SOURCE: Glassdoor

Glassdoor

24 mars 2016 09h26 HE

Glassdoor Research confirme des inégalités de revenus importantes entre les hommes et les femmes aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie, en Allemagne et en France

L’étude révèle des différences entre les inégalités de revenus « corrigées » et les « brutes » entre hommes et femmes sur tous les marchés quand des contrôles s’appliquent à l’intitulé du poste, au secteur, au site, à la société, à l’expérience professionnelle et à d’autres facteurs

Aux États-Unis, les écarts salariaux sont plus importants chez les employés plus âgés, ceux travaillant dans le domaine des soins de santé et les programmateurs informatiques

MILL VALLEY, CA--(Marketwired - Mar 24, 2016) - Une nouvelle étude multinationale de Glassdoor(R) Economic Research confirme des inégalités de revenus importantes entre les hommes et les femmes aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie, en Allemagne et en France. Le rapport, intitulé Démystifier les inégalités de revenus entre hommes et femmes, se base sur un ensemble unique de données de plus de 534 000 rapports salariaux partagés en ligne sur Glassdoor par les employés(1), qui comprend les données relatives aux salaires ainsi que l’intitulé précis du poste et le nom de la société. Cette spécificité a permis à Glassdoor de comprendre les inégalités de revenus « corrigées » et « brutes » de chaque pays. Aux États-Unis, l’étude confirme que les différences salariales augmentent avec l’âge et révèle quels sont les postes et les secteurs qui possèdent les plus grandes et les plus petites inégalités de revenus entre hommes et femmes.

Aux États-Unis, les différences salariales brutes entre hommes et femmes s’élèvent à 24,1 pour cent, ce qui signifie que les femmes gagnent en moyenne 0,76 $ contre 1 $ pour les hommes. Quand on y ajoute les contrôles statistiques relatifs à l’âge, à l’éducation et aux années d’expérience, les données Glassdoor montrent que l’écart se réduit à 19,2 pour cent. Et, quand on y ajoute les contrôles statistiques concernant le poste, le secteur, le site, l’année, la société et l’intitulé du poste, l’écart salarial aux États-Unis est alors de 5,4 pour cent, révélant ainsi le chiffre corrigé. L’étude a découvert des différences similaires entre les inégalités de revenus « corrigées » et « brutes » de chaque pays analysé.

« L’écart salarial est réel et l’étude détaillée de Glassdoor nous permet de mieux comprendre à quel point ces différences sont importantes dans plusieurs pays », a déclaré le Dr Andrew Chamberlain, économiste en chef de Glassdoor, Inc. « Bien que notre rapport révèle d’importantes inégalités de revenus entre les hommes et les femmes, il est capital de comprendre qu’il existe de nombreuses façons d’analyser cet écart. La base de données unique de Glassdoor sur les rémunérations nous permet d’examiner de près les facteurs pouvant expliquer certaines des différences salariales documentées entre hommes et femmes et de faire la lumière sur la partie des écarts salariaux pour lesquels il semble n’y avoir aucune explication ».

Différences entre les salariés : secteur, poste et âge

Les inégalités de revenus entre les hommes et les femmes varient selon l’âge du salarié, le poste et le secteur. En ce qui concerne l’âge, l’étude révèle que ces écarts salariaux augmentent lorsque l’employé prend de l’âge. Aux États-Unis, les salariés ayant entre 18 et 24 ans connaissent un écart salarial corrigé inférieur à la moyenne de 2,2 pour cent. Par contre, en ce qui concerne les employés plus âgés, de 55 à 64 ans, ce chiffre augmente jusqu’à 10,5 pour cent, soit environ le double de la moyenne nationale qui atteint 5,4 pour cent.

L’étude examine ensuite quels postes connaissent le plus grand écart salarial entre les hommes et les femmes. Aux États-Unis, le chiffre corrigé des disparités salariales est le plus élevé pour les programmateurs informatiques (28,3 pour cent), les chefs (28,1 pour cent), les dentistes (28,1 pour cent), les cadres (par ex. les PDG, les directeurs financiers; 27,7 pour cent) et les psychologues (27,2 pour cent). Les différences de revenus entre hommes et femmes sont inversées dans certains secteurs où les femmes gagnent plus que les hommes. Les postes connaissant le plus grand écart salarial entre hommes et femmes sont les assistantes sociales (-7,8 pour cent), les marchandiseurs (-7,6 pour cent), les assistants de recherche (-6,6 pour cent), les prestataires spécialisés dans les achats (-5,5 pour cent) et les médecins-conseils (-2,4 pour cent).

