CNRS

CNRS
Hydro-Québec

Hydro-Québec
Université de Montréal

Université de Montréal
Sud-Chemie AG

Sud-Chemie AG

04 juil. 2011 14h32 HE

Hydro-Québec, l'Université de Montréal, le CNRS et Süd-Chemie s'accordent sur l'octroi de sous-licences pour fabriquer le matériau LMP/LFP des batteries

Mise en place des fondements visant à faciliter la pénétration du LFP sur le marché

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 4 juillet 2011) - Les propriétaires des droits des brevets clés concernant le phosphate de métal lithium, incluant le phosphate de fer lithium (LMP/LFP) ainsi que les matériaux liés aux batteries, ont décidé, en collaboration avec Süd-Chemie AG, Munich, d'établir une nouvelle base élargie de commercialisation à l'international de ces matériaux. Le LMP/LFP est un matériau de cathode innovant, performant et sûr, utilisé dans les batteries rechargeables. Ces batteries ont littéralement changé le monde. Téléphones portables, ordinateurs portables et véhicules électriques et hybrides n'existeraient pas sans cette technologie. La technologie LMP/LFP est utile dans de nombreuses applications de ce type, notamment les batteries des véhicules électriques et hybrides ainsi que le stockage stationnaire de l'énergie des « réseaux énergétiques intelligents».

Süd-Chemie, via sa filiale Phostech Lithium Inc., était auparavant le fournisseur, licencié exclusif, de LMP/LFP. Süd-Chemie a convenu avec les trois propriétaires des brevets, Hydro-Québec, l'Université de Montréal et le CNRS, de faciliter la diffusion de cette technologie en créant LiFePO4+C Licensing AG, Muttenz/Suisse, filiale à part entière de Süd-Chemie. LiFePO4+C Licensing AG concèdera des sous-licences à des fabricants de LMP/LFP capables de répondre à la demande du marché avec des produits de qualité.

Des premiers contrats de sous-licence ont été signés avec deux entreprises japonaises Sumitomo Osaka Cement Co. Ltd. et Mitsui Engineering & Shipbuilding Co. Ltd., ainsi qu'avec deux entreprises taiwanaises Tatung Fine Chemicals Co. et Advanced Lithium Electrochemistry (Cayman) Co., Ltd (ALEEES). Cette dernière s'est engagée à construire une usine de production de capacité industrielle dans la province du Québec. LiFePO4+C Licensing AG prévoit de concéder à un nombre limité de sociétés d'autres sous-licences relatives à la technologie LMP/LFP.

Les brevets LMP/LFP comprennent trois groupes distincts de droits de brevet permettant de protéger au niveau mondial la technologie LMP/LFP : les brevets Goodenough concernant le matériau LMP/LFP, les brevets d'enrobage carbone utilisables avec le matériau LMP/LFP et d'autres, ainsi que les brevets relatifs au procédé d'enrobage carbone. La technologie de base du matériau LMP/LFP a été inventée et brevetée par le scientifique à la renommée internationale, professeur à l'Université du Texas (Austin/USA), le Dr John Goodenough. Le potentiel de cette technologie a d'abord été décelé par le Dr Michel Armand du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), Paris/France qui a ensuite travaillé avec le Dr Nathalie Ravet, le Dr Michel Gauthier et d'autres scientifiques à l'Université de Montréal, Montréal/Canada et au centre de recherche d'Hydro-Québec (IREQ), Montréal/Canada, dans le cadre de travaux financés par Hydro-Québec, l'Université de Montréal et le CNRS. La contribution du Dr Armand a été essentielle pour instaurer une collaboration rapide entre Hydro-Québec et l'Université du Texas (Austin/USA) visant à explorer et développer cette technologie.

La décision de sous-licencier cette technologie met en place les fondements pour répondre de manière appropriée à la demande fortement croissante des industries spécialisées dans l'automobile et les batteries en sources fiables de LMP/LFP, facilitant ainsi une pénétration global et rapide du marché du matériau LMP/LFP de qualité.

En complément de Süd-Chemie et des nouveaux sous-licenciés, la société japonaise Sony Corporation possède une licence non-exclusive de fabrication du LMP/LFP pour sa propre production de batteries.

