Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

05 juin 2009 12h08 HE

Georgetti dit que l'AE doit être améliorée

Le président du CTC dit que le chômage fait des ravages dans les familles et communautés

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 5 juin 2009) - Le Régime d'assurance-emploi doit être amélioré afin d'éviter que des dizaines de milliers de travailleurs et travailleuses, leurs familles et communautés souffrent des répercussions de la pire crise économique que cette génération ait jamais vécue, déclare Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada.

Il répondait à la publication par Statistique Canada des chiffres de l'Enquête sur la population active pour mai indiquant que 41 800 emplois au total ont été éliminés. En mai 2009, 58 700 travailleurs et travailleuses à temps plein ont été mis à pied, mais d'autres emplois à temps partiel ont été créés. Le taux de chômage est grimpé à 8,4 % - le plus élevé en 11 ans.

"Nous avons maintenant perdu 406 000 emplois à temps plein depuis octobre 2008, et 1,55 million de Canadiens et Canadiennes sont au chômage, déclare Georgetti. Les prévisions indiquent que le taux de chômage continuera d'augmenter au cours des 12 prochains mois et que de nombreux sans-emploi canadiens devront se débrouiller tout seuls. Le gouvernement Harper doit réparer l'assurance-chômage dès maintenant."

Selon M. Georgetti, en mars 2009 seuls 46,8 % des sans-emploi recevaient des prestations d'assurance-emploi. "C'est honteux, ajoute-t-il. Ces travailleurs et travailleuses ont contribué de bonne foi au Régime d'assurance-emploi et maintenant ils doivent se débrouiller tout seuls. Ils ne pourront pas prendre de vacances avec leurs enfants cette année ou les inscrire à des camps d'été, et quand les familles n'ont pas d'argent à dépenser, c'est toute la communauté qui s'en ressent."

Georgetti déclare que c'est aussi honteux que le gouvernement Harper ait accumulé un surplus de 57 milliards de dollars dans la caisse de l'assurance-emploi et qu'il refile le coût du chômage aux contribuables des provinces même si ces personnes ont déjà payé pour l'assurance-emploi par leurs cotisations.

Le CTC exhorte le gouvernement Harper:

- à changer les règles d'admissibilité pour que des prestations régulières d'a.-e. soient versées après 360 heures de travail, quelle que soit la région de résidence ou de travail au Canada;

- à augmenter jusqu'à 50 semaines la durée d'admissibilité aux prestations d'a.-e.;

- à hausser immédiatement le niveau des prestations à 60 % du revenu calculé d'après les 12 meilleures semaines de rémunération.

Analyse rapide de l'économiste principal Sylvain Schetagne

La crise de l'emploi qui nous touche depuis septembre 2008 se poursuit. En mai 2009, 41 800 emplois au total ont été perdus. Durant ce mois, 58 700 travailleurs et travailleuses à temps plein ont été mis à pied, mais d'autres emplois à temps partiel ont été créés. En tout, 406 000 emplois à temps plein ont été éliminés depuis octobre dernier.

Le secteur manufacturier, particulièrement en Ontario, continue d'être touché de façon disproportionnée par les pertes d'emplois. Au Canada, 541 400 emplois manufacturiers ont été éliminés depuis novembre 2002, et 337 000 de ces emplois étaient en Ontario. Le nombre d'emplois manufacturiers en Ontario est maintenant à son plus bas niveau depuis le milieu des années 1970.

Le taux de chômage au Canada est passé de 8,0 % en avril à 8,4 % en mai, le taux le plus élevé depuis 11 ans. En mai, le nombre de sans-emploi canadiens a augmenté de 83 800. Depuis octobre 2008, le nombre total de sans-emploi a augmenté de presque 400 000, ce qui représente une hausse de 34,5 %. Le Canada compte aujourd'hui 1 548 400 chômeuses et chômeurs.

Le taux de chômage des travailleuses et travailleurs âgés entre 15 et 24 ans grimpe rapidement, atteignant presque 15 % en mai 2009. Le marché du travail pour les étudiants et étudiantes est pire que l'année dernière. Par rapport à mai 2008, 59 000 emplois à temps plein habituellement occupés par des étudiants et étudiantes entre 20 et 24 ans ont disparu. Le taux de chômage de ces étudiants et étudiantes était de 18,3 % en mai 2009, en hausse par rapport au taux de 15,4 % l'année dernière. Ces chiffres ne tiennent pas compte que nombre d'étudiants et d'étudiantes ont décidé de ne pas entrer dans le marché du travail cette année. Le taux de participation des étudiants et étudiantes a chûté de 75,2 % l'année dernière à 68,6 % cette année.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,2 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 130 conseils du travail régionaux. Site web : www.congresdutravail.ca.

Renseignements

  • Congrès du travail du Canada
    Sylvain Schetagne
    Economiste
    613-526-7412
    ou
    Congrès du travail du Canada
    Dennis Gruending
    Communications
    613-526-7431 et 613-878-6040