nom de Ressources humaines et Développement des compétences Canada) - Rapport statistique annuel 2012

3 Statistique Canada - Le Quotidien - Frais de scolarité universitaires 2013/2014, Septembre 2013

À propos de CST

La Fondation fiduciaire canadienne de bourses d'études est une société à but non lucratif qui aide des familles à épargner en vue des études postsecondaires depuis plus de 50 ans. En qualité de filiale en propriété exclusive de la Fondation fiduciaire canadienne de bourses d'études, Consultants C.S.T. inc. (CST) est le distributeur et le gestionnaire des régimes du Plan fiduciaire canadien de bourses d'études. En se concentrant exclusivement sur la croissance et la protection des épargnes de ses titulaires de régime, CST gère à l'heure actuelle des actifs de 3,8 milliards de dollars pour plus de 280 000 familles canadiennes. CST a une force de vente de 640 représentants répartis d'un bout à l'autre du pays. La Fondation offre ses propres prix pour récompenser la réussite scolaire et l'engagement auprès de la communauté des étudiants de ses régimes collectifs qui poursuivent des études aux cycles supérieurs. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les REEE et sur CST, visitez le site www.cst.org ou suivez-nous sur twitter@cstconsultants et aimez-nous sur Facebook.

Renseignements

  • Consultants C.S.T. inc.
    Edyta McKay
    Directrice, communications de la société
    Cellulaire : 647-242-5433
    Edyta.McKay@cst.org

    SELECT Public Relations
    Andrew Findlater
    Cellulaire : 416 659-1197
    afindlater@selectpr.ca