Aux États-Unis, tous secteurs confondus, les plus grandes inégalités corrigées de revenus entre hommes et femmes se situent dans le domaine des soins de santé (7,2 pour cent), des assurances (7,2 pour cent), des mines et des métaux (6,8 pour cent), des transports et de la logistique (6,7 pour cent) ainsi que des médias (6,6 pour cent). Elle est moins importante dans les domaines de l’aérospatial et de la défense (2,5 pour cent), de l’agriculture et de la sylviculture (2,5 pour cent), de la biotechnologie et des produits pharmaceutiques (3 pour cent), du tourisme et des voyages (3 pour cent) et les services de restauration et de bars (3,2 pour cent). Bien que de nombreux postes technologiques précis, tels que les programmateurs informatiques, comportent de grandes inégalités de revenus entre hommes et femmes, le secteur de la technologie dans son ensemble est plus proche de la moyenne américaine et se retrouve au milieu tous secteurs confondus et légèrement au-dessus de la moyenne nationale (5,9 pour cent).

Facteurs contribuant aux inégalités de revenus entre hommes et femmes

Le rapport divise les écarts salariaux par ce qui peut être « expliqué » en raison des différences relatives aux caractéristiques des salariés (p. ex, l’âge, l’éducation, etc.) et ce qui reste « inexpliqué ». Les chercheurs de Glassdoor ont trouvé que la majorité (67 pour cent) de l’ensemble des inégalités de revenus américains entre les hommes et les femmes peut être expliquée par les facteurs observables dans les données de Glassdoor. Cela signifie que les écarts salariaux inexpliqués peuvent très bien être attribués aux préjugés existant sur le lieu de travail (qu’ils soient intentionnels ou non), les différences de négociation entre les hommes et les femmes et/ou d’autres caractéristiques de salarié passées inaperçues.

L’étude révèle que le plus grand facteur contribuant aux inégalités de revenus entre les hommes et les femmes s’explique par les différences dans la façon dont les hommes et les femmes appréhendent les éventuels écarts de salaires selon les postes et les secteurs. Cette conclusion est valable dans les cinq pays et, aux États-Unis, elle représente plus de la moitié (54 pour cent) des inégalités de revenus brutes entre les hommes et les femmes. Par exemple, les chiffres de recensement des U.S.A montrent que les femmes ne représentent que 26 pour cent des PDG les mieux payés mais 71 pour cent des hôtesses de caisse les moins rémunérées. Une autre recherche universitaire tierce suggère que cette sélection professionnelle entre les hommes et les femmes est due en partie aux pressions sociales qui orientent les hommes et les femmes vers les lycées les plus réputés et dans certaines carrières, ainsi qu’aux normes sexuelles comme, par exemple, celle des femmes qui sont responsables, de façon disproportionnée des enfants ou qui s’occupent des personnes âgées, ce qui les poussent à accepter des postes plus flexibles mais moins payés. L’écart s’explique enfin par les différences dans les domaines de l’éducation, de l’âge et des années d’expérience (14 pour cent) entre les hommes et les femmes.

« Les hommes et les femmes ont tendance à suivre des parcours professionnels différents et ce, très tôt dans la vie, et ils se retrouvent ensuite à différents postes et dans divers secteurs. Cela est provoqué principalement par un grand nombre d’attentes sociétales et de codes traditionnels qu’il faut respecter selon les sexes. C’est le seul facteur mais aussi le plus important qui contribue aux inégalités salariales actuelles », a ajouté Chamberlain.

