BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier
BMO Banque de Montreal

BMO Banque de Montreal

29 juin 2011 10h31 HE

Entreprises, investisseurs et propriétaires se portent bien au Canada, selon BMO

Les Canadiens font preuve d'optimisme au sujet de l'économie

- La majorité des entrepreneurs investissent dans leurs entreprises

- Les deux tiers des Canadiens se disent confiants dans leur capacité à épargner en vue de la retraite

- Plus de la moitié d'entre eux sont optimistes à propos du marché immobilier au Canada

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 29 juin 2011) - À la veille du 144e anniversaire du Canada, BMO Groupe financier fait savoir aux Canadiens qu'il y a véritablement de quoi célébrer, alors que la majorité des habitants du pays se montrent confiants et enthousiastes face à la situation économique actuelle.

" Malgré une certaine incertitude qui persiste sur le plan économique à l'échelle internationale, le Canada demeure relativement solide, et a été en mesure de passer d'une période de récupération à une étape d'expansion plus active ", a déclaré Douglas Porter, économiste en chef délégué, BMO Marchés des capitaux. Cela dit, M. Porter a tout de même souligné que les Canadiens continuaient à faire face à certains défis, tels que la dette des ménages qui continue à surpasser la croissance des revenus.

Selon un certain nombre de sondages réalisés dernièrement pour le compte de BMO Groupe financier, les Canadiens font clairement preuve de confiance et d'optimisme en ce qui concerne les affaires, l'investissement et l'immobilier.1

Petites entreprises :
  • Soixante-seize pour cent des entrepreneurs investissent actuellement dans leurs entreprises.
  • Quatre-vingt-onze pour cent des propriétaires de franchises croient que leur entreprise prendra de l'expansion ou demeurera au même niveau au cours de la prochaine année.

" Il est très encourageant de constater que les entrepreneurs canadiens souhaitent profiter des occasions offertes par le marché, et qu'ils investissent dans la croissance de leur entreprise. Plusieurs se sont efforcés de mettre à jour leurs processus, de moderniser leur équipement et d'embaucher davantage d'employés, et cela contribuera énormément à améliorer les niveaux de productivité au pays, qui sont à la traîne ", a affirmé Gail Cocker, première vice-présidente, Services bancaires aux entreprises, BMO Banque de Montréal.

" La vigueur actuelle du dollar canadien offre également un pouvoir d'achat accru aux entreprises qui souhaitent importer de l'équipement ou acheter des marchandises sur les marchés internationaux, et si de nombreuses entreprises se sont adaptées à cette nouvelle réalité du milieu des affaires, pour d'autres, en particulier dans le secteur manufacturier très diversifié du Canada, les exportations représentent un défi plus important. "

Investissement :
  • Soixante-six pour cent des Canadiens se disent confiants dans leur capacité à épargner en vue de la retraite.
  • Près de 80 pour cent des Canadiens fortunés se montrent autant, voire plus optimistes au sujet des marchés financiers, qu'avant le déclenchement de la récession de 2008.

" L'optimisme grandissant que nous pouvons observer chez les investisseurs canadiens témoigne de leur confiance en leur capacité à pouvoir aller de l'avant et à prendre les mesures nécessaires en vue de réaliser leurs objectifs de placement ", selon Serge Pépin, chef des placements, BMO Investissements Inc.

M. Pépin recommande aux Canadiens de faire appel aux conseils d'un professionnel des services financiers afin de planifier leur retraite. Il leur suggère également de diversifier adéquatement leurs portefeuilles de placement, afin de bien équilibrer le risque.

Immobilier :
  • Soixante-et-un pour cent des Canadiens se disent confiants quant à la stabilité de la valeur des propriétés au cours des prochaines années.

" Le marché de l'immobilier s'est montré remarquablement résistant au pays. Tant que les consommateurs maintiendront la demande, ce qui est actuellement le cas, nous continuerons d'observer une certaine vigueur sur le marché de l'immobilier, d'un océan à l'autre ", a expliqué Laura Parsons, spécialiste – Prêts hypothécaires, BMO Banque de Montréal.

Mme Parsons conseille aux Canadiens d'opter pour une période d'amortissement plus courte, afin de se libérer plus rapidement de leur hypothèque. Elle explique également que le fait d'appliquer une simulation de crise à leur budget, en s'appuyant sur des versements hypothécaires qui tiennent compte d'un taux d'intérêt plus élevé, pourrait éviter des surprises désagréables par la suite, si jamais les taux d'intérêt devaient augmenter.

1 Les sondages dont il est question ont été effectués par les firmes Léger Marketing et Harris/Decima, entre les mois de novembre 2010 et juin 2011.

Renseignements