Environnement Canada

Environnement Canada

26 mai 2005 15h38 HE

Environnement Canada: Un nouveau rapport gouvernemental porte sur l'état de santé des Grands Lacs

TORONTO, ONTARIO--(CCNMatthews - 26 mai 2005) - Environnement Canada et la Environmental Protection Agency (l'agence de protection de l'environnement) américaine ont conjointement lancé aujourd'hui Nos Grands Lacs, un rapport décrivant pour le grand public les grands enjeux de l'état de santé des Grands Lacs affectant les Canadiens et les Américains.

Nos Grands Lacs traite de la santé des Grands Lacs, les mesures prises pour les restaurer et les protéger, et ce que chacun de nous peut faire pour réduire les effets que nous avons sur l'environnement. Le rapport présente en termes simples de l'information scientifique, notamment le rapport de 2003 sur l'Etat des Grands Lacs issu de la Conférence de la même année sur l'état de l'écosystème des Grands Lacs.

"Les Grands Lacs supportent la vie de 33 millions d'individus. Chacun d'entre nous peut contribuer à améliorer l'état des Grands Lacs, tant pour notre bien-être que comme patrimoine précieux à léguer à nos enfants", a déclaré l'honorable Stéphane Dion, ministre de l'Environnement. "Comme le budget de 2005 l'affirme, nous avons renouvelé notre engagement à l'égard des Grands Lacs par le biais du Plan d'action sur les Grands Lacs et nous affecterons 40 millions $ supplémentaires au cours des cinq prochaines années. Ce rapport conjoint souligne le besoin de coopération de plus en plus étroite entre le Canada et les Etats-Unis en matière environnementale. Nos Grands Lacs est une sorte d'examen détaillé de l'écosystème. Je vous invite à le parcourir."

Le rapport touche à la qualité de l'eau pour fins de consommation et pour les activités de loisirs, la consommation du poisson, l'état de santé des poissons, des oiseaux et d'autres espèces sauvages, ainsi qu'aux effets de la présence d'espèces non indigènes. Selon le rapport, la menace la plus sérieuse pesant sur les Grands Lacs au XXIe siècle provient des espèces non indigènes. Le rapport comprend aussi des conseils pratiques sur ce que le public peut faire pour améliorer l'état de santé et de salubrité des Grands Lacs.

Ce rapport est offert en formats imprimé et électronique à http://www.on.ec.gc.ca/greatlakes/default.asp?lang=Fr&n=2A68CF24-1.

Des données supplémentaires sur les Grands Lacs sont offertes à http://www.on.ec.gc.ca/greatlakes.

(Also available in English)

Pour recevoir automatiquement par courriel les communiqués, avis aux médias et déclarations d'Environnement Canada, veuillez remplir le formulaire d'abonnement à l'adresse suivante : http://www.ec.gc.ca/mediaroom/newsrelease/f/subscribe_f.cfm



------------------------------------------------------------
FICHE D'INFORMATION
------------------------------------------------------------


ENVIRONNEMENT CANADA ET L'EPA AMERICAINE EMETTENT UN RAPPORT SUR L'ETAT DE SANTE DES GRANDS LACS

Les grands enjeux de l'état de santé des Grands Lacs qui affectent les Canadiens et les Américains sont décrits dans Nos Grands Lacs, un rapport préparé par Environnement Canada et l'Environmental Protection Agency (l'agence de la protection de l'environnement) américaine

Le rapport recoupe plusieurs grands secteurs :

Pouvons-nous boire l'eau des Grands Lacs ?

Tous les jours, 24 millions de personnes boivent l'eau des Grands Lacs et neuf millions de plus dépendent des bassins versants avoisinants pour leur approvisionnement en eau potable. L'eau des systèmes publics est testée des milliers de fois par année pour contrôler sa potabilité.

La vigilance est toutefois de rigueur pour tenir à l'écart des sources d'eau potable les contaminants, notamment les bactéries, les parasites et les virus, qui se trouvent dans les déchets humains et animaux, et qui constituent la plus grande menace pour la salubrité de l'eau potable.

Pouvons-nous aller nous baigner à la plage ?

