SOURCE: Infonic

21 janv. 2010 11h22 HE

Infonic AG révèle ses principaux défis concernant les fonds de fonds spéculatifs en 2010

L’entreprise met en avant les principaux secteurs dans lesquels l’amélioration opérationnelle permettra d’augmenter ses actifs

ZURICH, SWITZERLAND et NEW YORK, NY et LONDON--(Marketwire - January 21, 2010) - Infonic AG, prestataire majeur de solutions logicielles pour le back et le middle office concernant le secteur des fonds de fonds spéculatifs (FoHF), a annoncé ce jour ses principaux défis FoHF pour 2010. La société va mettre l’accent sur la restauration de sa crédibilité, en s’adaptant à une réglementation plus sévère, en gérant des charges d’exploitation plus élevées à une époque où les commissions sont réduites, en améliorant sa due diligence et sa gestion des risques et en affrontant la concurrence que représentent les fonds indiciels négociables en bourse (ETF) et les indices qui sont des défis majeurs devant être abordés par les FoHF cette année.

« Après l’agitation du marché de ces deux dernières années et la destruction massive des fortunes qui s’est ensuivie, les FOHF n’ont jamais autant été mis au défi de restaurer la confiance en leur modèles de placement. Les investisseurs comme les autorités réglementaires, demandent plus de transparence et de liquidité, ainsi qu’une amélioration de la due diligence et de la gestion des risques. Au même moment, la concurrence est rude pour les investisseurs en dollars des ETF et indices, qui proposent une véritable alternative au modèle de placement des fonds de fonds spéculatifs » indiquait Tom furrer, PDG d’Infonic AG. « Pour faire face à une concurrence accrue, mais aussi pour aborder tous ces défis d’une manière efficace et rentable, les FoHF sont requis d’institutionnaliser leurs systèmes et leurs procédures. »

Les principaux défis d’Infonic en FoHF pour 2010 sont :

1. La restauration de la crédibilité du secteur des FoHF -- Les FoHF pâtissent d’une crise de confiance qui provient en grande partie du fait qu’ils ont vendu de la diversification et des rendements absolus mais ont apporté des pertes corrélées en 2008 et des rendements insuffisants en 2009. Les clients s’interrogent sur le modèle FoHF et examinent plutôt une approche personnalisée à la place. La confiance a été brisée et doit soigneusement être reconstruite.

2. Une meilleure transparence et des actifs liquides proposés au client – Par le passé, les FoHF ont apporté des actifs liquides que leurs gestionnaires de fonds spéculatifs sous-jacents ne possédaient pas. Ils ont pensé, à tort, que les rachats seraient toujours limités et que les lignes de crédit combleraient toute insuffisance. En fait, de nombreuses lignes de crédit ont été retirées, les actifs liquides ont été réduits ou clôturés par de nombreux gestionnaires et les clients ont effectués des rachats massifs. Pour aborder les questions de liquidité, les FoHF se doivent de modifier leurs systèmes et gagner une totale clarté vis-à-vis de leurs positions de trésorerie, pour apporter la transparence et le reporting exigés par leurs clients.

3. Une adaptation par rapport à des réglementations plus rigoureuses – Les autorités réglementaires internationales, dans un élan compétitif visant à bannir tout risque du marché, appliquent des prélèvements sur le capital d’une sélection plus large d’institutions financières et ces mesures pourraient s’accompagner d’un raz-de-marée de nouvelles règles. Il est clair que davantage de règles et de contrôles sont ainsi menés par les autorités G20, EU, FSA, SEC, CFTC, OECD et toutes autres autorités réglementaires. Les FoHF devront se préparer à les traiter, aussi bien au niveau opérationnel que d’un point de vue pécuniaire. Le coût provenant du respect de ces nouvelles mesures affectera le compte de résultat de tous les FoHF aussi les entreprises doivent agir pour automatiser et simplifier leur manière de traiter les nouvelles réglementations.

4. Une pression exercée sur les commissions – Etant donné la crise de confiance sur les FoHF, ces sociétés connaissent une pression pour revoir à la baisse leurs commissions. Les clients ne veulent pas payer pour de mauvais résultats aussi peu de commissions de performance ont été prévues. Les frais de gestion ont été également rectifiés. L’approche traditionnelle de commission « Deux-et-20 » est morte ou agonisante.

5. L’exécution d’une due diligence et d’une gestion des risques meilleures – Le risque est passé d’un mot de 6 lettres à un concept théologique. Madoff, Weavering et les autres fraudes et échecs ont montré l’écart évident qui existe entre la présentation marketing des FoHF et la réalité. Cette vision devra changer. Auparavant, les argumentaires étaient devenus à tort : des moyens alternatifs de proposer des rendements absolus, sur toutes les conditions du marché, et étaient non corrélés aux actifs traditionnels comme les actions et les obligations. Pour traiter la due diligence et la gestion des risques, les entreprises doivent établir des procédures qui recherchent plus en profondeur et identifient les problèmes plus tôt, et qui fonctionnent véritablement lorsque l’importance le requiert le plus.

6. Affronter la concurrence des ETF et des indices – Pourquoi se soucier des FoHF lorsque vous pouvez créer les vôtres au moyens d’ETF, d’indices et de plateformes de comptes de gestion ? Cela revient moins cher et est plus transparent. Pour cela, les FoHF doivent accroître la valeur proposée aux clients. Certains ajoutent même des activités de conseil.

« La crédibilité met plusieurs années à se construire mais peut être perdue en un jour. La série de réglementations, la demande des clients et la concurrence rencontrées par les FoHF demandent une sérieuse attention. Trop d’activités sont encore manuelles. Pour réussir en 2010, les FoHF doivent simplifier et automatiser leurs activités de gestion des actifs et notamment la due diligence, la gestion de portefeuilles, la conformité, la comptabilité, la gestion des risques, l’expertise, le suivi des positions et le reporting, s’ils veulent attirer et conserver les actifs » a déclaré Ian Morley, Administrateur et directeur de Wentworth Hall, une entreprise de conseil et de financement par capitaux privés.

À propos d’Infonic AG

Le siège de l’entreprise se trouve en Suisse tandis que ses bureaux sont situés à Zug, Zurich et New-York. Infonic AG est l’un des principaux prestataires de solutions logicielles en front, middle et back office dans le secteur international des fonds de fonds spéculatifs. Sa gamme de produits HedgeSphere a été lancée en 1999 et est adoptée depuis par les acteurs les plus importants et les plus innovants du secteur d’activité. Pour de plus amples informations sur Infonic AG, veuillez consulter www.infonic.net.

Renseignements



  • Contact avec les médias :
    Bridget Piraino
    Responsable International du marketing
    Infonic AG.
    Téléphone : +1 347 414 9457
    Courrier électronique : marketing@infonic.net

    Lisa Jane O'Neil
    LJO Associates, Inc
    Téléphone : 212-786-7629 ou 917 361 8303
    Courrier électronique : lisajane@ljoassociates.com