Ville de Montréal - Cabinet du maire et du comité exécutif

Ville de Montréal - Cabinet du maire et du comité exécutif

18 oct. 2005 07h00 HE

Inauguration de la séance de consultation de la commission mixte internationale sur l'accord relatif à la qualité de l'eau dans les grands lacs...

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 18 oct. 2005) -

Conclu entre le Canada et les Etats-Unis en 1972

Le maire de Montréal, M. Gérald Tremblay, a procédé lundi soir, le 17 octobre 2005, à l'inauguration de la séance de consultation de la Commission mixte internationale sur l'Accord relatif à la qualité de l'eau dans les Grands Lacs, conclu entre le Canada et les Etats-Unis en 1972. Cette séance était présidée par M. Robert Gourd.

Créée par le Traité des eaux limitrophes de 1909, la Commission mixte internationale est un organisme binational qui a la mission de prévenir les différends qui pourraient se développer entre les deux pays relativement à leurs relations transfrontalières dans le domaine de l'eau.

M. Tremblay a illustré l'importance qu'il accordait à cet événement en soulignant la présence à cette séance de tous les commissaires de la Commission mixte internationale et notamment de son co-président canadien, M. Herb Gray.

Parlant de l'orientation de la politique montréalaise de l'eau, il a rappelé les décisions récentes de la Ville et ses importants projets d'investissements comme signes de son désir de mettre en place une gestion de l'eau publique et entièrement autofinancée.

M. Tremblay a également profité de l'occasion pour faire état de la volonté de la Ville de Montréal d'inscrire la question de l'eau et de l'accès à l'eau au cour de son action internationale, inspirée par le fait que la Commission est " un exemple brillant de ce que tous les pays devraient faire pour gérer à l'amiable et de manière intégrée leurs enjeux environnementaux communs. "

Enfin, dans la foulée du message qu'il avait lancé en mai 2005 à Québec lors du congrès de l'Association des maires des Grands Lacs et du Saint-Laurent, M. Tremblay a réitéré sa conviction que " au delà des événements et des institutions, qui sont certainement des outils indispensables à la gestion de la problématique de l'eau, locale, régionale ou continentale, il m'est apparu indispensable de travailler aussi à un autre niveau, par la création, à la fois dans la population montréalaise et dans l'administration, d'une " culture de l'eau. "

Il a conclu en disant que les travaux de la séance de consultation n'auront de succès durable au sein des collectivités riveraines des grands plans d'eau " qu'à la seule condition que nos populations pourront se dire que chaque fois que l'eau est en danger, c'est elles-mêmes qui sont en danger. "


Renseignements

  • Source :
    Christiane Miville-Deschênes
    (514) 872-3970
    ou
    Renseignements:
    Robert Letendre
    (514) 872-9375