Institut Fraser

Institut Fraser

02 sept. 2010 06h32 HE

Institut Fraser : Le marché du travail québécois se classe avant-dernier au Canada

Un salaire minimum élevé, une forte proportion d'emplois dans le secteur public et une réglementation défavorable mettent à mal la province

VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(Marketwire - 2 sept. 2010) - Le Québec se classe à l'avant-dernier rang au Canada sur le plan de la performance de son marché du travail, selon une nouvelle étude publiée aujourd'hui par l'Institut Fraser, l'organisme de recherche en politiques publiques le plus réputé au pays. Il arrive également en queue du classement de l'ensemble des provinces canadiennes et des États américains (43e sur 60) pour la période allant de 2005 à 2009.

Parmi les provinces canadiennes, seule Terre-Neuve-et-Labrador occupe un rang inférieur au classement.

Selon l'étude, intitulée Measuring Labour Markets in Canada and the United States: 2010 Edition, le marché du travail du Québec est notamment mis à mal par une réglementation défavorable, un secteur public hypertrophié, une faible productivité et un taux de chômage élevé.

« La performance du marché du travail québécois laisse encore nettement à désirer, ce qui met en évidence la nécessité de réformer les politiques du travail », affirme Filip Palda, senior fellow de l'Institut Fraser et professeur à l'École nationale d'administration publique.

L'Alberta est arrivée au premier rang du classement de l'ensemble des provinces canadiennes et des États américains. La Saskatchewan s'est classée deuxième au Canada et troisième globalement. La Colombie-Britannique, quant à elle, se classe troisième au Canada et sixième globalement, tandis que le Manitoba arrive en quatrième place au Canada et en huitième place globalement.

Le faible classement global du Québec s'explique par ses piètres résultats à l'égard de plusieurs mesures, dont la productivité moyenne de la main-d'œuvre (57e sur 60), le taux de chômage moyen (55e sur 60) et la durée moyenne des périodes de chômage (29e sur 60). La province s'est également classée 23e sur 60 en ce qui concerne la croissance moyenne de l'emploi dans le secteur privé.

« La réglementation et les politiques du travail actuelles au Québec mènent à des taux de chômage plus élevés, à la perte d'emplois et à une moindre productivité, explique M. Palda. Afin de profiter pleinement de la reprise économique au pays, le Québec devrait examiner à nouveau ses politiques du travail. »

Le marché du travail du Québec se caractérise également par le taux de syndicalisation le plus élevé parmi les provinces canadiennes et les États américains (39,9 %). Par ailleurs, le Québec affiche l'un des taux d'emploi les plus élevés dans le secteur public (21,6 %), ce qui le place au 52e rang sur 60. La province s'est également classée en 58e position ex aequo avec le Vermont en raison de son salaire minimum élevé : le revenu annuel au salaire minimum représentait 21,6 % du PIB moyen par travailleur.

L'étude, qui a été examinée par des pairs de l'Institut Fraser, évalue la performance des différents marchés du travail et examine les caractéristiques ayant un effet sur la performance. Elle comprend une mesure globale de la performance fondée sur cinq indicateurs, soit la croissance de l'emploi total, la croissance de l'emploi dans le secteur privé, le taux de chômage, la durée des périodes de chômage et la productivité du travail sur la période de 2005 à 2009. La version intégrale de l'étude est accessible sur le site de l'Institut à l'adresse www.institutfraser.org.

Suivez l'Institut Fraser sur Twitter | Devenez notre ami sur Facebook

L'Institut Fraser est un organisme canadien indépendant de recherche en politique publique et d'éducation qui possède des bureaux à Vancouver, Calgary, Toronto et Montréal, et collabore avec 80 centres d'études et de recherches dans le monde. Sa mission consiste à mesurer, à analyser et à faire connaître les effets d'un marché concurrentiel et de l'intervention gouvernementale sur le bien-être des citoyens. Afin de préserver son indépendance, l'Institut refuse toute subvention et tout contrat de recherche des Administrations publiques. Consultez son site à l'adresse www.fraserinstitute.org.

Renseignements