Exportation et développement Canada

Exportation et développement Canada

24 avr. 2014 04h00 HE

EDC prévoit que la demande comprimée à l'échelle mondiale dynamisera la croissance des exportations en 2014 et en 2015

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 24 avril 2014) - Selon les nouvelles prévisions publiées par Exportation et développement Canada (EDC), première société financière et d'assurance du pays auprès des entreprises exportatrices, l'économie mondiale est sur le point de connaître une vague de croissance.

Selon ces prévisions, l'économie mondiale serait enfin sur le point d'effectuer un retour en piste, les excès du dernier cycle de croissance ayant été épongés plus de cinq ans après le début de la reprise. Des risques prépondérants assombriront encore les perspectives, mais ils devraient diminuer en intensité à la faveur d'un renforcement du dynamisme et d'un raffermissement des fondamentaux de la croissance.

« On peut aisément perdre de vue le fait que depuis l'effondrement de l'activité en 2009 les consommateurs et les entreprises ont puisé dans les excès du dernier cycle. Ces excès étant absorbés, les industries tout comme les consommateurs doivent dorénavant, et de façon marquée, délier les cordons de leur bourse », a déclaré Peter Hall, économiste en chef d'EDC.

« Le resserrement de la capacité industrielle et l'examen des besoins de base des consommateurs permettent de croire que l'économie mondiale renoue enfin avec la croissance. Les fondamentaux le confirment, et l'essor sera au rendez-vous à la condition que l'on abandonne la mentalité caractérisée par une faible croissance », a-t-il indiqué.

D'après les prévisions d'EDC, les nations de l'OCDE, qui contribuent à environ la moitié du PIB mondial, font à l'heure actuelle figurent de locomotives de la croissance mondiale. D'ailleurs, leurs indicateurs clés affichent une hausse soutenue depuis plus d'un an. L'économie américaine se hisse en tête du peloton, sa croissance devant gagner 3 % cette année et un peu moins de 4 % en 2015.

La montée en puissance de la demande des nations de l'OCDE devrait imprimer un nouvel élan aux marchés émergents tout au long de 2014. Dans ses prévisions, EDC rappelle que les marchés émergents se sont tournés vers la croissance intérieure pour pallier le dynamisme en berne du commerce international après la crise, mais que cette source de croissance est désormais épuisée. La relance du commerce international devrait favoriser le redémarrage de la croissance des marchés émergents pour la porter à 4,9 % en 2014 et à 5,5 % en 2015.

« Soyons clairs : malgré cette amélioration, le chemin que l'économie mondiale devra parcourir pour retrouver la croissance sera parsemé de défis », a expliqué M. Hall. « Le plus imposant d'entre eux à court terme est le retrait progressif de l'extraordinaire politique d'assouplissement monétaire. La mise en œuvre historique de l'assouplissement quantitatif tire à sa fin, mais il est difficile d'en prévoir la suite. Jusqu'ici, la dernière étape de son application a été plutôt pénible. »

M. Hall a en outre précisé « que cet exercice s'apparente à un numéro d'équilibriste. La croissance a déclenché le resserrement en cours, dont les effets sont les plus marqués sur les marchés émergents. Dans le même temps, ces mêmes marchés doivent composer avec la fin d'une ère d'abondantes liquidités et la reprise du commerce mondial. »

Cette conjoncture est opportune pour l'économie canadienne compte tenu des perspectives moroses accolées au marché canadien. Les exportations et les investissements liés au commerce extérieur profiteront d'un renforcement de la croissance mondiale, à laquelle le dollar canadien contribuerait déjà. De fait, l'atonie des cours des ressources, le raffermissement du billet vert, le ralentissement de la croissance intérieure et la diminution de « l'effet de halo » sont autant de facteurs pesant sur le dollar canadien. Par conséquent, EDC prévoit que le huard oscillera autour de 0,93 dollar américain cette année et l'an prochain, et que notre monnaie restera exposée à des risques persistants de dépréciation.

« Les entreprises qui demeureront axées sur le marché intérieur traverseront sans doute une année difficile », a ajouté M. Hall. « Toutefois, l'économie canadienne pourrait afficher des réussites, car certains indicateurs clés laissent entendre que les perspectives ne seront pas si sombres. »

La faiblesse du dollar canadien par rapport au billet vert pourrait ajouter jusqu'à un demi-point de pourcentage au PIB canadien en 2014. Les prévisions tablent sur la présence dans certains secteurs à l'exportation d'une capacité excédentaire cumulée lors du recul économique. Cette capacité pourra stimuler l'activité industrielle afin de répondre à la nouvelle demande. Grâce au surplus de liquidités à leur bilan, les entreprises exportatrices canadiennes seront en mesure d'investir dans l'acquisition de machinerie et d'équipement.

« Le Canada doit relever un défi de taille : répondre à l'envolée de la demande mondiale », a expliqué M. Hall. « Le succès à cet égard sera tributaire de la rapidité avec laquelle les acteurs de l'économie canadienne réorientent leurs activités vers le commerce international. Et cela va au-delà des échanges commerciaux avec les États-Unis. La reprise de la demande en provenance des marchés émergents offrira aux exportateurs canadiens d'autres occasions de tirer parti de la diversification du commerce extérieur. »

Consciente de ces tendances, EDC prévoit une accélération de la croissance du PIB du Canada de 2,2 % cette année, puis de 2,7 % en 2015. Parallèlement, l'essor des exportations atteindra 2,5 % en 2014 et 5,8 % l'an prochain.

Les Prévisions à l'exportation, publication semestrielle d'EDC, présentent la dernière conjoncture mondiale des exportations, y compris les perspectives liées aux principales tendances économiques ainsi que les stratégies d'exportation visant à aider les entreprises canadiennes à maximiser leur croissance sur les marchés. Elles analysent aussi un éventail de risques auxquels les exportateurs doivent se préparer.

Organisme de crédit à l'exportation du Canada, EDC offre des solutions de financement et d'assurance au pays et partout ailleurs dans le monde afin d'aider les entreprises canadiennes de toute taille à profiter des débouchés sur le marché international. En tant que société d'État exerçant ses activités dans un souci de rentabilité et appliquant des principes commerciaux, EDC travaille avec des institutions financières des secteurs privé et public dans le but de renforcer la capacité des entreprises canadiennes de s'implanter sur les marchés étrangers et d'y investir.

Pour en savoir plus au sujet des façons dont EDC peut aider votre entreprise, veuillez visiter le www.edc.ca.

Renseignements

  • Phil Taylor
    Exportation et développement Canada
    ptaylor@edc.ca
    1-613-598-2904