Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

11 mars 2005 10h50 HE

Emploi : le secteur privé fait du surplace

Attention: Rédacteur financier , Directeur général et de l'information, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales OTTAWA--(CCNMatthews - 11 mars 2005) - Dans la dernière année, la plupart des nouveaux emplois ne se sont pas créés dans le secteur privé. L'Enquête sur la population active de Statistique Canada pour le mois de février démontre de nouveau l'existence d'un déséquilibre entre le nécessaire réinvestissement dans les services du secteur public à la population et l'insuffisance des investissements privés quand vient le temps de favoriser la création d'emplois capables de faire vivre les familles.

« Avec son dernier budget, le fédéral a malheureusement raté une bonne occasion de forger une stratégie à longue échéance pour l'emploi et de donner au pays une politique industrielle, déplore Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada. Pendant qu'il y a pénurie de nouveaux emplois assez bien rémunérés pour faire vivre nos familles, on attend toujours la preuve que des baisses d'impôts pour les mieux nantis et la grande entreprise se traduisent par la création d'emplois dans le secteur privé. »

Les chiffres du chômage - Statistique Canada rapporte qu'en février 2005, le taux de chômage est resté stationnaire par rapport au mois précédent, à 7 %. Le secteur manufacturier a perdu 114 000 emplois depuis novembre 2002. Depuis l'automne, le secteur touristique est également en chute libre. Le nombre de Canadiennes et Canadiens qui veulent un emploi et n'arrivent pas à en trouver s'élève à 1 208 500 personnes (données désaisonnalisées).

Analyse de l'économiste Pierre Laliberté

À première vue, la croissance de l'emploi et le maintien du taux de chômage à 7,0 % semblent encourageants. On note toutefois un certain nombre de faiblesses tendancielles.

• Le secteur manufacturier accuse un nouveau recul de 28 000 emplois, une tendance amorcée il y a deux ans avec la hausse du dollar canadien face à la devise US. On compte en fait 163 000 personnes de moins occupant des postes liés à la transformation, à la fabrication et aux services d'utilité publique qu'il y a deux ans.

• Un autre secteur qui semble pâtir d'un dollar plus vigoureux est celui des services d'hébergement et de restauration, où l'on a enregistré une perte de 20 000 emplois et où la stagnation perdure depuis un bon moment.

• Le secteur public a été le principal créateur d'emploi, grâce à l'embauche dans les domaines de l'éducation (20 500 emplois), de la santé (9 900 emplois) et de l'administration publique (1 300 emplois), corrigeant ainsi la faiblesse de l'année 2004.

• L'emploi rémunéré doit sa progression à la seule croissance de la masse salariale du secteur public dans le domaine de l'éducation. Quant aux services privés, les seuls gains sont liés à la hausse du travail autonome. On voit là le signe bien connu que les employeurs hésitent à embaucher du personnel, une caractéristique notable du marché léthargique de l'emploi dans les années 1990.

• Les chiffres d'aujourd'hui confirment la sage décision de la Banque du Canada de ne pas hausser ses taux, tempérant ainsi les pressions haussières sur notre dollar. Cette mesure était d'autant plus importante en regard de la mollesse que l'on voit poindre dans le secteur de la construction. Les chiffres indiquent par contre que les chèques en blanc à l'entreprise privée ne se traduisent ni par des investissements, ni par l'embauche.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 137 conseils du travail régionaux. Site Web : www.clc-ctc.ca /Renseignements: Pierre Laliberté, économiste, (613) 526-7409/ IN: ÉCONOMIE, FINANCE, TRAVAIL, POLITIQUE, COMMERCE

Renseignements

  • Jean Wolff, Directeur, Service des Communications, Congrès du travail du Canada
    Numéro de téléphone: 613-526-7431
    Numéro de téléphone secondaire: 613-878-6040
    Courriel: communications@clc-ctc.ca