SOURCE: Falco Resources Ltd.

Falco Resources Ltd.

27 mai 2015 12h37 HE

Falco annonce la démission d’un membre du conseil

MONTREAL, QC--(Marketwired - 27 mai 2015) - Ressources Falco ltée ("Falco" ou la "Société") (TSX CROISSANCE: FPC) a annoncé aujourd'hui que M. René Marion avait remis sa démission à titre de membre du conseil d'administration, de façon à pouvoir concentrer ses efforts sur ses autres obligations professionnelles.

Le conseil d'administration aimerait remercier M. Marion pour sa contribution au cours des derniers mois et lui souhaiter bon succès pour l'avenir.

Falco et son conseil d'administration évaluent présentement les alternatives afin de nommer deux nouveaux membres indépendants pour combler les deux postes actuels vacants.

À propos de Falco

Ressources Falco ltée est l'un des plus grands détenteurs de titres miniers dans la province de Québec, avec un vaste portefeuille de propriétés dans la ceinture de roches vertes de l'Abitibi. Falco contrôle 74 000 hectares de terrains dans le camp minier de Rouyn-Noranda, ce qui représente 70 % du camp dans son ensemble et qui comprend 14 anciens sites miniers pour l'or et les métaux de base. La propriété principale de Falco englobe la mine Horne, laquelle a été exploitée par Noranda de 1927 à 1976 et a produit 11,6 millions d'onces d'or et 2,5 milliards de livres de cuivre. Une première estimation de ressources minérales conforme au Règlement 43-101 pour le gîte Horne 5 a permis d'établir des ressources présumées de 2,8 Moz d'Éq.Au à 3,46 g/t Éq.Au (25,3 millions de tonnes à une teneur de 2,64g/t Au, 0,23% Cu et 0,7% Zn, soit 2,2 Moz Au - voir communiqué du 4 mars 2014 pour de plus amples détails).

La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de règlementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n'acceptent aucune responsabilité quant à la pertinence et à l'exactitude du présent communiqué.

Mise en garde concernant les énoncés prospectifs

Le présent communiqué contient des énoncés prospectifs et des renseignements prospectifs (collectivement, les " énoncés prospectifs") au sens des lois applicables sur les valeurs mobilières et de la loi des États-Unis intitulée " Private Securities Litigation Reform Act of 1995 ". Tout énoncé, autre qu'un énoncé basé sur des faits historiques, est un énoncé prospectif. De façon générale, les énoncés prospectifs peuvent être identifiés par l'emploi de termes comme " planifie ", " espère ", " estime ", " prévoit ", " anticipe ", " croit " ou des variantes de ces mots ou expressions ou encore lorsqu'ils indiquent que certains actes, évènements ou résultats " pourraient " ou " devraient" être posés, " se produiront " ou "seront atteints". Les énoncés prospectifs impliquent des risques, des incertitudes et d'autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels, le rendement, les perspectives et les opportunités soient sensiblement différents de ceux exprimés ou suggérés par de tels énoncés prospectifs. Les facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels soient sensiblement différents de ceux compris dans ces énoncés prospectifs comprennent la fiabilité des données historiques dont il est question dans ce communiqué et les risques décrits dans les documents publics de Falco, y compris tous les rapports de gestion déposés sur SEDAR, au www.sedar.com. Bien que Falco soit d'avis que les hypothèses et les facteurs pris en compte dans l'élaboration des énoncés prospectifs sont raisonnables, l'on ne devrait pas se fier indûment aux énoncés prospectifs, qui s'appliquent uniquement en date du présent communiqué, et rien ne garantit que de tels évènements se produiront dans les délais indiqués ou à tout autre moment. Sauf si requis par les lois applicables, Falco décline toute intention ou obligation d'actualiser ou de réviser tout énoncé prospectif, que ce soit en raison de nouvelles informations, d'évènements futurs ou pour toute autre raison.

Mise en garde concernant les ressources minérales

Ce communiqué de presse utilise le terme "ressources présumées". Nous informons les investisseurs que, bien que ce terme soit reconnu et requis par la réglementation canadienne, la Securities and Exchange Commission des États ne le reconnaît pas. Les "ressources présumées" comportent une grande part d'incertitude quant à leur existence et à leur faisabilité économique et juridique. On ne peut pas présumer que tout ou partie d'une ressource inférée sera éventuellement reclassée dans une catégorie supérieure. En vertu des règles canadiennes, les estimations de ressources minérales présumées ne peuvent constituer la base d'une étude de faisabilité ou d'autres études économiques. Les investisseurs américains sont prévenus de ne pas supposer que tout ou partie des ressources minérales mesurées ou indiquées seront converties en réserves minérales. Les investisseurs américains sont également priés de ne pas présumer que tout ou partie d'une ressource minérale présumée existe, ou est économiquement ou légalement exploitable.

Renseignements

  • Pour plus d'information, veuillez communiquer avec:
    Vincent Metcalfe
    Chef de la Direction Financière
    514.249.9960