Institut Fraser



Institut Fraser

04 déc. 2012 06h32 HE

Institut Fraser : Le temps d'attente pour se faire opérer baisse au Québec; c'est maintenant le deuxième plus court au pays

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 4 déc. 2012) - Le temps d'attente pour se faire opérer a diminué de plus de trois semaines au Québec depuis 2011, le délai médian pour les patients en attente d'un traitement étant maintenant de 16,6 semaines. C'est ce que révèle l'étude comparative annuelle de l'Institut Fraser sur les listes d'attente dans le domaine de la santé.

Ce délai médian de 16,6 semaines est le deuxième plus court au pays, la palme revenant à l'Ontario (14,9 semaines). L'an dernier, les médecins québécois ont signalé un délai d'attente médian de 19,9 semaines pour obtenir une chirurgie, soit le plus long dans la province depuis 2003.

À l'échelle nationale, le délai médian - obtenu en faisant la moyenne des dix provinces - est passé de 19,0 semaines en 2011 à 17,7 semaines en 2012.

« Il y a eu une amélioration depuis 2011, mais les temps d'attente au Québec sont toujours extrêmement longs. En attendant un traitement, les patients souffrent, notamment en raison de l'anxiété, de la douleur et de la perte de productivité, affirme Nadeem Esmail, senior fellow de l'Institut Fraser et coauteur de la 22e étude annuelle intitulée Waiting Your Turn: Wait Times for Health Care in Canada.

« Qui plus est, selon les médecins, les temps d'attente pour se faire opérer au Québec et ailleurs au pays sont beaucoup trop longs. En fait, les spécialistes estiment que le temps d'attente au Québec excède de 58 % le délai Γǃcliniquement raisonnable". »

L'étude Waiting Your Turn: Wait Times for Health Care in Canada mesure le temps d'attente médian afin de constater dans quelle mesure les délais d'attente pour consulter un spécialiste, recevoir un diagnostic et se faire opérer servent à limiter les dépenses en santé. Elle évalue les temps d'attente entre la consultation d'un médecin généraliste et celle d'un spécialiste, entre la consultation d'un spécialiste et le traitement, et entre la consultation d'un médecin généraliste et le traitement, soit le temps d'attente total. La version intégrale de l'étude, qui comprend des tableaux montrant les temps d'attente dans toutes les provinces, pour tous les actes médicaux, est accessible en ligne (en anglais) à www.institutfraser.org.

Temps d'attente total

Le Québec est la province canadienne où le temps d'attente total - 16,6 semaines, contre 19,9 semaines l'année dernière - est le deuxième plus court. La Belle Province se situe entre l'Ontario, en première place avec un temps d'attente total de 14,9 semaines (en hausse par rapport à 14,3 semaines en 2011), et la Colombie-Britannique, où le temps d'attente est passé de 19,3 semaines en 2011 à 17,0 semaines cette année. À l'autre extrémité, le Nouveau-Brunswick (35,1 semaines), l'Île-du-Prince-Édouard (29,3 semaines) et la Nouvelle-Écosse (28,1 semaines) affichent les temps d'attente les plus longs.

Première étape : de la consultation d'un médecin généraliste à la consultation d'un spécialiste

Au Québec, le temps d'attente entre la consultation d'un médecin généraliste et le rendez-vous avec un spécialiste est passé de 10,7 semaines en 2011 à 7,3 semaines en 2012, chiffre inférieur à la moyenne nationale de 8,5 semaines (en baisse par rapport à 9,5 semaines l'an dernier).

Les provinces où la durée de la première étape est la plus courte sont la Colombie-Britannique (7,2 semaines), le Québec et le Manitoba (7,2 semaines). À l'autre extrémité, le Nouveau-Brunswick (22,6 semaines), l'Île-du-Prince-Édouard (16,9 semaines) et Terre-Neuve-et-Labrador (15,0 semaines) affichent les temps d'attente les plus longs.

Deuxième étape : de la consultation d'un médecin spécialiste au traitement

Au Québec, la durée de la deuxième étape, soit le temps d'attente entre la consultation auprès d'un médecin spécialiste et le traitement, a légèrement augmenté, passant de 9,2 semaines l'an dernier à 9,3 semaines en 2012. La moyenne nationale est également de 9,3 semaines, contre 9,5 semaines en 2011.

Selon l'étude, l'Ontario est la province où le temps d'attente entre la consultation auprès d'un médecin spécialiste et le traitement (7,0 semaines) est le plus court. Le Québec se classe deuxième et la Colombie-Britannique, troisième (9,8 semaines). La durée de la deuxième étape est la plus longue en Nouvelle-Écosse (17,6 semaines), au Manitoba (15,4 semaines) et au Nouveau-Brunswick (12,5 semaines).

« Les temps d'attente au Canada ont augmenté de 91 % depuis 1993. Ils figurent parmi les plus longs des pays développés, malgré le fait que nos dépenses de santé sont parmi les plus élevées, déplore M. Esmail.

« L'expérience européenne nous montre qu'il est possible d'avoir accès à des soins de santé universels beaucoup plus rapidement grâce à des politiques de santé différentes. Il est temps pour les gouvernements canadiens de délaisser les monopoles de la santé, qui sont coûteux et inefficients, et de se pencher sur d'autres méthodes de financement et de prestation de soins. »

L'Institut Fraser est un organisme canadien indépendant de recherche en politique publique et d'éducation qui possède des bureaux à Vancouver, Calgary, Toronto et Montréal, et collabore avec 86 centres d'études et de recherches dans le monde. Sa mission consiste à mesurer, à analyser et à faire connaître les effets d'un marché concurrentiel et de l'intervention gouvernementale sur le bien-être des citoyens. Afin de préserver son indépendance, l'Institut refuse toute subvention et tout contrat de recherche des Administrations publiques. Consultez son site à l'adresse www.institutfraser.org.

Renseignements