La plupart du temps, l'eau des plages des Grands Lacs est propre à la baignade. Mais il arrive parfois, qu'à certains endroits, elle ne le soit pas ; un niveau élevé de bactéries dans l'eau peut en effet entraîner des irritations cutanées, des troubles intestinaux, des infections de l'oreille et des yeux. Ceci se produit surtout dans les zones urbaines et près de secteurs d'activités agricoles intensives.

Pour améliorer la salubrité de l'eau, des systèmes de traitement des eaux usées sont construits ou améliorés en vue de la collecte et de l'épuration de l'eau polluée. De plus, l'eau des orages est maintenant traitée aux stations d'épuration et, dans certaines régions urbaines, on a de nouveau recours aux milieux humides pour filtrer naturellement les polluants présents dans l'eau.

Pouvons-nous consommer les poissons pêchés dans les Grands Lacs ?

Près de cinq millions de personnes s'adonnent à la pêche dans les Grands Lacs. Depuis les années 1970, on constate une baisse des concentrations de nombreuses substances chimiques toxiques dans l'écosystème des Grands Lacs et de nombreux avis limitant la consommation de poissons de pêche sportive ont été levés. Les pouvoirs publics ont restreint ou interdit complètement l'usage de certains polluants importants comme les BPC et le DDT. Le secteur industriel a également volontairement réduit ou éliminé les rejets de plusieurs substances dans l'environnement. Les particuliers sont aussi nombreux à avoir diminué l'utilisation de produits dangereux.

Toutefois, les personnes qui pratiquent la pêche dans les Grands Lacs ou qui consomment des espèces qui y sont pêchées doivent être au courant qu'il existe des publications officielles en matière de prévention de la consommation de poissons contaminés, qu'il leur faut bien choisir les poissons qu'ils consomment et bien prendre soin d'enlever les tissus adipeux.

Quel est l'état de santé des poissons ?

Pendant de nombreuses années, la surpêche, la pollution et la propagation d'espèces exotiques ont exercé des pressions considérables sur les populations de poissons des Grands Lacs. Les pouvoirs publics ont tenté d'atténuer ces pressions en établissant des quotas de pêche, en prenant des mesures pour réduire la pollution et en s'efforçant de limiter les espèces envahissantes. Ainsi, certaines espèces indigènes réapparaissent dans les Grands Lacs.

Le brochet fréquente à nouveau le port de Toronto. Aussi, on aménage un récif artificiel au large de la ville de Détroit afin de faciliter le retour des esturgeons, dont l'habitat rocheux avait été détruit par le dragage et utilisé comme matériaux de construction.

Le touladi, après avoir presque complètement disparu des Grands Lacs, peut maintenant survivre dans le lac Supérieur et dans certaines parties du lac Huron. Le doré jaune est toutefois en difficulté dans le lac Erié. Son déclin serait attribuable à la baisse de reproduction pendant des années, en partie due à la variation des conditions météorologiques et des températures, et aux changements survenus dans les ressources alimentaires provoqués par l'apparition dans son habitat d'espèces exotiques comme la moule zébrée.

Quel est l'état de santé des autres espèces sauvages ?

A l'instar des populations de poissons, les populations d'espèces sauvages terrestres et ailées autour du bassin des Grands Lacs sont soumises à d'intenses pressions externes, telles que la pollution et la destruction de l'habitat. Les mesures visant à limiter les polluants ont permis le retour du Pygargue à tête blanche qui se situe très haut dans la chaîne alimentaire des Grands Lacs et est donc un bon indicateur de la qualité de l'environnement. On trouve encore toutefois chez les aigles des concentrations élevées de certains contaminants, comme les BPC et le DDE (sous produit résiduel du DDT). D'autres oiseaux, comme les Cormorans à aigrettes, sont également nombreux, en raison notamment de la diminution de la pollution et du plus grand nombre d'habitats disponibles.

La Guifette noire, le Foulque d'Amérique et le Troglodyte des marais connaissent toutefois un déclin qui serait dû à la disparition des milieux humides sains dont ces espèces dépendent. A certains endroits autour des Grands Lacs, l'habitat décroît à mesure que l'industrie, l'agriculture et le développement résidentiel s'accaparent des espaces boisés, des pâturages et des milieux humides. Dans certains secteurs des Grands Lacs, la contamination par des substances chimiques de la chélydre serpentine nuit à la reproduction de l'espèce.

