GHGSat

15 févr. 2013 15h01 HE

GHGSat reçoit un appui de 2 millions de dollars de la part du gouvernement du Canada pour développer le premier satellite du monde pour la surveillance des gaz à effet de serre...

...et des gaz affectant la qualité de l'air

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 15 fév. 2013) - GHGSat de Montréal a annoncé aujourd'hui qu'elle développera le premier satellite du monde pour la surveillance des émissions de gaz à effet de serre et les émissions de gaz affectant la qualité de l'air de n'importe quel site industriel au monde. Le développement de cette nouvelle technologie est appuyé par un investissement de 2 millions de dollars du gouvernement du Canada par le biais de Technologies du développement durable Canada (TDDC).

Les installations industrielles à travers le monde sont de plus en plus assujetties à des plafonds d'émissions, aussi bien pour les gaz à effet de serre que les polluants atmosphériques. GHGSat offrira une solution de surveillance satellitaire conçue pour surveiller à distance individuellement les installations industrielles de secteurs réglementés, notamment les sables bitumineux, la production d'énergie et la gestion des déchets. La capacité de mesurer précisément et fréquemment les émissions totales d'une source (comme une cheminée), ou d'une région source (comme les bassins de décantation et de stockage des stériles et boues ou les réservoirs d'hydro), permettra une précision comparable à celle d'une surveillance continue à un coût comparable aux processus d'estimation indirecte.

« Grâce à un fort appui partiel de la part du gouvernement du Canada, GHGSat développera le premier satellite du monde en mesure de surveiller les émissions de gaz à effet de serre et de gaz affectant la qualité de l'air », Stéphane Germain, Président of GHGSat. « Le financement accordé par le gouvernement par le biais de TDDC fera la réputation du Canada comme leader mondial en développement de technologies propres qui faciliteront la surveillance des émissions de gaz à effet de serre et leur réduction ».

« Notre gouvernement fait sa part pour encourager l'innovation et soutenir la prochaine vague d'écotechnologies qui aideront à protéger notre environnement et à créer des emplois de haute qualité, a affirmé l'honorable Joe Oliver, ministre des Ressources naturelles du Canada. Le fait que nous investissons dans des projets comme ceux-ci illustre notre leadership dans l'essor à donner à une industrie des écotechnologies dynamique au Canada. »

« TDDC est fière d'ajouter ces projets à son portefeuille, qui s'élève maintenant à plus de 2 milliards de dollars, a ajouté Mme Sharpe. Ces technologies, une fois achetées et utilisées par l'industrie canadienne, permettront à tout un éventail de secteurs d'accroître leur part du marché mondial. Comme le Canada travaille à diversifier ses débouchés extérieurs, en collaborant avec de nouveaux partenaires commerciaux dans les économies émergentes, ces technologies innovatrices contribueront à rendre les ressources naturelles et les produits du Canada plus attrayants et plus compétitifs sur le marché mondial. »

Ce projet permettra GHGSat de lancer un nanosatellite de démonstration pour vérifier et valider le rendement en vue d'une reconnaissance par la réglementation et la commercialisation du service. Selon les estimations de la capacité et de la motivation de l'industrie pour mettre en œuvre des programmes de réduction des émissions qui seraient facilités par des données exactes et en temps quasi réel, GHGSat envisage des avantages environnementaux de plus de 200 kT GES d'ici 2020, en plus de réductions correspondantes de SOx et NOx de plus de 300 tonnes et 30 tonnes respectivement.

Le financement de 2 millions de dollars qu'a reçu GHGSat fait partie d'un investissement global de 61,8 millions de dollars annoncé aujourd'hui par le gouvernement du Canada en appui à 23 projets de technologies propres à travers le Canada.

À propos de GHGSat

GHGSat s'est donnée pour mission de devenir la référence mondiale en matière de vérification à distance des émissions de gaz à effet de serre (GES) et de gaz affectant la qualité de l'air (GQA) par des sites industriels, au moyen de la technologie satellitaire.

La technologie innovante de GHGSat permettra de mesurer plus précisément les émissions de GES et de GQA à une fraction des coûts d'autres solutions comparables. Les propriétaires d'installations industrielles seront en mesure de surveiller toutes leurs installations, locales ou distantes, à travers le monde au moyen d'une seule technologie et en quasi temps réel. Les industries bénéficieront également de renseignements améliorés sur les émissions, ce qui leur permettra de mieux mesurer, maîtriser et, ultimement, de réduire leurs émissions de GES et GQA.

À propos de TDDC

Au nom du Gouvernement du Canada, Technologies du développement durable Canada (TDDC) soutient la commercialisation, la croissance et l'accès aux marchés de l'exportation des technologies propres canadiennes. Gérant un portefeuille d'entreprises d'une valeur de plus de deux milliards de dollars, TDDC démontre que les technologies propres stimulent la création d'emplois, la productivité et la prospérité économique.

TDDC exploite deux fonds qui visent le développement et la démonstration de solutions technologiques novatrices. D'une valeur de 590 millions $, le fonds Technologies du DDMC soutient des projets qui touchent les changements climatiques, la pureté de l'air, la propreté de l'eau et la salubrité des sols. Le Fonds de biocarburants ProGenMC, d'une valeur de 500 millions $, soutient la création d'installations de démonstration à grande échelle, premières du genre, qui produiront les combustibles renouvelables de la génération suivante.

TDDC œuvre avec le secteur privé, le secteur financier et tous les ordres de gouvernement pour respecter l'engagement du gouvernement envers l'établissement d'un environnement sain et d'une excellente qualité de vie pour tous les Canadiens. TDDC est une société à but non lucratif.

Renseignements