Institut Fraser

Institut Fraser

09 déc. 2010 06h33 HE

Institut Fraser: L'assurance automobile publique, synonyme de primes élevées et de choix limités pour les chauffeurs québécois

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - December 9, 2010) - Les chauffeurs québécois font face à des choix limités, des primes non concurrentielles et un marché de l''assurance automobile fortement réglementé, selon une nouvelle étude publiée aujourd''hui par l''Institut Fraser, l''organisme de recherche en politiques publiques le plus réputé au pays.

« Le Québec, la Colombie-Britannique, la Saskatchewan et le Manitoba sont aux prises avec des monopoles publics qui gèrent l''assurance automobile selon des objectifs sociaux plutôt que dans le but d''offrir un meilleur rapport qualité-prix, » affirme Brett J. Skinner, directeur de la recherche sur les politiques d''assurance et coauteur de l''étude intitulée Auto Insurance Market Quality Index 2010: Comparison of International Auto Insurance Markets.

« Les partisans des sociétés d''État prétendent que ces programmes réduisent le coût de l''assurance automobile. Toutefois, selon une analyse des différents marchés canadiens et américains, les programmes publics affichent systématiquement une performance parmi les pires, et ce, par rapport à presque toutes les mesures de qualité du marché, y compris le coût. »

Le rapport, intitulé Auto Insurance Market Quality Index 2010: Comparison of International Auto Insurance Markets, évalue la performance des marchés de l''assurance automobile dans les 10 provinces canadiennes et les 50 États américains. L''analyse porte sur la période de 2003 à 2005, année la plus récente pour laquelle il est possible d''obtenir des données complètes dans l''ensemble des territoires. L''étude utilise des données publiques obtenues des différents organismes de réglementation de l''assurance des États américains, des rapports annuels des assureurs publics au pays, et du Bureau d''assurance du Canada. L''analyse visait uniquement l''assurance de véhicules personnels (privés) et ne prenait pas en considération les véhicules commerciaux et de loisir.

L''étude, qui tenait compte de 13 variables, mesurait et comparait la performance des marchés de l''assurance automobile. Elle classait les résultats selon cinq indicateurs : coût et caractère équitable des prix, choix, climat des affaires, rigueur de la réglementation, et qualité globale du marché.

Comme au Manitoba, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique, un monopole public domine le marché de l''assurance automobile québécois, soit la Société d''assurance automobile du Québec (SAAQ). Toutefois, la SAAQ ne vend que l''assurance de base, la protection facultative étant offerte par des assureurs privés. Ce facteur explique peut-être pourquoi le Québec obtient de meilleures notes à l''égard de tous les indicateurs que les trois autres provinces où une société d''État dispose d''un monopole sur l''assurance automobile.

Sur le plan de la performance globale, les provinces canadiennes occupaient sept des 10 dernières places du classement en 2005. Le Québec se classait 53e sur 60. La Saskatchewan (60e rang) obtenait la pire note globale; elle était précédée par le Manitoba (59e), la Colombie-Britannique (58e), l''Ontario (57e), le Nouveau-Brunswick (56e), la Nouvelle-Écosse (55e) et le New Jersey (54e). L''Alberta arrivait au 44e rang.

Globalement, les marchés les plus performants étaient l''Ohio, l''Iowa, l''Indiana, le Wyoming et l''Illinois.

Coût et caractère équitable des prix

Si l''on ne regarde que le coût et le caractère équitable des prix de l''assurance automobile, les provinces canadiennes occupaient cinq des 10 dernières places du classement en 2005. Le Québec se classait 52e sur 60. Le Manitoba, qui arrivait au dernier rang (60e), était devancé par la Colombie-Britannique (59e), la Saskatchewan (58e) et l''Ontario (53e). L''Alberta, qui arrivait au 13e rang, était la province canadienne la mieux classée, suivie de la Nouvelle-Écosse (31e). Les territoires les mieux classés étaient le Wyoming, l''Illinois, l''Iowa, le Nebraska et l''Ohio.

En ce qui concerne les trois autres indicateurs, en 2005, le Québec se classait 51e sur le plan du choix des consommateurs, 20e sur celui du climat des affaires et 51e sur celui de la rigueur de la réglementation. Le Manitoba, la Saskatchewan et la Colombie-Britannique – les autres provinces ayant une assurance automobile publique – occupaient les trois dernières places du classement à l''égard de ces trois indicateurs, tandis que les États américains arrivaient en tête de classement.

« Les mauvaises notes et les piètres résultats systématiquement obtenus par les provinces dotées d''une assurance automobile publique font ressortir très clairement le fait que les consommateurs n''ont pas le choix ou le rapport qualité-prix qu''ils méritent, » conclut M. Skinner.

La version intégrale de l''étude (en anglais seulement) est accessible gratuitement à l''adresse www.institutfraser.org.

L''Institut Fraser est un organisme canadien indépendant de recherche en politique publique et d''éducation qui possède des bureaux à Vancouver, Calgary, Toronto et Montréal, et collabore avec 80 centres d''études et de recherches dans le monde. Sa mission consiste à mesurer, à analyser et à faire connaître les effets d''un marché concurrentiel et de l''intervention gouvernementale sur le bien-être des citoyens. Afin de préserver son indépendance, l''Institut refuse toute subvention et tout contrat de recherche des Administrations publiques. Consultez son site à l''adresse www.institutfraser.org.

Renseignements