Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés

Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés

25 mai 2016 14h30 HE

Hausse des coûts des médicaments en 2013-2014 pour les régimes d'assurance-médicaments au Canada en raison des dépenses accrues en médicaments dispendieux, et baisse des économies réalisées...

...grâce aux médicaments génériques

Le Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés publie la deuxième édition de son rapport phare sur les dépenses des régimes publics d'assurance-médicaments au Canada

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 25 mai 2016) - Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés

Le Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés (CEPMB) publie aujourd'hui, dans le cadre de l'initiative de recherche du Système national d'information sur l'utilisation des médicaments prescrits (SNIUMP), la deuxième édition de son rapport phare annuel CompasRx, qui fait le suivi des principaux changements en matière d'établissement des prix et de remboursement au Canada, l'analyse des tendances et l'évaluation de l'incidence sur les niveaux de dépenses. Fondé sur les conclusions de la première édition, CompasRx, 2e édition porte sur l'exercice 2013-2014 et fait un examen rétrospectif des tendances depuis 20092010.

Le rapport révèle que les dépenses des régimes publics d'assurance-médicaments au Canada ont augmenté de 2,0 % en moyenne en 2013-2014, inversant la tendance à la croissance faible ou négative des dernières années. Cette hausse s'explique par la forte augmentation de l'usage de médicaments dispendieux, comme les produits biologiques, et par la baisse marquée des économies découlant de l'utilisation de versions génériques de médicaments de marque. Comme le prévoyait le rapport de l'année dernière, ces données laissent présager la fin de l'ère de la chute des brevets des dernières années, au cours de laquelle les régimes publics ont pu profiter de la fin de la vie brevetée de nombreux médicaments de marque populaires de la dernière décennie qui ont fait pour la première fois face à la concurrence de médicaments génériques. Du petit nombre de médicaments vedettes restant sur le marché canadien, aucun n'a perdu la protection de son brevet en 20132014.

En plus de la hausse des dépenses en médicaments onéreux, la majorité des régimes d'assurance-médicaments ont vu leurs dépenses augmenter au cours des dernières années en raison des coûts d'exécution d'ordonnance. Ces coûts ont augmenté de 5,9 %, soit 122,2 millions de dollars en 20132014, étant à l'origine d'une plus grande part (22,3 %) du total des dépenses des régimes publics en médicaments d'ordonnance au fil du temps.

CompasRx, 2e édition - 2013-2014 est publié sur le site Web du CEPMB, en formats PDF et HTML accessible.

Les faits en bref

  • Les régimes publics d'assurance-médicaments canadiens dont il est question dans le rapport ont remboursé à leurs bénéficiaires actifs 78,7 % du total des dépenses en médicaments en 20132014. Cela représente 9,8 milliards de dollars, dont 7,3 milliards en coûts de médicaments, 2,2 milliards en coûts d'exécution d'ordonnance et 0,3 milliard en marges bénéficiaires des pharmacies.
  • La diminution récente des taux de croissance des dépenses en médicaments d'ordonnance est le résultat net d'effets opposés de « poussée » et de « traction ». L'accroissement de la population de bénéficiaires, de l'utilisation de médicaments et du recours à des médicaments plus dispendieux exerce une pression à la hausse (poussée) sur les coûts, alors que le remplacement par des médicaments génériques et les réductions de prix exercent une pression à la baisse (traction).
  • Bien que la proportion de bénéficiaires actifs dont les coûts annuels en médicaments d'ordonnance dépassent 10 000 $ soit relativement faible, soit entre 0,6 % et 2,3 % selon le régime public d'assurance-médicaments, elle ne cesse d'augmenter depuis 2009. Les dépenses de cette population représentaient une part disproportionnée des dépenses en 2013-2014, soit entre 16,4 % et 29,2 %.
  • Sans les économies découlant de la politique sur les médicaments génériques, les effets de poussée comme l'augmentation du nombre de bénéficiaires actifs des régimes d'assurance-médicaments canadiens et le vieillissement de cette population, le volume de médicaments et l'usage de médicaments plus dispendieux auraient fait grimper les coûts des médicaments de 9,7 %, soit 688,4 millions de dollars, en 2013-2014.
  • En l'absence d'autres pressions sur les coûts, les prix à la baisse des médicaments génériques et le remplacement des médicaments de marque par des médicaments génériques auraient fait baisser les coûts de 7,5 %, soit 537 millions de dollars, en 2013-2014.
  • CompasRx, 2e édition présente des données concernant les régimes publics d'assurance-médicaments de la Colombie-Britannique, de l'Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba, de l'Ontario, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de l'Île-du-Prince-Édouard, de Terre-Neuve-et-Labrador et le régime d'assurancemédicaments des Services de santé non assurés de Santé Canada.

Produits connexes

Liens connexes

Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés

Le Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés est un organisme public respecté qui contribue de façon unique et précieuse à la durabilité des dépenses en produits pharmaceutiques au Canada grâce aux mesures suivantes :

  • fournir aux intervenants des renseignements sur les prix, les coûts et l'utilisation des médicaments pour les aider à prendre des décisions éclairées et rapides sur l'établissement des prix, l'achat et le remboursement;
  • exercer un contrôle efficace sur les droits de brevet des fabricants pharmaceutiques grâce à l'exercice responsable et efficient de ses pouvoirs en matière de protection des consommateurs.

À propos de l'initiative du SNIUMP

Le Système national d'information sur l'utilisation des médicaments prescrits (SNIUMP) est une initiative de recherche mise sur pied par les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux de la Santé en septembre 2001 qui repose sur un partenariat entre le Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés et l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS).

L'initiative du SNIUMP fournit aux décideurs et aux gestionnaires des régimes publics d'assurance-médicaments des analyses critiques des prix des médicaments d'ordonnance, de l'utilisation de ces médicaments et des tendances relatives à leurs coûts, et ce, afin que les responsables du système de soins de santé canadien disposent de renseignements plus complets et plus exacts sur l'usage des médicaments d'ordonnance et sur les sources de pression sur les coûts.

La source principale de données du présent rapport est la base de données du SNIUMP, élaborée par l'ICIS.

Renseignements