SOURCE: Institute for Economics & Peace

Institute for Economics & Peace

12 juin 2012 00h31 HE

Global Peace Index 2012 : le monde s'est légèrement pacifié au cours de l'année dernière - renversant la tendance des deux années precedents

Les nations recherchent davantage la paix extérieure pour privilégier la puissance économique à la puissance militaire

- Pour la première fois, l'Afrique subsaharienne n'est pas la région la moins pacifiée

- L'Islande est le pays le plus pacifié pour la deuxième année consécutive

- La Syrie dégringole de plus de 30 places dans le classement jusqu'� la 147ème position

- La Somalie conserve la position de pays le moins pacifié pour la deuxième année consécutive

- La fin de la guerre civile au Sri Lanka permet au pays d'enregistrer la plus forte progression, avec un bond de près de 30 places

LONDRES, ROYAUME-UNI--(Marketwire - Jun 12, 2012) - Les améliorations de l'Échelle de la terreur politique(1) et les progrès de plusieurs indicateurs du niveau de militarisme(2) résultant des restrictions du budget de la défense liées aux mesures d'austérité ont été les deux facteurs principaux qui ont contribué à rendre le monde plus pacifique en 2012, selon le dernier Global Peace Index (GPI) paru aujourd'hui. Cela inverse la tendance des deux années précédentes, durant lesquelles le GPI avait indiqué un déclin de la paix mondiale. Selon les estimations, si le monde avait été totalement en paix, l'apport à l'économie mondiale aurait été de 9 000 milliards USD au cours de l'année dernière (ce qui correspond à la taille combinée des économies allemande et japonaise).

Le GPI est le premier indice international de mesure de la paix dans le monde, conçu par l'Institute for Economics and Peace (IEP - Institut pour l'économie et la paix). Il évalue les conflits internationaux et nationaux actuels, les niveaux de sûreté et de sécurité dans la société, ainsi que le militarisme, au sein de 158 pays, en tenant compte de 23 indicateurs distincts.

L'ensemble des régions, à l'exception du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (MOAN), ont enregistré une amélioration, avec notamment l'Afrique subsaharienne qui quitte le bas du classement pour la première fois depuis la création du GPI en 2007. Madagascar, le Gabon et le Botswana ont affiché des améliorations au cours de l'année dernière et la région a également enregistré la plus importante amélioration dans la catégorie « Relations avec les États voisins » de 2009 à 2012.

En raison du déclin de leur niveau de pacifisme, le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord sont maintenant les régions les moins pacifiques du monde. Cette dégradation reflète largement les bouleversements et l'instabilité résultant du Printemps arabe. En effet, les cinq indicateurs du GPI qui ont le plus baissé l'année dernière concernaient des mesures relatives à la sûreté et à la sécurité dans la société, et semblent refléter l'agitation qui secoue le monde arabe depuis décembre 2010. En raison de l'éclatement de la guerre civile en Syrie, le pays a dégringolé dans le classement, enregistrant la plus forte chute, suivi de l'Égypte et de la Tunisie, respectivement, tous deux recouvrant d'une révolution.

« Ce qui apparaît de façon spectaculaire dans les résultats de cette année et les tendances sur six ans est le changement de priorités au niveau mondial. Les nations sont devenues plus pacifiques au niveau extérieur, et la concurrence se joue davantage sur le plan économique que militaire. Les résultats de l'Afrique subsaharienne sont dans l'ensemble particulièrement frappants - les guerres régionales se sont apaisées tandis que l'Union africaine s'efforce de renforcer son intégration économique et politique », a déclaré Steve Killelea, Fondateur et Président exécutif de l'IEP. « La paix a retrouvé un niveau proche de celui de 2007, mais, alors que les mesures externes de pacifisme se sont améliorées, les conflits internes ont quant à eux augmenté. Ceci est particulièrement perceptible dans la hausse du nombre de décès dus à des actes terroristes, qui a plus que triplé depuis 2003. »

Les données de tendance montrent également un écart considérable entre les démocraties et les autres systèmes politiques. Les démocraties imparfaites réussissent considérablement mieux que les régimes autoritaires et hybrides, ce qui suggère que les mesures de répression gouvernementale, telles que l'« Échelle de la terreur politique » et le « Niveau de conflits internes organisés » sont des révélateurs fiables du niveau de pacifisme.

