Gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada
Réseau québécois d'urgence pour les mammifères marins

Réseau québécois d'urgence pour les mammifères marins

14 août 2008 13h39 HE

Floraison d'algues toxiques dans l'estuaire du Saint-Laurent

MONT-JOLI, QUEBEC--(Marketwire - 14 août 2008) - Une floraison d'algues toxiques, ou marée rouge, est observée depuis quelques jours dans l'estuaire du Saint-Laurent, particulièrement à l'embouchure du fjord du Saguenay et sur la rive sud de l'estuaire du Saint-Laurent entre Rivière-du-Loup et Rimouski. Pêches et Océans Canada a procédé à la fermeture de tous les secteurs de cueillette de mollusque dans la zone touchée et rappelle à la population qu'il est interdit de cueillir des mollusques dans toute zone fermée. De nombreuses mortalités d'oiseaux, de poissons et de mammifères marins sont observées depuis quelques jours dans ce secteur. Le lien entre les deux événements n'a toutefois pas encore été établi. Des travaux sur le terrain et en laboratoire sont en cours pour identifier la cause des mortalités.

Cette marée rouge est causée par Alexandrium tamarense, une algue microscopique naturellement présente dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent. Les pluies abondantes sont favorables à la floraison de cette algue en raison de l'apport accru d'eau douce, qui entraîne une augmentation de la température et une baisse de la salinité dans les eaux de surface. L'algue peut produire une toxine qui affecte le système nerveux des poissons, des oiseaux et des mammifères. La santé humaine peut également être affectée par cette toxine si des mollusques contaminés sont consommés. Elle provoque des troubles neurologiques passagers qui peuvent parfois entrainer la mort. Selon Santé Canada, bien qu'ils puissent en être eux-mêmes affectés, les poissons ne sont pas reconnus comme une cause d'intoxication par la toxine chez l'humain. La toxine ne se retrouve normalement pas dans la chair du poisson mais s'accumule plutôt dans son système digestif, tel que dans le foie. A titre préventif, le foie et les viscères de poissons capturés dans les zones coquillières fermées ne devraient pas être consommés.

Le Réseau québécois d'urgence pour les mammifères marins a reçu de nombreux signalements d'animaux morts. Il s'agit de plusieurs espèces d'oiseaux marins et de mammifères marins. Neuf bélugas sont morts au cours de la dernière semaine alors que la moyenne annuelle est de 15 mortalités pour cette espèce dans le Saint-Laurent. Le lien entre toutes ces mortalités et la floraison d'algues toxiques n'a pas encore été établi. Des équipes de scientifiques sont actuellement sur le terrain afin de récolter des échantillons d'eau et des carcasses d'animaux à des fins d'analyse à l'Institut Maurice-Lamontagne de Pêches et Océans Canada à Mont-Joli et à la Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal à Saint-Hyacinthe. Les résultats seront connus au cours des prochaines semaines. Il est recommandé d'éviter de manipuler les oiseaux morts ou malades.

Un avis à la navigation a été émis le 12 août afin de solliciter la vigilance des navigateurs. Les algues toxiques pourraient affecter les mammifères marins et les rendre plus vulnérables aux collisions avec les navires.

Renseignements

  • Pêches et Océans Canada
    Karina Laberge
    Conseillère en communications
    418-775-0769
    Karina.Laberge@dfo-mpo.gc.ca
    ou
    Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent
    Nadia Ménard
    Biologiste
    418-235-4703, poste 244
    ou
    Faculté de médecine vétérinaire Université de Montréal
    Stéphane Lair
    450-773-8521 poste 1-8667
    ou
    Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins
    Pierre Béland
    418-750-3663
    ou
    Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins
    Robert Michaud
    418-235-4701