Fédération des kinésiologues du Québec

Fédération des kinésiologues du Québec

03 mai 2007 12h34 HE

Êtes-vous prêts à bouger cet été?

La Fédération des kinésiologues défait les mythes au sujet de l'entraînement

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 3 mai 2007) - A l'attention des affectateurs et des journalistes, Santé et Sport

Dans le cadre de son 19e congrès annuel qui se déroule du 3 au 5 mai à Gatineau, la Fédération des kinésiologues du Québec souhaite rappeler l'importance de bien se préparer pour les activités physiques et sportives estivales. Chaque année, plus d'un Québécois sur dix s'inflige une blessure et cette proportion est encore plus grande chez les hommes lors de la pratique de leurs sports d'été préférés (1).

Ce congrès sera présenté sous la présidence d'honneur de Monsieur François Prince, kinésiologue et chroniqueur. Marc Gagnon, quintuple médaillé olympique, sera aussi présent à titre de conférencier invité.

Cinq mythes à défaire avant de se remettre en forme

Les kinésiologues sont des professionnels de l'activité physique qui évaluent le niveau de condition physique de chaque personne et qui développent des programmes individuels adaptés aux besoins spécifiques de chacun. Ils doivent régulièrement remettre les pendules à l'heure lorsque vient le temps de parler d'activité physique avec leurs clients.

Parmi les mythes qu'ils entendent le plus souvent, en voici quelques exemples :

- "Pour perdre du poids à un endroit spécifique (dans la région du ventre, par exemple), il s'agit de faire des exercices localisés (comme des redressements assis pour avoir un ventre plat)";

- "La douleur démontre qu'on a fait un bon entraînement et que les résultats seront meilleurs" ;

- "Le jogging est plus bénéfique que la marche pour la santé" ;

- "Une fois qu'on est en forme, il suffit de peu d'effort pour le rester" ;

- "Il est très dispendieux de se mettre en forme".

"En faisant appel à un kinésiologue, les Québécois s'assurent de recevoir les conseils les plus à jour en matière d'activité physique, explique Eudoxie Adopo, présidente de la FKQ. En effet, il n'y a rien de plus décevant que de se rendre compte que les nombreuses heures investies dans un programme mal adapté ne nous ont pas permis d'atteindre notre objectif de départ ou encore qu'un exercice nous a infligé une blessure."

Madame Adopo indique que le site Internet de la FKQ, le www.kinesiologue.com, est une excellente source d'information pour en apprendre davantage sur la profession et les services offerts par les kinésiologues. Le site offre également plusieurs conseils, comme ceux qui indiquent comment choisir un bon centre sportif. Il permet également d'obtenir des réponses concernant les mythes de l'activité physique.

"Il est faux de prétendre que la douleur est signe d'un bon entraînement, ajoute madame Adopo. Aller au-delà de ses limites personnelles et ressentir de la douleur n'est pas bénéfique pour la santé. Il vaut mieux y aller doucement et progressivement et diminuer l'intensité de l'exercice si vous ressentez de la douleur. Le plaisir doit motiver votre entrainement."

Le kinésiologue, un professionnel à découvrir

D'après un récent sondage effectué par Léger Marketing pour le compte de la FKQ, près d'un Québécois sur huit prévoit faire appel à un kinésiologue cette année, s'assurant ainsi un meilleur suivi pour leur entraînement.

"Bien que très répandus au Canada et aux Etats-Unis, les kinésiologues sont encore méconnus au Québec, souligne madame Adopo. Que l'on soit en santé ou que l'on veuille le devenir, le kinésiologue est pourtant le professionnel de choix pour parvenir à atteindre ses objectifs, particulièrement pour les adultes atteints de diabète, d'obésité, de maladies cardio-vasculaires et chroniques."

Les gens à la recherche d'un kinésiologue peuvent consulter le bottin de la FKQ sur son site Internet. Le coût moyen d'une consultation avec un kinésiologue est de 60 $, mais certains CLSC et certaines cliniques peuvent aussi offrir des sessions gratuites, selon la condition du patient.

"Je recommande toujours à mes patients d'adhérer à un programme d'activité physique adapté à leurs problèmes de santé, explique le Dr Michel Lafrenière, président de l'Association des médecins omnipraticiens de Québec. Les bienfaits d'une vie active ne sont plus à démontrer, mais ce que nous constatons, c'est souvent le manque de motivation et d'encadrement. Un patient qui fait appel à un kinésiologue aura généralement de meilleures chances d'atteindre ses objectifs en étant bien supervisé et suivi."

Bouger pour recevoir un crédit d'impôt

La Fédération des kinésiologues du Québec tient à féliciter le gouvernement du Canada pour le nouveau crédit d'impôt de 500 $ offert aux enfants qui participent à une activité sportive accréditée. Cette initiative, qui encourage les jeunes à bouger davantage, leur donne des chances supplémentaires d'avoir une longue vie en santé. Par contre, la FKQ considère que mener une vie active est une question primordiale autant pour les adultes que pour les enfants. C'est pourquoi elle invite les Québécois à se rendre sur son site www.kinesiologue.com, afin de signer la pétition virtuelle demandant aux deux paliers de gouvernement d'offrir le crédit d'impôt de 500 $ à toute la population québécoise, peu importe l'âge.

A propos de la Fédération des kinésiologues du Québec

Le kinésiologue est un professionnel de formation universitaire en kinésiologie qui, par le biais d'une intervention personnalisée et sécuritaire en activité physique, contribue au maintien ou à l'amélioration de la santé des individus. La Fédération des kinésiologues du Québec est un organisme sans but lucratif, regroupant plus de 500 membres accrédités. Sa mission vise à offrir des services professionnels dans le domaine de l'activité physique.

Pour plus d'information ou pour organiser une entrevue avec un porte-parole de la Fédération des kinésiologues du Québec, veuillez communiquer avec Sophie Allard, Allard Hervieu Communication, au 514-499-3030 ou par courriel à sa@ahcom.ca.

(1) Rapport sur la santé, Statistique Canada, Kathryn Wilkins et Evelyne Park, 2004.

Renseignements