Fonds international pour la protection des animaux (IFAW)

Fonds international pour la protection des animaux (IFAW)

25 mars 2011 15h17 HE

IFAW : La ministre des Pêches sacrifie les phoques pour gagner des votes

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 25 mars 2011) - La ministre canadienne des Pêches et des Océans, Gail Shea, a annoncé que le total autorisé des captures (TAC) de phoques du Groenland serait augmenté cette année, et fixé à 400 000 têtes. Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) critique cette décision et soutient qu'elle vise essentiellement à courtiser les électeurs dans le contexte d'une élection fédérale imminente.

Selon l'IFAW, cette augmentation de 70 000 phoques est irresponsable et relève d'une vision à court terme. En effet, les bébés phoques de cette année sont menacés par des conditions de glace particulièrement mauvaises. En plus, la demande mondiale pour les produits du phoque demeure très faible.

« Encore une fois, la ministre semble complètement déconnectée de la réalité dans le dossier de la chasse commerciale aux phoques, expliquait Sheryl Fink, la directrice du programme de protection des phoques à l'IFAW. Cette augmentation du TAC n'est pas justifiée par les données scientifiques, ni par la demande des marchés. En plus, la majorité des Canadiens s'y opposent. Les seuls qui peuvent espérer tirer profit de cette hausse, ce sont les politiciens qui prétendent – à tort – aider les chasseurs et les collectivités locales. »

« J'ai observé les phoques du Groenland dans le golfe du Saint-Laurent plus tôt ce mois-ci, poursuivait Fink, et il me paraît évident que cette espèce est sérieusement affectée par les changements climatiques. Les conditions de glace des deux dernières années sont les pires jamais enregistrées selon les données d'Environnement Canada. Le ministère des Pêches a même émis un avis, la semaine dernière, pour avertir le public qu'on pouvait s'attendre à une augmentation des mortalités et du nombre de phoques échoués. »

« La demande pour les produits dérivés du phoque est toujours aussi faible, ajoutait encore Fink. L'augmentation des quotas n'aura donc aucun effet positif pour les chasseurs de phoques. Elle ne fera que ternir un peu plus la réputation internationale du Canada en matière de protection de l'environnement. »

Si l'industrie de la chasse aux phoques survit, c'est grâce à l'aide du gouvernement et aux millions de dollars de fonds publics qu'on y injecte chaque année. L'an dernier, la chasse commerciale a rapporté tout juste un peu plus d'un million $ (en valeur au débarquement). Une étude réalisée en 2010 a démontré qu'en mettant fin à la chasse, le Canada économiserait au moins 7 millions $ par année.

En soutenant artificiellement une industrie cruelle, le gouvernement fédéral gaspille l'argent des contribuables, il nuit à la réputation du Canada et il pénalise d'autres secteurs économiques. L'IFAW demande au gouvernement fédéral de mettre fin à la chasse commerciale aux phoques et d'utiliser l'argent économisé pour aider les chasseurs et leurs collectivités à implanter des solutions de rechange.

Les médias sont invités à discuter avec Sheryl Fink pour en savoir plus.

Renseignements

  • Une entrevue ou pour des informations supplémentaires sur
    la campagne de l'IFAW contre la chasse commerciale
    IFAW Canada : Michelle Cliffe
    Responsable des communications, 647-986-IFAW, poste 4329
    mcliffe@ifaw.org / Twitter: @michellecliffe
    www.ifaw.org/seals