SOURCE: Fédération canadienne de la faune

Fédération canadienne de la faune

07 déc. 2015 13h53 HE

Il reste au Canada beaucoup d'étapes importantes à franchir avant de s'attaquer au changement climatique

OTTAWA, ON--(Marketwired - 7 décembre 2015) - Le Canada a beaucoup de retard à rattraper en matière de réduction des émissions et d'adaptation aux changements climatiques avant de répondre aux attentes de la conférence internationale sur le climat (COP 21), qui s'ouvre aujourd'hui à Paris.

Le premier ministre Trudeau a promis de rencontrer les dirigeants provinciaux à la suite de la conférence de Paris, afin d'établir conjointement des objectifs nationaux. Par la suite, il ne faudra pas tarder à prendre des mesures qui contribueront enfin à réduire véritablement les émissions, tout en aidant les Canadiens à s'adapter aux impacts des changements climatiques, a déclaré Wade Luzny, directeur général de la Fédération canadienne de la faune (FCF).

Les changements climatiques produisent déjà des répercussions négatives sur la faune et la population, dont la perte de la glace de mer, la réduction de l'écoulement des eaux et du manteau neigeux, l'élévation de la température de l'eau et l'augmentation des incendies de forêt.

Le gouvernement fédéral doit donc soutenir les activités qui visent l'adaptation aux impacts des changements climatiques. En voici quelques exemples :

  • Aménager nos zones humides, nos lacs, nos rivières et nos ruisseaux ainsi que leur végétation afin de maintenir la qualité de l'eau et d'en modérer la température, d'assurer le stockage des eaux et de réguler les inondations.
  • Planifier la transformation du littoral en raison de l'élévation du niveau de la mer, en favorisant notamment la préservation des zones côtières humides et des zones intertidales. Contribuer ainsi au maintien de la capacité du stockage de carbone, de même qu'à la protection contre les ondes de tempête et l'érosion des berges.
  • Assurer la gestion durable des pâturages naturels et l'inclusion d'espèces indigènes plus résistantes aux parcours, afin d'accroître leur résilience en période de sécheresse.
  • Repenser notre gestion des forêts quant à l'augmentation prévue de la fréquence et de la taille des incendies, en particulier dans la région boréale.

Des écosystèmes en santé offrent un vaste éventail de services qui favorisent notre économie et notre qualité de vie en général. Non seulement contribuent-ils à atténuer les impacts des changements climatiques, mais ils constituent souvent la démarche la plus rentable en matière de piégeage et de stockage du carbone. Ils peuvent également s'intégrer aux stratégies élaborées à l'échelle locale, provinciale et nationale.

À propos de la Fédération canadienne de la faune

La Fédération canadienne de la faune est un organisme national à but non lucratif qui se consacre à promouvoir la prise de conscience et l'appréciation de notre monde naturel. Par la diffusion du savoir ayant trait à l'incidence des activités humaines sur l'environnement, les activités de recherche, la création et l'offre de programmes pédagogiques, la promotion de l'utilisation durable des ressources naturelles, la recommandation de modifications aux politiques et la collaboration avec des partenaires aux vues similaires, la FCF vise à créer un avenir où les Canadiens vivront en harmonie avec la nature. Pour tout complément d'information, consultez le CanadianWildlifeFederation.ca.

Renseignements