Société canadienne d'hypothèques et de logement

Société canadienne d'hypothèques et de logement

28 nov. 2016 08h16 HE

Hausse du taux d'inoccupation des logements locatifs traditionnels au Canada

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 28 nov. 2016) - Sur le marché des logements d'initiative privée construits pour la location, le taux d'inoccupation moyen des appartements locatifs a légèrement augmenté dans les 35 grands centres du Canada : il est passé de 3,3 % en octobre 2015 à 3,4 % en octobre 2016. C'est ce que révèlent les résultats de l'Enquête sur les logements locatifs de l'automne diffusés aujourd'hui par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

Des rapports distincts sont également disponibles pour le Canada, les provinces et Yellowknife et les grands centres.

Les rapports de l'Enquête sur les logements locatifs fournissent des données et une analyse des résultats d'enquête sur le marché locatif primaire (logements construits expressément pour être donnés en location) et sur le marché locatif secondaire (qui englobe les appartements en copropriété).

Faits saillants du rapport

  • Les grands centres du Canada ayant enregistré les plus hauts taux d'inoccupation dans les immeubles de logements construits expressément pour la location sont Saskatoon (10,3 %), St. John's (7,9 %), Edmonton (7,1 %), Calgary (7,0 %) et Saguenay (7,0 %).
  • Les taux les plus bas ont été relevés à Victoria (0,5 %), Abbotsford-Mission (0,5 %), Kelowna (0,6 %) et Vancouver (0,7 %).
  • Dans les 35 grands centres du Canada, le loyer des appartements de deux chambres s'est accru en moyenne de 2 % entre les enquêtes menées en octobre 2015 et en octobre 2016.
  • En octobre 2016, le loyer mensuel moyen des appartements de deux chambres était de 995 $.
  • Le taux d'inoccupation des copropriétés à louer variait entre 6,8 % à Edmonton et 0,3 % à Vancouver.
  • Le loyer mensuel moyen des appartements en copropriété de deux chambres se chiffrait entre 1 033 $ à Québec et 2 029 $ à Toronto.

La SCHL reconnaît la nécessité de combler les lacunes dans l'information sur le marché canadien de l'habitation. Pour répondre à ce besoin, la Société a, pour la toute première fois, demandé aux gestionnaires immobiliers de fournir des renseignements sur le nombre total d'unités qui ont été occupées par un nouveau locataire au cours des 12 derniers mois.

Selon les réponses obtenues à cette nouvelle question, les taux de rotation des locataires dans les immeubles d'appartements locatifs traditionnels ont été supérieurs à la moyenne nationale en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba et dans la plupart des centres du Canada atlantique, alors qu'ils ont été en général inférieurs à la moyenne nationale en Colombie-Britannique, au Québec et en Ontario.

Ce communiqué inclut une capsule vidéo.

Pour avoir accès aux publications futures du Centre d'analyse de marché de la SCHL, veuillez vous abonner à L'Observateur du logement en ligne.

En tant qu'autorité en matière d'habitation au Canada, la SCHL contribue à la stabilité du marché de l'habitation et du système financier, vient en aide aux Canadiens dans le besoin et fournit des résultats de recherches et de l'information aux gouvernements, aux consommateurs et au secteur de l'habitation du Canada.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez consulter le site Web de la SCHL à www.schl.ca ou suivez-nous sur Twitter, YouTube, LinkedIn et Facebook.

CITATION

« Depuis l'an dernier, la progression de l'offre d'appartements sur le marché locatif primaire a été plus rapide que celle du nombre de logements occupés, ce qui a fait monter légèrement le taux d'inoccupation. Ceci étant dit, les tendances régionales étaient très différentes à l'échelle du pays et s'annulaient plus ou moins les unes les autres. »

Tania Bourassa-Ochoa, Analyste de Marché, Société canadienne d'hypothèques et de logement

Renseignements