Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

13 sept. 2012 13h12 HE

Encore des compressions dans la fonction publique : près de 900 professionnels de RHDCC dans la mire du gouvernement

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 13 sept. 2012) - Près de 900 professionnels du gouvernement fédéral représentés par l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada et travaillant à Ressources humaines et Développement des compétences Canada (RHDCC) ont appris aujourd'hui que leur poste sera touché par les coupes successives pratiquées par le gouvernement dans ses programmes et services. Cela porte à plus de 5 200 le nombre de membres de l'Institut professionnel à avoir reçu un avis de réaménagement des effectifs (RE) depuis la présentation du budget fédéral de 2012.

Parmi ces professionnels, on compte 7 évaluatrices médicales, des infirmières qui mettent leurs connaissances médicales à profit pour déterminer l'admissibilité des demandeurs de prestations d'invalidité du Régime de pensions du Canada (RPC), et 886 spécialistes de la technologie de l'information, dont la majorité travaille à la Direction générale de l'innovation, de l'information et de la technologie. Selon RHDCC, la Direction générale est notamment responsable des « applications d'entreprise qui soutiennent et simplifient les méthodes de travail, l'accès aux données et le traitement de millions de transactions relatives aux prestations pour répondre aux besoins des Canadiens ». Le travail de ces membres de l'Institut soutient l'ensemble des activités gouvernementales, notamment à Service Canada, qui administre l'assurance-emploi, la sécurité de la vieillesse, le supplément de revenu garanti, le Régime de pensions du Canada et les prestations pour enfants (PUGE et PFCE).

« L'impact de ces compressions sur nos membres et les services essentiels qu'ils donnent aux Canadiens nous préoccupe, déclare la vice-présidente de l'Institut professionnel, Debi Daviau. Ce pourrait être un pas de plus vers la sous-traitance des services de la fonction publique par le secteur privé, ce qui pose problème sur le plan de la sécurité et de la confidentialité des données. Il y a quelques jours à peine, le ministère de la Défense nationale annonçait qu'il pourrait dépenser 100 millions de dollars en sous-traitance pour faire faire le travail qu'exécutait le personnel qu'il vient de mettre en disponibilité. Pourquoi les choses devraient-elles être différentes cette fois-ci? »

C'est la deuxième série de réductions à toucher RHDCC cette année. Plus de 500 employés, soit 22,5 % des effectifs, ont maintenant reçu l'avis d'employé touché du Ministère. Plus tôt ce printemps, l'employeur de quelque 100 membres de l'Institut leur a envoyé un avis semblable. « Si le gouvernement veut remplacer des milliers d'employés de la fonction publique par des contractuels, il ne réalisera certainement pas les économies escomptées. La fonction publique professionnelle demeure le moyen le plus économique et le plus sûr de donner aux Canadiens les programmes et les services dont ils ont besoin », conclut Madame Daviau.

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada représente près de 60 000 professionnels et scientifiques du secteur public canadien.

Renseignements

  • Pierre Villon
    (613) 228-6310 extension 2228
    (613) 794-9369 (cell)