Société canadienne d'hypothèques et de logement

Société canadienne d'hypothèques et de logement
Plan d'action économique du Canada

Plan d'action économique du Canada

12 sept. 2011 12h00 HE

Des prêts pour les infrastructures liées au logement consentis au comté de Richmond dans le cadre du Plan d'action économique du Canada

COMTÉ DE RICHMOND, NOUVELLE-ÉCOSSE--(Marketwire - 12 sept. 2011) - Le gouvernement du Canada a annoncé aujourd'hui qu'il accordait des prêts à faible coût à la municipalité du comté de Richmond pour des travaux d'infrastructures dans le cadre du Plan d'action économique du Canada.

L'annonce a été faite par l'honorable Peter MacKay, ministre de la Défense nationale et député de la circonscription fédérale de Nova-Centre, au nom de l'honorable Diane Finley, ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences et ministre responsable de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

« Notre gouvernement comprend l'importance des infrastructures pour la vitalité et la prospérité des collectivités, a déclaré le ministre MacKay. Ce programme contribue, ici dans le comté de Richmond et dans d'autres municipalités partout au Canada, à répondre aux besoins en matière d'infrastructures liées au logement. Le Plan d'action économique du Canada continuera de créer des emplois et de stimuler l'économie, ici en Nouvelle-Écosse et dans tous les coins du pays. »

Le comté de Richmond a reçu plus de 900 000 $ sous la forme de prêts à faible coût, aux termes du Programme de prêts pour les infrastructures municipales (PPIM) de la SCHL. Ces fonds servent à améliorer et à étendre les systèmes de traitement des eaux usées et d'égouts pour les résidents des collectivités d'Evanston et d'Arichat. C'est un bel exemple de la façon dont ce programme améliore les infrastructures de la collectivité tout en créant des emplois pour les Canadiens.

« L'octroi de fonds par la SCHL pour la station de traitement des eaux usées d'Evanston profite à tous nos contribuables, a indiqué John Boudreau, président du conseil de la municipalité du comté de Richmond. Les avantages découlant de ces économies sont importants pour une municipalité de notre taille. Nous sommes très heureux des liens que nous avons tissés avec la SCHL dans le cadre de ce projet. »

Dans le cadre du Plan d'action économique du Canada, la somme de deux milliards de dollars sur deux ans a été offerte aux municipalités sous forme de prêts directs à faible coût. L'offre de ces prêts pour les infrastructures municipales constituait une nouvelle source de fonds dont pouvait bénéficier n'importe quelle municipalité canadienne pour investir dans des travaux d'infrastructures liés au logement. Ces prêts à faible coût pouvaient également être utilisés par les municipalités pour financer leur contribution à des programmes fédéraux d'infrastructures à frais partagés.

Les projets admissibles visaient des infrastructures liées au logement, comme celles qui servent à l'alimentation en eau, à la production d'énergie et au traitement des déchets, ainsi que des infrastructures de transport local et d'autres aménagements à l'intérieur et aux abords de quartiers résidentiels, tels que voies de circulation, trottoirs, appareils d'éclairage, casernes de pompiers et espaces verts résidentiels.

Organisme national responsable de l'habitation au Canada depuis plus de 65 ans, la SCHL aide les Canadiens à accéder à un large éventail de logements durables, abordables et de qualité, tout en favorisant la création de collectivités et de villes dynamiques et saines partout au pays.

Pour en savoir plus sur ces mesures et toutes celles qui font partie du Plan d'action économique du Canada, élaboré en vue de stimuler l'économie et de protéger ceux qui sont le plus durement touchés par la récession mondiale, visitez le site Web www.plandaction.gc.ca.

DOCUMENT D'INFORMATION

AIDER LES MUNICIPALITÉS À DÉVELOPPER LEURS COLLECTIVITÉS

Programme de prêts pour les infrastructures municipales de la SCHL

Dans le cadre du Plan d'action économique du Canada, la somme de deux milliards de dollars a été offerte aux municipalités pendant deux ans, sous forme de prêts directs à faible coût pour la réalisation de travaux d'infrastructures liés au logement dans les villes, petites et grandes, d'un bout à l'autre du pays. Le Programme de prêts pour infrastructures municipales (PPIM) est administré par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

Ces prêts pour les infrastructures constituaient une nouvelle source de fonds dont pouvait bénéficier n'importe quelle municipalité canadienne pour investir dans des travaux d'infrastructures liés au logement. Seuls les travaux d'infrastructures se rapportant à des secteurs résidentiels, qu'ils soient nouveaux ou existants, ont été pris en considération.

Les projets d'infrastructures municipales admissibles devaient être directement liés au logement et donc contribuer au bon fonctionnement des secteurs résidentiels. Les travaux pouvaient viser des infrastructures qui assurent la prestation de services à l'habitation (alimentation en eau, traitement des eaux usées et des déchets solides) ou la production d'énergie, ainsi que des infrastructures de transport local et d'autres aménagements à l'intérieur ou aux abords de quartiers résidentiels, tels que voies de circulation, ponts et tunnels, trottoirs, éclairage, sentiers, aménagement paysager, casernes de pompiers et espaces verts résidentiels.

On a favorisé le financement de travaux qui étaient prêts à commencer, puisqu'il s'agissait d'une mesure temporaire à court terme visant à créer rapidement des emplois.

Ces prêts à faible coût ont permis d'abaisser considérablement les coûts d'emprunt des municipalités et pouvaient être utilisés par ces dernières pour financer leur contribution à des programmes fédéraux d'infrastructure à frais partagés.

Les prêts étaient consentis selon le principe du premier arrivé premier servi, dans la mesure où les propositions répondaient aux critères d'admissibilité. Afin de faciliter un accès équitable au Programme, on a invité les municipalités provenant de toutes les régions du Canada et situées tant en milieu urbain qu'en milieu rural à présenter des demandes.

La SCHL a sélectionné les demandes en fonction de l'admissibilité au Programme, de la possibilité d'une mise en chantier immédiate et des exigences de l'Agence canadienne d'évaluation environnementale.

Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez le site Web de la SCHL au www.schl.ca/plandactionlogement.

Renseignements

  • Giselle Thibault
    Conseillère, Communications et marketing
    SCHL
    902-426-8320

    Alyson Queen
    Attachée de presse
    Cabinet de la ministre Finley
    819-994-2482