Fondation canadienne pour l'innovation

Fondation canadienne pour l'innovation

03 févr. 2014 16h55 HE

Gagner à Sotchi grâce à la science : Des chercheurs nous offrent un point de vue unique sur les performances des athlètes canadiens à Sotchi

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 3 fév. 2014) - Dans quelques jours, les athlètes olympiques canadiens entameront les compétitions à Sotchi, en Russie. Des chercheurs financés par la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI) peuvent vous offrir un point de vue unique sur les nombreux facteurs ΓÇÆ de l'entraînement à l'équipement en passant par la psychologie et la nutrition ΓÇÆ qui ont permis à ces athlètes d'élite de se qualifier pour les jeux et qui pourraient avoir une incidence sur leur performance. Voici quelques-uns des chercheurs financés par la FCI disponibles pour aborder les questions scientifiques qui se cachent derrière le succès à Sotchi.

- Qu'ont en commun le patineur de vitesse, Olivier Jean, et la planchiste, Caroline Calvé? Outre leur participation aux jeux de Sotchi, ils s'entraînent tous deux au moyen de NeuroTracker, un programme informatique élaboré par un éminent neuroscientifique, Jocelyn Faubert, de l'Université de Montréal. Grâce à ce programme, les athlètes peuvent mesurer et améliorer leur performance cognitive dans les sports en suivant de multiples cibles à haute vitesse sur un grand écran en 3D. Selon M. Faubert, les exercices qui cernent cette aptitude mentale procureraient aux athlètes un avantage accru lors des compétitions.

- Les athlètes olympiques canadiens doivent non seulement être prêts physiquement à affronter leurs adversaires, mais également ΓÇÆ et peut-être par-dessus tout ΓÇÆ préparés mentalement à donner le meilleur d'eux-mêmes lors du plus grand événement sportif qui soit au monde. Robert Schinke, professeur de psychologie du sport à l'Université Laurentienne, à Sudbury, en Ontario, et ancien professionnel de sports équestres, agit à titre de préparateur mental auprès d'olympiens qu'il guide tout au long d'un plan exténuant d'une durée de quatre ans afin que ces derniers arrivent aux jeux préparés sur le plan mental et aptes à réussir. M. Schinke affirme que les meilleurs athlètes sont également ceux qui se connaissent le mieux et qui montrent la plus grande résilience.

- Les besoins nutritionnels des athlètes qui participent aux jeux de Sotchi sont définis scientifiquement pour engendrer des résultats optimaux. À titre d'exemple, Charles Hamelin, patineur de vitesse, ingère 6000 calories par jour, soit trois fois la quantité recommandée pour le spectateur moyen. Stuart Phillips, de la McMaster University a participé à l'élaboration de la Déclaration de consensus du Comité international olympique sur la nutrition dans le sport à l'occasion des Jeux Olympiques de Vancouver, en 2010. Il est également spécialiste de la manière dont l'exercice et les protéines alimentaires interagissent pour renforcer ou réduire la masse musculaire. Le chercheur, établi à Hamilton, peut aborder les divers facteurs allant de pair avec un régime conçu pour atteindre des performances optimales.

- Tim Walzak, du Sport Innovation and Research Centre du Camosun College, à Victoria, a mis au point un système de capteurs conçu pour suivre et mesurer les performances des athlètes olympiques pendant leur préparation aux jeux de Sotchi. En liant les données recueillies par ces capteurs à une vidéo à haute définition, les entraîneurs et les athlètes peuvent étudier le lien direct entre la réponse biomécanique et ses effets immédiats sur la performance sportive. Grâce à cet ensemble d'information prêt à l'emploi, les entraîneurs et les athlètes profiteront d'une perspective nouvelle sur les performances et pourront, en fin de compte, perfectionner les techniques mises en œuvre.

Ce ne sont là que quelques-uns des aspects des Jeux Olympiques de Sotchi que des chercheurs financés par la FCI sont disposés à traiter. Veuillez communiquer avec l'une des deux personnes mentionnées ci-dessous pour connaître d'autres histoires.

Fondation canadienne pour l'innovation

La Fondation canadienne pour l'innovation procure aux chercheurs les outils dont ils ont besoin pour voir grand et innover. Ses investissements dans des installations et de l'équipement de pointe permettent aux universités, aux collèges, aux hôpitaux de recherche et aux établissements de recherche à but non lucratif du Canada d'attirer et de retenir le meilleur talent au monde, de former la prochaine génération de chercheurs, d'appuyer l'innovation dans le secteur privé et de créer des emplois de grande qualité qui renforcent l'économie et qui améliorent la qualité de vie de tous les Canadiens. Pour en savoir plus, veuillez visiter innovation.ca.

Renseignements

  • Yves Melanson
    Coordonnateur des relations avec les médias
    Fondation canadienne pour l'innovation
    Bureau : 613-996-3160
    Cellulaire : 613-447-1723
    Yves.melanson@innovation.ca

    Michael Bhardwaj
    Spécialiste des relations avec les médias
    Fondation canadienne pour l'innovation
    Bureau : 613-943-5346
    Cellulaire : 613-222-1910
    Michael.bhardwaj@innovation.ca