« L'analyse de la tendance sur six ans montre que les pays qui se situent en haut et en bas du classement ne changent que très rarement - impliquant que la paix est "ancrée" à ces deux niveaux », a poursuivi M. Killelea. Il existe également un important « point tournant » au-delà duquel des progrès relativement moindres en termes de paix semblent être associés à une baisse considérable de la corruption et une augmentation importante du PIB par habitant. Alors que les pays cherchent à se développer, les responsables politiques feraient bien de prendre note des Dividendes de la paix et d'examiner les cadres qui structurent les sociétés les plus pacifiques. »

AUTRES FAITS SAILLANTS AU NIVEAU RÉGIONAL

Le résultat global de la région Asie-Pacifique s'est amélioré dans la plus large mesure depuis l'année dernière et incluait trois des cinq plus fortes progressions. Le Sri Lanka a connu la plus forte amélioration en termes de paix globale, suite à la fin de la guerre civile. Le Bhutan a enregistré une progression solide lui permettant de se classer parmi les 20 premiers pour la première fois, notamment en raison du relâchement des tensions entourant les réfugiés d'origine népalaise. Les Philippines ont également présenté une solide augmentation concernant plusieurs indicateurs.

Pour la sixième année consécutive, l'Europe occidentale reste nettement la région la plus en paix, la majorité des pays se classant dans les 20 premiers de l'indice. Alors que la Norvège a quitté les 10 premiers pour la première fois pour se retrouver à la 18ème place, trois pays scandinaves restent classés parmi les 10 premiers avec de hauts niveaux de sûreté et de sécurité, reflétant des sociétés harmonieuses et libres de tout conflit.

Lâ Amérique du Nord affiche une légère amélioration, confirmant la tendance qui se poursuit depuis 2007. Le Canada a gagné trois places dans le classement de cette année grâce à une réduction du nombre de pertes humaines au sein de ses troupes stationnées en Afghanistan. Le résultat global des États-Unis s'est également légèrement amélioré en raison de la baisse du pourcentage de la population incarcérée, même si le pays a chuté de quelques places en raison de la progression d'autres pays.

L'Amérique latine a également connu une augmentation générale de la paix, avec 16 des 23 nations affichant de meilleurs résultats dans le GPI.

NOTES À L'INTENTION DES RÉDACTEURS

Les résultats du GPI, des cartes interactives et des vidéos peuvent être consultés à l'adresse www.visionofhumanity.org.

Suivez-nous sur Twitter : https://twitter.com/#!/GlobPeaceIndex

Consultez notre page : www.facebook.com/globalpeaceindex

À propos de l'Institute for Economics and Peace

L'Institute for Economics and Peace est une organisation de recherche internationale à but non lucratif qui s'engage à orienter le point de vue mondial sur la paix vers une mesure positive, à portée d'atteinte et concrète du bien-être humain et des progrès.

En 2012, cinq nouveaux pays (le Bénin, Djibouti, la Guinée-Bissau, le Lesotho et la Mauritanie) ont rejoint l'indice, portant le total à 158 nations totalisant 99 % de la population mondiale.

Pour tout complément d'information : www.economicsandpeace.org.

(1) L'Échelle de la terreur politique mesure les niveaux de violence et de terreur politique.

(2) Les six des pays ayant effectué les dépenses militaires les plus élevées (Brésil, France, Allemagne, Inde, Royaume-Uni et États-Unis) ont tous réduit leur budget alloué à la défense en 2011.

Pour consulter le communiqué de presse pour réseaux sociaux, veuillez cliquer sur le lien suivant : http://www.marketwire.com/press-release/-1667984.htm

Renseignements