SOURCE: Association canadienne de dermatologie

Association canadienne de dermatologie

02 juin 2015 16h35 HE

ERRATUM - Le sondage de la Semaine de prudence au soleil révèle de dangereuses lacunes dans les connaissances sur la protection solaire

OTTAWA, ON--(Marketwired - 2 juin 2015) - L’Association canadienne de dermatologie souhaite corriger une erreur statistique contenue dans son communiqué de presse du 1er juin 2015. Le communiqué original mentionnait que les trois quarts des répondants ont indiqué qu’il n’est pas nécessaire d’utiliser de l’écran solaire par temps nuageux; il aurait fallu lire " le quart des répondants a indiqué qu’il n’est pas nécessaire d’utiliser de l’écran solaire par temps nuageux ". Le communiqué original mentionnait aussi que vingt-cinq pour cent des répondants ont dit croire que l’on exagère les dangers du soleil; il aurait fallu lire " vingt-quatre pour cent des répondants ont dit croire que l’on exagère les dangers du soleil ". Tous les autres renseignements demeurent les mêmes.

Le sondage de la Semaine de prudence au soleil révèle de dangereuses lacunes dans les connaissances sur la protection solaire

OTTAWA, ON -- 1 juin 2015 -- Un nouveau sondage commandé par l'Association canadienne de dermatologie (ACD) à l'occasion de la Semaine de prudence au soleil indique que la population canadienne a pris à cœur les avertissements au sujet des risques de l'exposition au soleil, mais continue d'entretenir de dangereuses idées fausses à ce sujet.

En effet, un quart des répondants ont affirmé qu'il n'est pas nécessaire d'utiliser un écran solaire par temps nuageux. Beaucoup semblent aussi croire que la protection est plus durable qu'elle ne l'est en réalité : seulement 49 % appliquent à nouveau de l'écran solaire après la baignade, 32 % après deux heures au soleil et 24 %, après avoir transpiré.

" Comme ils filtrent la chaleur et bloquent la lumière du soleil, on pourrait croire que les nuages nous protègent, mais en réalité ils laissent passer de hautes doses de rayonnement UV ", explique la Dre Jennifer Beecker, présidente du Conseil consultatif de l'ACD sur la prudence au soleil. " On ne croirait pas avoir besoin d'écran solaire par temps nuageux, mais il faut en utiliser. En fait, il arrive que les nuages intensifient le rayonnement UV en le renvoyant vers la terre. C'est pourquoi il est tout aussi important d'utiliser un écran solaire par temps nuageux que par temps ensoleillé. "

" Il faut aussi savoir que les écrans solaires, même s'ils se sont beaucoup perfectionnés, ne sont pas à l'épreuve de l'eau, poursuit la DreBeecker. Même les écrans solaires résistants à l'eau doivent être appliqués à nouveau régulièrement, surtout après la baignade ou si l'on transpire. "

On peut prévenir quelques types de cancers. Le cancer de la peau est de ceux-là. Il suffit de prendre des mesures de protection toutes simples : limiter l'exposition au soleil, se tenir à l'ombre, porter un chapeau et des vêtements protecteurs et utiliser un écran solaire à large spectre et d'un FPS de 30 ou plus. Pourtant, le nombre de cas de cancer de la peau continue d'augmenter au Canada.

Les Canadiennes et les Canadiens nés dans les années 1990 risquent de deux à trois fois plus de développer un cancer de la peau durant leur vie que les personnes nées dans les années 1960. Parmi les personnes nées dans les années 1990, une sur six risque d'avoir le cancer de la peau durant sa vie, tandis que parmi celles qui sont nées dans les années 1960, c'est une sur vingt.

Changements dans le mode de vie

L'incidence du cancer de la peau est à la hausse au Canada depuis les années 1970; sa forme la plus dangereuse, le mélanome, est maintenant le troisième cancer le plus fréquent chez les femmes de 15 à 29 ans.

Bien des Canadiennes et des Canadiens plus âgés payent maintenant le prix de leurs bains de soleil du passé. Aujourd'hui, le bronzage a perdu un peu de son attrait, mais de plus en plus de gens font des activités de plein air pour améliorer leur santé et leur qualité de vie.

" Les médecins sont heureux de cette tendance, dit la Dre Beecker, et nous exhortons les gens, lorsqu'ils font des activités de plein air, à ne pas se préoccuper seulement de leur cœur, de leurs poumons et de leurs muscles, mais aussi de leur peau. Il faut adopter et maintenir de saines habitudes de protection solaire. "

Comme de nombreux adeptes du plein air participent à des activités aquatiques ou transpirent beaucoup, il est encore plus important pour eux de prendre des précautions.

Attitudes face à la protection solaire

Le sondage de la Semaine de protection solaire a révélé que les campagnes d'information publique ont un effet positif sur la population. Par exemple :

  • 92 % des répondants ont dit qu'il est essentiel de protéger la peau du soleil.
  • 86 % cherchent toujours ou assez souvent à rester à l'ombre lorsqu'ils sont dehors entre 11 h et 15 h.
  • 85 % utilisent un écran solaire avant de sortir.
  • 57 % vérifient l'indice UV avant de sortir.

Malgré ces nouvelles positives, il y a encore des gens qui mettent en doute les affirmations au sujet des dangers de l'exposition au soleil. En effet, 24 % des répondants ont affirmé croire que l'on exagère ces dangers.

Le sondage a été effectué entre le 2 et le 9 avril 2015, par Ipsos Reid, auprès de plus de mille Canadiennes et Canadiens de 16 ans et plus. Les résultats sont crédibles à +/- 3,4 %, 19 fois sur 20.

La Semaine de prudence au soleil
L'Association canadienne de dermatologie organise au début de l'été une campagne nationale, la Semaine de prudence au soleil, depuis 1989. La campagne vise à éduquer les Canadiens au sujet des dangers de l'excès de soleil et à aider à enrayer la montée croissante du cancer de la peau au Canada. La Semaine de prudence au soleil de cette année s'étend du lundi 1er juin au dimanche 7 juin.

Au sujet de l'ACD
L'Association canadienne de dermatologie, fondée en 1925, représente les dermatologues du Canada. L'Association offre un accès facile à la source la plus importante et la plus fiable de savoir médical en dermatologie. L'ACD a pour mission de faire avancer la science et l'art de la médecine et de la chirurgie dans le domaine des soins de la peau, des cheveux et des ongles, d'offrir du perfectionnement professionnel continu à ses membres, d'appuyer et d'améliorer les soins aux patients, de sensibiliser le public à la protection solaire et aux autres aspects de la santé de la peau et de promouvoir la santé de la peau, des cheveux et des ongles, la vie durant. Ce faisant, l'ACD informe et habilite aussi bien les professionnels de la médecine que le public canadien.

Pour en savoir plus au sujet du travail de l'ACD, consulter http://www.dermatology.ca ou participez à la conversation sur http://www.Twitter.com/CdnDermatology ou www.Facebook.com/CdnDermatology.

Renseignements

  • Pour obtenir plus d'information prière de communiquer avec :
    Jennifer Scott
    Directrice, Communications
    Bureau : 613-738-1748, poste 222 / Cellulaire : 613-716-2098
    jscott@dermatology.ca