Deloitte

Deloitte

14 juil. 2008 08h00 HE

Etude réalisée par Deloitte: Le gouvernement du Canada cherche à améliorer sa gestion financière

Le manque de données financières à jour augmente les risques pour les organismes gouvernementaux

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 14 juillet 2008) - Un rapport publié aujourd'hui par Deloitte révèle que les fonctions financières publiques au Canada sont d'avis que leur organisation ne possède pas toutes les capacités de gestion financière requises. L'étude a également révélé que les responsables des finances au palier gouvernemental doivent surmonter un nombre important d'obstacles, quoique atteignable, s'ils souhaitent atteindre un niveau de maturité qui justifierait leur place à la table des décideurs.

L'étude intitulée Mastering Finance in Government: Transforming the Government Enterprise through Better Financial Management (Maîtriser les finances au sein du gouvernement : Transformer les activités gouvernementales pour une meilleure gestion financière), offre un aperçu sans précédent du monde de la finance dans plus de 200 fonctions financières du secteur public de 28 pays et révèle que la gestion inadéquate des risques figure parmi la variété de défis que les responsables des finances doivent relever au sein de leur organisation.

Alors que le rôle de chef des finances au sein du gouvernement visait habituellement des activités de présentation de rapports et de conformité, les fonctions financières du secteur public jouent davantage un rôle de collaborateur stratégique concernant des missions et des programmes complexes dont les chefs de file gouvernementaux au Canada sont maintenant responsables en vertu de la loi. Les organismes du secteur public qui font participer tant le chef des finances que la fonction financière sont en mesure de réaliser des économies immédiates, de cibler les programmes sous-performants, d'éliminer les inefficacités en cernant les coûts totaux et en les comprenant mieux, de mieux gérer les risques, de même que de planifier les coûts et les avantages dès les premières étapes de la planification. Il arrive cependant trop souvent que les gouvernements, à tous les niveaux, ne tirent toujours pas profit des données financières pour mieux gérer et mettre en application la transformation qui s'impose.

Clarence Turgeon, associé chez Samson Bélair/Deloitte & Touche, affirme qu'" une tendance intéressante, tant à l'échelon fédéral que provincial, à l'exception de l'Alberta et du récent mouvement entrepris par le gouvernement fédéral, concerne la plus faible propension, par rapport aux autres compétences, à disposer d'états financiers ministériels vérifiés et certifiés. Les répondants ont indiqué qu'il fallait davantage de transparence en matière de gouvernance financière et d'imputabilité. Or, pour atteindre cette transparence, il faut absolument définir et répartir les rôles et les responsabilités en matière de gestion financière entre les organismes centraux, les ministères responsables et les secteurs de programmes".

Les répondants ont exprimé des préoccupations quant au manque de transparence au niveau de la gouvernance financière. Ils croient également que le gouvernement consacre trop de temps aux questions financières à court terme plutôt que de faire porter son attention sur les questions à long terme. Fait encore plus surprenant, un nombre important de répondants canadiens sont d'avis que les responsables du programme du secteur public ne sont pas conscients du coût total de leurs services.

Alors que les organisations canadiennes sont aux prises avec des pressions internes croissantes - en plus de pressions exercées par le grand public, quant à leur transparence, leur efficience et leur imputabilité dans un environnement où les attentes sont de plus en plus élevées et où les ressources en temps, en budget et en personnel sont de plus en plus limitées - les chefs de file en matière de finances au sein du gouvernement doivent évoluer pour satisfaire les exigences du 21e siècle.

Consultez Mastering finance: transforming the government enterprise through finance (http://www.deloitte.com/dtt/article/0%2C1002%2Csid%3D3780%26cid%3D214869%2C00.html) (en anglais seulement) pour en savoir davantage sur le sujet.

A propos de Deloitte

Deloitte, l'un des cabinets de services professionnels les plus importants au Canada, offre des services dans les domaines de la certification, de la fiscalité, de la consultation et des conseils financiers grâce à un effectif de plus de 7 600 personnes réparties dans 56 bureaux. Le cabinet Deloitte est exploité au Québec sous le nom de Samson Bélair/Deloitte & Touche s.e.n.c.r.l. et a pris l'engagement d'aider ses clients et ses gens à exceller. Deloitte est le cabinet membre au Canada de Deloitte Touche Tohmatsu.

La marque Deloitte représente une ou plusieurs entités de Deloitte Touche Tohmatsu, une Verein suisse, ainsi que son réseau de cabinets membres. Chaque cabinet membre constitue une entité juridique distincte et indépendante. Veuillez consulter le site www.deloitte.com/about pour obtenir une description détaillée de la structure juridique de Deloitte Touche Tohmatsu et de ses cabinets membres.

Renseignements