Quelle est l'incidence des espèces exotiques sur les Grands Lacs ?

Les espèces exotiques sont l'une des plus graves menaces à l'équilibre naturel de la vie dans les Grands Lacs. Plus de 160 espèces exotiques comme la moule zébrée, le gobie arrondi et le cladocère épineux et la lamproie marine sont maintenant établies dans les Grands Lacs, la plupart les ayant pénétrés accidentellement. D'autres arrivent chaque année. Les espèces envahissantes qui ont le plus de succès sont celles qui se reproduisent le plus rapidement et qui ont un appétit vorace. Une fois ces espèces établies, il est pratiquement impossible de les éradiquer.

La présence de certaines espèces envahissantes a des conséquences non seulement désastreuses pour les espèces indigènes, mais peut aussi causer des dommages économiques importants. Les effets des espèces non indigènes vont de la concurrence qu'elles livrent aux espèces indigènes pour s'approprier leurs ressources alimentaires, à la destruction des habitats et aux changements fondamentaux dans le fonctionnement des écosystèmes des Grands Lacs. Le gobie arrondi, par exemple, est une autre espèce envahissante qui contribuerait aux épisodes accrus de botulisme de type E, aurait provoqué la mort de milliers de poissons et d'oiseaux, dont des canards, des goélands, des harles et des huards, qui vivent ou migrent dans la région du lac Erié.

Garder les Grands Lacs en grande forme : ce que les gens peuvent faire pour contribuer à la cause

Le rapport suggère aux membres du public de poser certains gestes :

Garder les substances toxiques loin de l'eau

- Utiliser des méthodes sécuritaires pour éliminer les produits portant une étiquette d'avertissement de danger. Ne jamais les jeter dans un drain ou un égout.

- Rechercher des produits fabriqués selon des procédés écologiques. Opter pour des produits de remplacement moins toxiques ou non toxiques chaque fois que cela est possible.

- Ne pas jeter de vieux médicaments dans les drains ; les rapporter à la pharmacie, où ils seront détruits de manière appropriée.

- Nettoyer les déversements de liquide de freins, d'huile, de graisse et de liquide antigel. Eviter d'utiliser un boyau d'arrosage pour ne pas entraîner ces substances dans la rue où elles se déverseront dans les égouts pour finir dans les lacs et cours d'eau.

Freiner la prolifération des espèces envahissantes

- Ne jeter aucun poisson ni plante d'aquarium dans les Grands Lacs ou dans leurs tributaires.

- Apprendre à reconnaître les espèces exotiques et prendre des mesures pour les éliminer.

- Arroser son bateau hors de l'eau et nettoyer son matériel loin des eaux libres.

- Eviter de jeter le contenu des boîtes d'appât dans des endroits où ces espèces sont étrangères.

Ne pas gaspiller l'eau

- Réduire l'arrosage des pelouses à un minimum.

- Installer des toilettes à débit d'eau restreint.

- Installer une robinetterie et une pomme de douche à faible débit ou des dispositifs à débit restreint.

Données statistiques essentielles sur les Grands Lacs

- Les Grands Lacs contiennent un cinquième de l'eau douce de la Terre et 80% de l'eau des lacs et rivières de l'Amérique du Nord.

- Les Grands Lacs permettent la vie de 33 millions de personnes.

- Le bassin des Grands Lacs couvre une superficie de 766 000 km2, soit une surface plus grande que le Texas ou que les territoires du Manitoba, de la Saskatchewan et de l'Alberta combinés.

- Les Grands Lacs représentent le plus vaste système au monde d'îles baignées par l'eau douce, certaines d'entre elles étant des refuges d'espèces rares et en voie de disparition.

- Trente pour cent de la population canadienne et 10% de la population américaine vivent dans la région des Grands Lacs.

- Près d'un million de bateaux, principalement des embarcations de plaisance, parcourent les Grands Lacs.

- La rive des cinq Grands Lacs et des rivières s'y déversant s'étend sur 17 000 km, soit près de la moitié de la circonférence de la planète.

- L'eau des Grands Lacs coule du centre du continent vers l'Océan Atlantique.

(Also available in English)

Renseignements