Montréal/Munich/Paris, le 4 juillet 2011

A propos de la technologie LFP

Le phosphate de fer lithium (LiFePO 4 , LFP) est un nouveau matériau de cathode qui, grâce à sa performance élevée et à son profil de sûreté inégalé, offre un important potentiel d'utilisation dans le cadre des batteries lithium ion de la prochaine génération nécessaires pour la fabrication des transmissions hybrides et électriques de l'industrie automobile et pour le stockage stationnaire de l'énergie, par exemple solaire. Le matériau LFP a été découvert à l'Université du Texas (Austin/USA) en 1995 et Hydro-Québec en a obtenu la licence. Lorsque le matériau LFP est enrobé d'une fine couche de carbone, sa conductivité est améliorée, offrant au LFP des performances uniques. Cette couche doit être suffisamment fine pour permettre au lithium de la traverser. Ces inventions ont été protégées par le biais des brevets d'enrobage carbone LFP et des brevets de procédé d'enrobage carbone LFP dont Hydro-Québec/Canada, l'Université de Montréal/Canada, et le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)/ France sont copropriétaires.

A propos du Dr. Goodenough

Le Dr. Goodenough a reçu de nombreuses distinctions pour ses travaux, notamment le Prix du Japon 2001, l'équivalent japonais du Prix Nobel. En 2008, la Société Royale de Chimie a renommé son Prix « Prix à Vie de la Chimie des Matériaux » « Prix John B. Goodenough » pour reconnaître l'importante contribution du Dr Goodenough à ce domaine. Plus récemment, le Pr. Goodenough a reçu le Prix 2009 « Enrico Fermi » des mains du Président des Etats-Unis « pour ses contributions incontournables à la science et à la technologie des matériaux, spécialement la science relative aux batteries lithium-ion », dont le développement « de la cathode de type olivine qui a notamment permis la commercialisation de LiFePO4, pour les applications liées à l'énergie ».

A propos du Dr. Armand

Le Dr Michel Armand, Directeur de Recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) a reçu les distinctions et prix scientifiques suivants : Médaille de Bronze et d'Argent du CNRS ; Société Royale de Chimie – Prix de la Médaille de la Division Faraday (1985) ; Preis für Umwelttechnologie Saarland Länder (1988) ; Prix de la Division Battery, Société Electromécanique, Etats-Unis(1988) ; Médaille Pergamon, Société Internationale de l'Electrochimie (1995) ; Prix Volta ECS Section Européenne (2000), premier récompensé et Docteur Honoraire de l'Université d'Uppsala (2006).

A propos de Süd-Chemie

Süd-Chemie ( www.sud-chemie.com ), membre du Groupe suisse dont Clariant AG, Muttenz, est propriétaire, est une société spécialisée dans les produits chimiques cotée en bourse (ISIN : DE0007292005 ; WKN : 729200) dont le siège social se trouve à Munich, Allemagne, et qui opère sur une échelle internationale. Le dénominateur commun de tous les produits et services de Süd-Chemie est l'usage performant et économe des ressources naturelles visant à améliorer la qualité de vie des êtres humains et de l'environnement. Les produits fabriqués par la Division Catalyseurs offrent des solutions aux industries de la chimie, pétrochimie et raffinerie, du stockage de l'énergie et de la production d'hydrogène, mais aussi de la purification des effluents gazeux. Les marchés clés desservis par sa Division Adsorbants incluent les industries des biens de consommation, du conditionnement et de la fonderie tout comme le traitement de l'eau. Le Groupe Süd-Chemie a généré des ventes de 1,225 milliard d'EUR en 2010, dont environ 85 % en dehors de l'Allemagne. Au 31 décembre 2010, le Groupe employait plus de 6 400 personnes sur près de 120 sites de vente et de production à travers le monde.

Concernant ses activités de matériaux pour les batteries, Süd-Chemie se concentre principalement sur le développement et la production de phosphate de fer lithium (LiFePO4, LFP), un matériau de cathode particulièrement sûr et performant. Sur le nouveau site de sa filiale canadienne, Phostech Lithium Inc. à Candiac/Québec, Süd-Chemie construit actuellement la première usine de production industrielle du monde de LFP haute qualité en s'appuyant sur un nouveau processus de production propriétaire. La production commerciale pour une livraison en série débutera en 2012 et devrait atteindre 2 500 tonnes par an. Ce volume permettra de produire environ 50 000 automobiles tout électrique ou bien jusqu'à 500 000 voitures à transmission hybride, et ce chaque année.

