SOURCE: Institute for Economics & Peace

Institute for Economics & Peace

11 juin 2013 00h00 HE

Indice mondial de la paix 2013: La hausse spectaculaire du nombre d'homicides a entraîné un recul de la paix dans le monde au cours de l'année écoulée

- Les indicateurs qui se sont le plus améliorés sont ceux concernant la terreur d'État et la probabilité de manifestations violentes

 

- 5 % des reculs constatés dans l'Indice mondial de la paix sont intervenus au cours de ces six dernières années

 

- Le score en matière de paix de la Syrie est celui à avoir enregistré la chute la plus vertigineuse depuis la création de l'IMP. La Libye a rebondi suite à la fin de la guerre civile, mais demeure faible

 

- L'Islande conserve son statut de pays le plus pacifique, alors que l'Afghanistan, ravagé par la guerre, retombe en bas de la liste

 

- L'Europe est toujours la région la plus pacifique, et englobe treize des vingt premiers pays du classement. L'Asie du Sud Est, quant à elle, la région la moins pacifique

 

- En Europe occidentale et de l'Est, les homicides diminuent, ce qui va à l'encontre de la tendance mondiale

 

- Au cours de l'année écoulée, au Mexique la guerre de la drogue a coûté la vie à deux fois plus de personnes que les conflits qui sévissent en Irak et en Afghanistan

LONDRES--(Marketwired - Jun 11, 2013) - Note à l'intention des rédacteurs : deux photos, une vidéo et trois figures sont associées à ce communiqué de presse.

Une hausse spectaculaire du nombre d'homicides et un nombre accru de pays (59) à avoir augmenté leurs dépenses militaires en pourcentage de leur PIB sont les facteurs essentiels à l'origine du recul de la paix dans le monde, au sens de l'Indice mondial de la paix (IMP) 2013, publié aujourd'hui. Les conclusions de cette année soulignent une tendance, sur 6 ans, qui met en évidence une détérioration de la paix dans le monde à hauteur de 5 %. Pendant ce laps de temps, 110 pays ont vu chuter leurs scores, alors qu'uniquement 48 pays sont devenus plus pacifiques. L'impact économique de ce recul de la paix de 5 % s'est traduit par un coût pour l'économie mondiale de 473 milliards de dollars US l'année dernière, c'est-à-dire, l'équivalent de presque quatre fois le montant de l'aide publique au développement (ODA) de l'année 2012.

La forte augmentation du nombre d'homicides (1) - jusqu'à 8 % l'année dernière - peut être imputée, pour la plupart, à l'Amérique latine et à l'Afrique subsaharienne. C'est ainsi par exemple qu'au Honduras, le taux d'homicides s'est encore accru, pour être multiplié par 10 (devenant le plus élevé du monde, avec 92 homicides pour 100 000 personnes).

Steve Killelea, fondateur et Président exécutif de l'Institute for Economics and Peace, a déclaré : « La migration des populations vers les zones urbaines dans les pays en développement a constitué l'un des moteurs principaux de l'augmentation des homicides à l'échelle mondiale. Elle a également entraîné une hausse de la criminalité violente. Il s'avère essentiel que la police gagne la confiance des habitants des bidonvilles, et pour cela, il faudrait s'attaquer d'abord et avant tout à la corruption policière ».

La détérioration généralisée de l'indicateur concernant les dépenses militaires dans l'IMP trouve sa source principale dans le fait qu'un nombre croissant de pays à revenu faible ou intermédiaire, en général des régimes autoritaires comme l'Iran, l'Irak, l'Oman, le Zimbabwe et l'Afghanistan, la Côte d'ivoire et la RDC, ont augmenté leurs dépenses en la matière pour dépasser 7 % de leurs PIB (2).

En revanche, certaines légères améliorations ont pu être constatées au cours de l'année écoulée, en ce qui concerne des indicateurs tels que la probabilité de manifestations violentes et la Political Terror Scale, une mesure relative à la terreur d'État, dans des pays comme le Kenya, la République kirghize, la Zambie et la Tunisie.

