Institut Fraser

Institut Fraser

07 nov. 2013 06h20 HE

Institut Fraser : Le gouvernement tarde à approuver de nouveaux médicaments contre le cancer pendant que 5 000 Canadiens les attendent

TORONTO, ONTARIO--(Marketwired - 7 nov. 2013) - L'état de santé de plus de 5 000 Canadiens atteints d'un cancer a peut-être décliné en raison de la lenteur des procédures d'approbation fédérales et provinciales en matière de réglementation et de remboursement concernant cinq nouveaux médicaments oncologiques. Voilà la conclusion d'une nouvelle étude publiée aujourd'hui par l'Institut Fraser, organisme canadien indépendant et non partisan de réflexion sur les politiques publiques.

L'étude intitulée Potential Impact of Delayed Access to Five Oncology Drugs in Canada constate que, si les patients avaient pu avoir accès à ces nouveaux médicaments, 1 696 années-patients auraient pu être ajoutées à leurs vies. On estime que la valeur de cette prolongation de vie se situe entre 339,2 et 559,6 millions de dollars.

« Il s'agit de vraies personnes et de vraies vies, que nous ne pouvons pas faire semblant de ne pas voir. Le problème est qu'il s'agit de personnes anonymes et que par conséquent, elles reçoivent moins d'attention des décideurs que les victimes d'effets secondaires aux médicaments », déclare Nigel Rawson, auteur de l'étude et senior fellow de l'Institut Fraser.

« Même en s'appuyant sur des hypothèses prudentes, on peut dire que les délais d'approbation au niveau fédéral et provincial ont peut-être touché un grand nombre de patients qui auraient pu profiter des cinq médicaments concernés. »

Il semble que les gouvernements provinciaux estiment que le coût de ces médicaments est justifié, ce qui laisse supposer que les retards dans l'approbation des remboursements n'étaient pas attribuables aux prix élevés, mais à la lenteur du processus d'approbation.

L'étude indique comment un processus de reconnaissance mutuelle pourrait contribuer à l'élimination d'une bonne partie des retards. Une fois qu'une province approuverait le remboursement d'un médicament, les autres provinces pourraient faire de même en offrant ainsi un accès plus rapide à des médicaments qui pourraient sauver des vies.

L'étude a porté notamment sur ce qui suit.

  • Les aspects du cancer et les cinq médicaments, Avastin, Halaven, Jevtana, Tarceva et Torisel, qui traitent des tumeurs solides qui se sont répandues dans d'autres parties du corps. Ces tumeurs sont difficiles à traiter et ont généralement un pronostic sombre.
  • Les avantages, les risques, et les étapes clés dans le processus de réglementation et de remboursement.
  • Le nombre possible de patients touchés par les retards dans l'accès aux médicaments et la valeur économique potentielle des pertes de vies.

Les médicaments ont été choisis parce qu'ils ont été testés dans des essais cliniques aléatoires clés qui ont montré qu'ils entraînaient une augmentation statistiquement significative de la survie globale comparativement à une thérapie standard.

« Le processus de décision dure trop longtemps. La rapidité est importante pour les patients ainsi que pour les médecins et les sociétés pharmaceutiques », de dire M. Rawson.

Potential Impact of Delayed Access to Five Oncology Drugs in Canada fait suite à une étude publiée en 2012 par l'Institut Fraser, laquelle estimait que le processus d'évaluation et d'approbation de nouveaux médicaments contre le cancer prenait près de deux fois plus de temps au Canada qu'aux États-Unis. Cette étude, qui a pour titre Access to New Oncology Drugs in Canada Compared with the United States and Europe, indiquait qu'au Canada, la population devait attendre nettement plus longtemps qu'aux États-Unis et en Europe avant d'avoir accès à de nouveaux médicaments contre le cancer.

Suivez l'Institut Fraser sur Twitter et Facebook

L'Institut Fraser est un organisme canadien indépendant de recherche en politiques publiques et d'éducation qui possède des bureaux à Vancouver, à Calgary, à Toronto et à Montréal, et qui entretient des liens avec un réseau mondial de 86 laboratoires d'idées. Sa mission consiste à mesurer, à analyser et à faire connaître les effets des marchés concurrentiels et de l'intervention gouvernementale sur le bien-être des citoyens. Afin de préserver son indépendance, l'Institut n'accepte ni subventions ni contrats de recherche des administrations publiques. Consultez son site à l'adresse www.fraserinstitute.org

Renseignements