Ville de Montréal - Cabinet du maire et du comité exécutif

Ville de Montréal - Cabinet du maire et du comité exécutif

14 juil. 2005 13h23 HE

Diagnostic des bibliothèques municipales de l'Ile de Montréal : Un outil essentiel à la consolidation et au développement

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 14 juillet 2005) - "Nous disposons maintenant d'un portrait détaillé de l'état de nos bibliothèques qui nous permet d'établir des objectifs précis et quantifiables. Nous savions qu'un rattrapage et une mise à niveau étaient nécessaires, mais maintenant nous pouvons établir précisément nos cibles et nos priorités. La force du réseau, la dynamique arrondissements-services centraux qui est à la fois respectueuse des autonomies locales et attentive aux besoins de l'ensemble, constitue un atout majeur dans la mise en place des conditions de réussite de notre stratégie de développement", a déclaré madame Francine Senécal, vice-présidente du comité exécutif, responsable de la culture et du patrimoine en présentant les résultats du diagnostic des bibliothèques municipales de l'île de Montréal.

Une étude novatrice

Rappelons que dans le Contrat de ville, le Gouvernement du Québec et la Ville de Montréal s'entendaient qu'avant de convenir de la mise en oeuvre d'un plan de consolidation du réseau des bibliothèques publiques, il était nécessaire de réaliser un diagnostic de l'ensemble des besoins de ce réseau.

Le diagnostic a été réalisé par la Ville de Montréal en collaboration avec le ministère de la Culture et des Communications. Les données mesurées portent sur l'an 2002, la première année de la constitution de la nouvelle ville, période durant laquelle la construction de la Grande Bibliothèque se poursuivait. L'étude propose un cadre novateur d'analyse qui s'affirme déjà comme une nouvelle référence en matière de recherche en bibliothéconomie. Elle présente de nouvelles pistes d'analyse dont celles concernant les aires de desserte (territoire desservi par une bibliothèque) et a établi certaines comparaisons avec les grandes villes canadiennes.



Un portrait précis et vivant de la spécificité montréalaise

Les collections (livres et documents)

- Depuis 1999, le nombre de livres par habitant à Montréal est
supérieur à l'ensemble du Québec.
- Globalement, la norme québécoise de 2,2 livres est respectée. Par
ailleurs, neuf (9) arrondissements sur les vingt-sept (27)
n'atteignent pas cette norme, accusant un déficit qui touche près
de 57 % de la population.
- En fonction de l'objectif de trois livres par habitant établi par
la Politique québécoise de la lecture et du livre, dix-huit (18)
arrondissements se situent toujours au dessous de cette cible.

Les heures d'ouverture

- La moitié de la population de l'île bénéficie de plus de 53 heures
d'ouverture par semaine, par arrondissement, un objectif fixé par
la Commission permanente des arts et de la culture.
- En ce qui a trait aux jours d'ouverture, on constate que 60% de la
population résidant dans 11 arrondissements, a accès au service de
bibliothèque 6 jours par semaine.
- Pour plus de la moitié de la population montréalaise, la
bibliothèque est ouverte 286 jours par année.

Le personnel (bibliothécaires et employés spécialisés)

- La Politique de la lecture et du livre a permis de constater que
sans intermédiaire humain, quelle que soit la qualité de l'offre
documentaire, les ressources de la bibliothèque demeurent sous-
utilisées.
- On constate une importante disparité entre les arrondissements en
terme de dotation de personnel. La majorité des arrondissements, 21
sur 27, se situe au dessous de la moyenne canadienne pour les
bibliothécaires, 12 d'entre eux étant sous la barre du 60%. La
norme canadienne des villes de 500 000 habitants et plus étant
établie à 0,76 bibliothécaire par tranche de 6 000 habitants.

Les espaces (places assises, salles de travail et d'animation,
rayonnage)

- Dix (10) arrondissements regroupant 16,8 % de la population
atteignent la moyenne canadienne de 57m2 par 1 000 habitants.
- Plus de la moitié des arrondissements, soit dix-sept (17) sur
vingt-sept (27), se situent sous la moyenne des grandes villes
canadiennes, huit (8) d'entre eux, n'atteignent pas la barre des 60
%. Au total 1 508 193 personnes sont touchées par ce manque
d'espace, ce qui représente plus de 80 % de la population.

La desserte (aire de service, localisation des bibliothèques)

- Tous les arrondissements offrent un service de bibliothèque. Treize
(13) arrondissements qui desservent la majorité de la population,
présentent une bonne localisation et un nombre suffisant de points
de services.
- Afin de prendre en considération l'extrême variation de la
population à desservir par chacune des bibliothèques, passant de 2
500 à près de 80 000 personnes, un modèle montréalais a été établi.
Selon ce modèle, le rayon de desserte devrait varier en fonction de
la densité de population. Ce modèle démontre un déséquilibre et des
disparités dans l'offre de service dont les superpositions et un
manque important de points de services dans plusieurs
arrondissements. Ce nouveau modèle permet également de planifier
leur emplacement en fonction de l'effet réseau et de partenariats
entre les bibliothèques. D'autres éléments ont fait l'objet d'une
analyse dans le cadre du diagnostic dont le taux de prêt, les
services et les systèmes de gestion documentaire.

Cap sur le développement

A compter de cet automne et en collaboration avec divers partenaires
dont le ministère de la Culture et des Communications, la Ville de
Montréal entend développer son plan de consolidation. Les actions
prioritaires de ce plan s'appuient sur les axes stratégiques de
développement et mettent l'accent sur l'accessibilité. Le plan
d'action se développera principalement en cinq temps :

- Augmentation des heures d'ouverture;
- Bonification des programmes de médiation;
- Ajout de personnel pour améliorer la médiation et les services aux
jeunes, notamment des bibliothécaires et des agents de liaison;
- Bonification des collections;
- Réalisation d'une dizaine de projets d'aménagements dont l'ajout de
points de services, des mises aux normes, des relocalisations ou
des agrandissements.


La diagnostic démontre que neuf (9) arrondissements sont particulièrement concernés par toutes ces actions prioritaires : Côtes-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Rosemont-La Petite-Patrie, Ahuntsic-Cartierville, Ville-Marie, Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Verdun, Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, LaSalle et Sud-Ouest. Ces arrondissements correspondent à des secteurs de défavorisation déjà identifiés par la Ville dans certains programmes d'action comme celui de Revitalisation urbaine intégrée.

"En cette année où Montréal a été désignée capitale mondiale du livre et où nous nous doterons de la première Politique de développement culturel, ce diagnostic et le plan de consolidation auquel il conduit, réaffirme notre volonté de faire de Montréal, une ville de lecture et une ville de savoir. Bien sûr, des étapes restent à franchir, mais le premier pas est déjà fait dans cette direction", a conclu madame Francine Senécal.

Le Service du développement culturel, de la qualité du milieu de vie et de la diversité ethnoculturelle de la Ville de Montréal, supervisé par le Comité des normes minimales de services s'est chargé de la production du diagnostic qui est disponible sur le site : www.ville.montreal.qc.ca/biblio

Renseignements

  • Source :
    Cabinet du maire et du comité exécutif
    Darren Becker
    (514) 872-6412
    ou
    Service du développement culturel
    de la qualité du milieu de vie et de la diversité ethnocultu
    Claire Rocher, Chargée de communication
    (514) 872-9082