Commentant les résultats de l'année, Steve a souligné : « Les constatations de l'Indice de cette année soutiennent la tendance dominante des six années écoulées, à savoir : un abandon constant des conflits armés internationaux, pour se concentrer sur des conflits internes plus organisés. Un facteur clé associé à un telle situation est constitué par le fait que le fossé en termes de paix qui sépare les pays à régime autoritaire et le reste du monde se creuse de plus en plus ».

Le meilleur exemple de ceci est la guerre civile en Syrie, pays qui a enregistré la chute de score la plus importante dans l'histoire de l'Indice. Par ailleurs, nombreux sont les pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord à continuer de subir les répercussions du Printemps arabe, avec des manifestations violentes et une instabilité politique accrue, notamment en Égypte, au Bahreïn et en Tunisie.

Les données disponibles ont aussi mis en évidence que certains pays étaient parvenus à avancer de manière significative sur le chemin de la paix, dans la mesure où leur sortie des conflits a ouvert la voie à la reconstruction des Piliers de la paix, lesquels constituent des éléments nécessaires pour obtenir des sociétés pacifiques, résilientes et socialement viables (3). La Libye, par exemple, a connu la plus forte augmentation de la paix, alors que son gouvernement nouvellement élu et ses institutions en voie de redressement ont été établis suite à la récente tourmente de la révolution et de la guerre civile. L'Afrique du Nord a eu, elle aussi, davantage matière à célébrer, alors que le Soudan et le Tchad se sont placés, respectivement, en deuxième et troisième position en ce qui concerne l'augmentation de la paix, leurs conflits respectifs s'étant apaisés.

Et à Steve Killelea d'ajouter : « La tendance représentée par nos données sur 6 ans vient démontrer que le déclenchement d'un conflit peut être rapide, mais aussi que la paix s'améliore de manière graduelle et doit être encouragée sur le long terme, en renforçant les attitudes, les institutions et les structures qui constituent la base des sociétés pacifiques et que l'on connaît sous la dénomination de Piliers de la paix. Les perspectives pour la Libye demeurent incertaines, et l'on peut constater que l'Afghanistan se place à nouveau au bas de l'IMP, en raison d'une instabilité politique à la hausse, d'une augmentation des actes terroristes et du degré de terreur d'État du pays ».

AUTRES FAITS SAILLANTS AU NIVEAU RÉGIONAL

L'Europe est toujours la région la plus pacifique, et elle englobe treize des vingt pays les mieux classés (dont l'Islande). Néanmoins, plusieurs pays lourdement endettés, comme l'Espagne, la Grèce, la France et le Portugal, sont confrontés à des situations moins pacifiques, dans le contexte économique difficile de l'année dernière. Cela reflète également les données de tendance sur six ans, selon lesquelles dans les pays touchés par la récession, la paix recule plus rapidement que dans le reste du monde.

L'Amérique du Nord a légèrement amélioré son score, par rapport à l'année 2012. Pourtant, les États-Unis se placent en 99ème position dans l'Indice, et le pays continue d'enregistrer un score faible par rapport à ses pairs membres de l'OCDE, si l'on s'en tient, notamment, au pourcentage de la population incarcérée (le plus élevé du monde), à sa participation à de nombreux conflits à l'étranger, à son taux d'homicides et à ses capacités en matière d'armement nucléaire et lourd.

En Amérique du Sud, l'Uruguay et le Chili se détachent comme étant les deux nations les plus pacifiques de la région, caractérisées par des institutions relativement fortes et par l'existence d'un État de droit. La situation a empiré en Argentine, qui se place en troisième position, en raison des mauvaises relations que le pays entretient avec ses voisins et de la détérioration de toute une série d'indicateurs internes.

En Amérique centrale, le Costa Rica apparaît, une fois de plus, comme la nation la plus pacifique. Le Nicaragua, le Guatemala et El Salvador ont enregistré, tous trois, des améliorations dans leurs scores à l'IMP, bien qu'à un faible degré. Cet état de fait reflète, en partie, les progrès accomplis par leurs gouvernements en ce qui concerne l'amélioration de la sécurité intérieure, après des années de fortes violences liées aux cartels mexicains de la drogue.

