Institut Fraser

Institut Fraser

27 juin 2011 06h32 HE

Institut Fraser: Le Québec est perçu comme la province canadienne la moins attrayante pour l'investissement dans les activités d'exploration et d'exploitation pétrolières

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 27 juin 2011) - Le Québec est considéré comme l'un des endroits les moins attrayants au Canada pour l'investissement dans les activités d'exploration et d'exploitation pétrolières. C'est l'une des conclusions de l'enquête Global Petroleum Survey 2011, dont le rapport a été publié aujourd'hui par l'Institut Fraser, l'organisme de recherche en politiques publiques le plus réputé au pays.

À l'échelle canadienne, le Québec n'a devancé que les Territoires du Nord-Ouest. À l'échelle mondiale, la province s'est classée 92e sur 136 territoires, obtenant une note similaire à celles de la Tanzanie, de la Chine, de l'Égypte et de certaines provinces de l'Argentine. Dans l'enquête de 2010, le Québec s'était classé 77e sur 133 territoires.

" La polémique autour de l'exploitation du gaz de schiste au Québec donne certainement une image négative de la province aux sociétés pétrolières mondiales ", affirme Gerry Angevine, économiste principal au Centre mondial de recherche sur les ressources naturelles de l'Institut Fraser et coauteur du rapport d'enquête Global Petroleum Survey 2011.

" Le recul global du Québec dans le classement cette année se traduit aussi par une baisse de ses notes à l'égard de l'environnement réglementaire, compte tenu des problèmes d'incertitude et de dédoublement, et des règlements sur le travail, qui sont perçus comme trop restrictifs. "

L'enquête a également permis de constater que l'interprétation des règlements en général par le gouvernement de Québec, les règlements sur l'environnement, la conformité réglementaire, le régime fiscal (paiements de redevances, etc.) et les incertitudes au sujet des zones protégées sont autant de sujets d'inquiétude pour l'industrie.

Selon les répondants à l'enquête, au Québec, l'hystérie, les demi-vérités et des vidéos sensationnalistes remplacent de solides données scientifiques sur l'environnement. Des " écologistes trop zélés " diffusent des informations fausses et inexactes sur l'exploitation du gaz de schiste, lesquelles ont provoqué le ressentiment des citoyens. Par conséquent, les politiciens de tous bords ont fait de l'industrie du gaz de schiste leur bouc émissaire.

" Les sociétés d'exploration et d'exploitation sont prêtes à payer des taxes et à se conformer à une réglementation raisonnable, mais l'incertitude leur fait peur. Et c'est le problème auquel se heurte l'exploitation du gaz de schiste au Québec. L'industrie n'avait aucune idée de ce qui s'en venait. Les sociétés qui exerçaient des activités d'exploration et planifiaient la production depuis plusieurs années avec l'approbation du gouvernement se retrouvent bloquées ", explique M. Angevine.

Dans l'ensemble, la Saskatchewan, au 11e rang, s'est classée première parmi les provinces canadiennes. Elle est suivie par le Manitoba (12e rang) et l'Ontario (25e rang). Les territoires en tête du classement sont trois États américains, soit le Mississippi, l'Ohio et le Kansas.

Le rapport Global Petroleum Survey2011, accessible à www.institutfraser.org, vise à évaluer et à classer le climat d'investissement des différentes régions du monde productrices de pétrole et de gaz.

Au total, 502 répondants ont rempli le questionnaire d'enquête cette année, ce qui a permis de recueillir suffisamment de données pour évaluer 136 territoires. Les budgets d'exploration et d'exploitation des sociétés participantes totalisaient quelque 300 milliards de dollars en 2010, ce qui représentait plus de 60 % des dépenses mondiales en amont l'année dernière.

Le questionnaire d'enquête envoyé à des dirigeants et à des cadres portait sur diverses questions : redevances et autres types de taxes sur la production pétrolière, régime fiscal en général, coût de la conformité aux exigences réglementaires, règles commerciales et règlements sur le travail, impartialité et transparence du système juridique, stabilité politique, etc.

L'Institut Fraser est un organisme canadien indépendant de recherche en politique publique et d'éducation qui possède des bureaux à Vancouver, Calgary, Toronto et Montréal, et collabore avec 80 centres d'études et de recherches dans le monde. Sa mission consiste à mesurer, à analyser et à faire connaître les effets d'un marché concurrentiel et de l'intervention gouvernementale sur le bien-être des citoyens. Afin de préserver son indépendance, l'Institut refuse toute subvention et tout contrat de recherche des Administrations publiques. Consultez son site à l'adresse www.institutfraser.org.

Renseignements