« Afin de réduire ces inégalités, nous devrions nous intéresser à la création de politiques et de programmes qui permettraient aux femmes d’accéder plus facilement aux promotions professionnelles et aux formations, comme la capacité de négocier son salaire. Ces politiques les soutiendraient ainsi tout au long de leurs carrières et ce, dans n’importe quel secteur dans lequel elles décident de travailler » a déclaré Dawn Lyon, vice présidente des affaires d’entreprise de Glassdoor, Inc. « Une plus grande transparence des salaires permettrait également d’éradiquer les inégalités salariales en facilitant l’identification des disparités et en provoquant des conversations avec les employeurs afin de veiller que les employés perçoivent un salaire égal à travail égal. La recherche a montré que les sociétés pratiquant la transparence salariale peuvent, à la longue, accroître la satisfaction des employés, ce qui stimule la productivité ».

Inégalités de revenus entre les hommes et les femmes sur le marché international

Outre les États-Unis, le rapport révèle les différences salariales corrigées ou brutes au Royaume-Uni, en Australie, en Allemagne et en France. Les résultats de chacun de ces marchés sont similaires : de plus grandes inégalités de revenus brutes qui diminuent, sans toutefois disparaître, quand des facteurs supplémentaires tels que l’expérience professionnelle, l’âge, le site et l’intitulé du poste y sont inclus.

                                                                            
----------------------------------------------------------------------------
     Différences salariales « brutes »  Différences salariales « corrigées » 
----------------------------------------------------------------------------
                                                                            
                         Pourcentage de l’écart       Pourcentage de l’écart 
             Moyenne entre femmes et moyenne ente hommes et femmes 
 Pays     Salaire par salaire   Salaire       Salaire par      et Salaire    
               masculin         masculin   salaire masculin     masculin 
----------------------------------------------------------------------------
 États-Unis    0,76$/1$          24,1%         0,95 $/1$          5,4%     
----------------------------------------------------------------------------
 Royaume                         22,9%                            5,5%     
Uni            0,77£/1£                        0,95£/1£                 
----------------------------------------------------------------------------
 Australie  0,83$ AUD/1$ AUD     17,3%      0.96$ AUD/1$ AUD      3,9%     
----------------------------------------------------------------------------
 Allemagne  0,78 EUR/1 EUR       22,5%      0 ,95 EUR/1 EUR       5,5%     
----------------------------------------------------------------------------
 France     0,86 EUR/1 EUR       14,3%      0,94 EUR/1 EUR        6,3%     
----------------------------------------------------------------------------
Les chiffres ont été arrondis pour simplifier le rapport. Source :                
Glassdoor.com/research.                                                     
----------------------------------------------------------------------------
                                                                            

Voir l’intégralité du rapport Glassdoor Economic Research, Démystifier les inégalités de revenus entre hommes et femmes, avec une analyse en profondeur des disparités salariales entre les hommes et les femmes aux États-Unis, au Royaume-Uni en Australie, en Allemagne et en France.

Visitez Glassdoor pour recherche des salaires ou pour soumettre un rapport sur les salaires. Visitez Glassdoor Economic Research pour vous inscrire aux derniers rapports économiques sur l’emploi et le marché de l’emploi.

À propos de Glassdoor
Glassdoor la plateforme dédiée à l’emploi et la carrière la plus transparente du marché, transforme la façon qu’ont les gens de chercher leur emploi et dont les entreprises recrutent leurs meilleurs talents. Glassdoor combine avis gratuits et anonymes, côtes d’entreprises, déroulés d’entretiens et informations salariales avec des offres de poste, pour aider les chercheurs d’emploi, à trouver rapidement les meilleures offres et à répondre au processus d’embauche. Pour les employeurs, Glassdoor offre des solutions de recrutement et de développement de la marque employeur pour attirer les meilleurs profils de candidats à une fraction du coût des autres canaux. En outre, Glassdoor propose l’une des applications les plus populaires sur Android et iOS. Lancée en 2008, la société a levé environ 160 millions de $ auprès de Google Capital, Tiger Global, Benchmarck, Battery Ventures, Sutter Colline Ventures, DAG Ventures, Dragoneer Investment Group et d’autres.

(c) 2016 Glassdoor, Inc. Glassdoor est une marque déposée de Glassdoor, Inc.

(1) Basé sur plus de 534 000 rapports salariaux partagés en ligne sur Glassdoor par les employés à temps plein à partir du 11/11/15 (U.S.A) ou du 24/11/15 (Royaume-Uni, Australie, Allemagne, France). Pour la méthodologie complète: https://www.glassdoor.com/research/studies/gender-pay-gap/

Renseignements