La Russie et l'Eurasie se placent toujours parmi les régions les moins pacifiques du monde, en surpassant sur ce point seulement l'Asie du Sud et les pays MOAN. Au cours de l'année écoulée, les scores ont empiré d'une manière substantielle en Ukraine, au Tadjikistan et en Russie. S'agissant du cas de la Russie, les résultats en matière d'actes terroristes et de nombre de décès découlant des conflits internes (tous deux liés à la situation de violence au Caucase du Nord) ont décliné. Par ailleurs, le score de la Russie a également empiré à cause du rôle croissant joué par le pays en tant que fournisseur d'armes.

La région Asie-Pacifique enregistre une situation de paix et de sécurité généralisée, et le Japon, l'Australie et le Singapour se joignent à la Nouvelle Zélande et passent parmi les 20 nations les plus pacifiques du monde. Néanmoins, les relations turbulentes avec les pays voisins constituent un trait partagé par les pays de la région.

NOTES À L'INTENTION DES RÉDACTEURS

Le rapport de l'IMP, des vidéos et des cartes interactives peuvent être consultés à l'adresse Internet suivante : www.visionofhumanity.org.

Suivez-nous sur : https://twitter.com/GlobPeaceIndex

Consultez notre page Internet à l'adresse : www.facebook.com/globalpeaceindex

À propos de l'Indice mondial de la paix

L'IMP est le premier indice international de mesure de la paix dans le monde, conçu par l'Institute for Economics and Peace (IEP - Institut pour l'économie et la paix). Il évalue les conflits internationaux et nationaux actuels, les niveaux de sûreté et de sécurité dans la société, ainsi que la militarisation, au sein de 162 pays, en tenant compte de 22 indicateurs distincts.

À propos de l'Institute for Economics and Peace

L'IEP est une organisation de recherche internationale qui se donne pour mission de faire en sorte que l'opinion publique mondiale conçoive la paix comme une mesure positive, accessible et concrète du bien-être humain et du progrès.

En 2013, quatre nouveaux pays (le Kosovo, le Soudan du Sud, Timor-Leste et le Togo) ont été intégrés dans l'IMP, portant ainsi à 162 les nations prises en considération, avec une couverture de 99 % de la population mondiale.

(1) L'indicateur relatif au nombre d'homicides à augmenté de 8 %, avec un nombre total d'homicides pour l'année d'environ 524 000.

(2) Cet indicateur contraste, en particulier, avec les sommes totales consacrées aux dépenses dans le secteur de la défense, lesquelles ont reculé, pour la première fois depuis 1998, dans la mesure où certains pays ont diminué leur niveau de dépense (comme, par exemple, les États-Unis, qui ont fait passer leurs dépenses militaires d'environ 4,6 % à 4,1 % du PIB).

(3) Les données de l'IMP font ressortir huit Piliers de la paix, les attitudes et structures clés nécessaires pour la création de sociétés pacifiques, résilientes et socialement viables. Il s'agit notamment des éléments suivants : un gouvernement efficace, un environnement solide pour les entreprises, une distribution équitable des ressources, l'acceptation des droits des tiers, de bonnes relations avec ses voisins, la libre circulation de l'information, des niveaux élevés de capitaux humains et un faible degré de corruption.

Pour visionner la première photo jointe à ce communiqué de presse, veuillez cliquer sur le lien Internet suivant : http://media3.marketwire.com/docs/GPI%20logo.jpg

Pour visionner la deuxième photo jointe à ce communiqué de presse, veuillez cliquer sur le lien Internet suivant : http://media3.marketwire.com/docs/GPISteve1.jpg

Pour consulter l'Indice mondial de la paix, veuillez cliquer sur le lien Internet suivant : http://file.marketwire.com/release/global%20peace%20index%201.pdf

Pour visionner la Carte de l'Indice mondial de la paix, veuillez cliquer sur le lien Internet suivant : http://media3.marketwire.com/docs/GPI%20map%201.pdf

Pour consulter la Fiche détaillée de l'Indice mondial de la paix, veuillez cliquer sur le lien Internet suivant : http://media3.marketwire.com/docs/GPI%20fact%20sheet%201.pdf

Pour visionner la vidéo associée à ce communiqué de presse, veuillez cliquer sur le lien Internet suivant : http://youtu.be/cJ3wQmcKNvI

Renseignements