A propos d'Hydro-Québec (www.hydro.quebec.com)

Hydro-Québec est une entreprise de services publics reconnue dans le monde entier, qui produit, transporte et distribue de l'électricité. Son actionnaire unique est le gouvernement du Québec. Exploitant essentiellement des sources d'énergie renouvelables,, plus particulièrement l'hydraulique, elle soutient le développement de la filière éolienne par ses achats auprès de producteurs privés. Grâce à IREQ, son impressionnant centre de recherche, la société fait de la recherche-développement dans le domaine de l'énergie, y compris l'efficacité énergétique et le stockage de l'énergie. Chaque année, Hydro-Québec consacre plus de 100 millions de $ à la recherche. La société étudie le segment des batteries depuis plus de 30 ans, avec des recherches approfondies sur les matériaux avancés, notamment les sels fondus, le phosphate de fer lithium et les nanotitanates. Sa contribution aide à développer des batteries lithium-ion hautement performantes et sécuritaires qui pouront être rechargées plus rapidement et plus souvent. Le succès futur des véhicules électriques rechargeables reposent en grande partie sur la batterie. Les efforts d'innovation portent à la fois sur les batteries de puissance et les batteries d'énergie.

A propos de l'Université de Montréal (www.umontreal.ca)

Fondée en 1878, l'Université de Montréal et ses deux écoles affiliées, l'École Polytechnique et HEC Montréal, est maintenant la plus grande université du Québec et la troisième du Canada. Comptant plus de 60 000 étudiants dont plus de 7 000 venant de l'étranger, l'UdeM est considérée comme étant l'une des universités les plus cosmopolites du pays. L'Université de Montréal remet plus de 11 000 diplômes chaque année. Profondément enracinée dans la ville de Montréal et se consacrant pleinement à sa mission internationale, l'Université de Montréal est l'une des plus grandes universités du monde francophone.

L'Université de Montréal est l'une des universités canadiennes qui privilégie le plus la recherche. Avec ses deux écoles affiliées, l'École Polytechnique et HEC Montréal ainsi que son réseau d'hôpitaux affiliés, elle rassemble 2 500 professeurs et chercheurs dans toutes les disciplines fondamentales, quelques 300 unités de recherche et les corps d'étudiants les plus importants du Canada au niveau Master et Doctorat. Chaque année, l'Université consacre plus de 400 millions de $ à la recherche de base et appliquée. A l'UdeM, les étudiants se lancent dans une aventure scientifique unique, travaillent avec des spécialistes de renommée mondiale et participent à de passionnantes découvertes.

Notre recherche implique une collaboration étroite entre les spécialistes de différentes disciplines. L'Université soutient des programmes de recherche interdisciplinaires de haut niveau en partenariat avec d'autres institutions et industries au niveau national et international.

Le travail sur le LFP résulte d'une longue coopération avec Hydro-Québec et le CNRS.

A propos du CNRS (www.cnrs.fr)

Le Centre National de la Recherche Scientifique est un centre de recherche financé par le gouvernement, sous l'autorité administrative du Ministère de la Recherche française. Fondé en 1939 par décret gouvernemental, le CNRS s'est vu confier les missions suivantes : évaluer et réaliser toutes les recherches capables de faire avancer la connaissance et d'apporter des bienfaits à la société au niveau social, culturel et économique ; contribuer à l'application et à la promotion des résultats de ces recherches ; développer l'information scientifique ; soutenir la formation liée à la recherche ; participer à l'analyse du climat scientifique national et international et de son potentiel d'évolution afin d'établir une politique nationale. En tant que plus grande organisation de recherche fondamentale en Europe, le CNRS a réalisé des études dans tous les domaines de la connaissance, par l'intermédiaire de ses sept instituts dont l'Institut de la Chimie (INC) et trois instituts nationaux.

Le CNRS encourage la collaboration entre les spécialistes de différentes disciplines, en particulier l'université, en ouvrant ainsi de nouvelles directions à la recherche pour répondre aux besoins sociaux et économiques. Le CNRS a développé des programmes interdisciplinaires qui rassemblent plusieurs départements du CNRS ainsi que d'autres instituts de recherche et industries. La recherche interdisciplinaire concerne les thèmes suivants : la vie et ses implications sociales, l'information, la communication et la connaissance, l'environnement, l'énergie et le développement durable, les nanosciences, les nanotechnologies, les matériaux et les astroparticules : à partir des particules de l'Univers.

Au sein du Laboratoire réactivité et chimie des solides (LRCS - UMR6007), le CNRS accueille une équipe de renommée internationale qui travaille sur le LFP.

Renseignements

  • Süd-Chemie AG
    Corporate Communications
    Patrick Salchow, Jochen Orlowski
    +49-(0)89-5110-250, -247

    Hydro-Québec
    Attachée de presse, Médias et affaires publiques
    Helene Laurin
    +1-514 289-3227

    Université de Montréal
    Communications and Public Relations
    William Raillant-Clark
    +1-514-343-7593

    CNRS
    Direction de la Communication
    Julien Guillaume
    +33 (0)1 44 96 46 35