Institut Fraser



Institut Fraser

04 avr. 2013 06h32 HE

Institut Fraser: Les fonctionnaires canadiens gagnent en moyenne 12 % de plus que leurs semblables du secteur privé

VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(Marketwired - 4 avril 2013) - Les fonctionnaires canadiens des paliers fédéral, provincial et municipal ont gagné en moyenne 12 % de plus en 2011 que les personnes occupant des postes équivalents dans le secteur privé. C'est ce que révèle une nouvelle étude de l'Institut Fraser, un organisme de recherche canadien indépendant et non partisan.

« À un moment où les gouvernements et les administrations municipales du pays croulent sous les dettes et les déficits, il est important d'examiner la rémunération globale dont les fonctionnaires profitent depuis longtemps, fait valoir Jason Clemens, vice-président directeur de l'Institut Fraser.

« La réalité est que les fonctionnaires canadiens jouissent d'un avantage salarial substantiel par rapport aux travailleurs du secteur privé occupant des postes équivalents. Non seulement un système qui avantage les fonctionnaires n'est-il pas durable, mais il est injuste pour les contribuables. »

L'étude, intitulée Comparing Public and Private Sector Compensation in Canada, examine les salaires et les avantages sociaux des fonctionnaires (des paliers fédéral, provincial et local) et des travailleurs du secteur privé partout au pays. Elle calcule l'avantage salarial des fonctionnaires à partir de données d'avril 2011 de l'Enquête sur la population active de Statistique Canada, que l'on ajuste pour tenir compte des caractéristiques personnelles (sexe, âge, état matrimonial, scolarité, ancienneté, taille de l'établissement, type d'emploi, secteur d'activité, etc.). Lorsque l'analyse tient compte de la syndicalisation, « l'avantage salarial » du secteur public à l'échelle nationale (soit la mesure dans laquelle les salaires du secteur public dépassent ceux du secteur privé) passe de 12 % à 9 %.

Outre les salaires plus élevés, l'étude a aussi relevé des éléments probants selon lesquels les employés du secteur public jouissent d'avantages sociaux plus généreux que ceux du secteur privé, notamment dans les domaines suivants :

  • Pensions : En 2011, 88,2 % des fonctionnaires canadiens participaient à un régime de pension agréé, contre 26,4 % des employés du secteur privé;
  • Retraite anticipée : En moyenne, les fonctionnaires ont pris leur retraite 2,5 ans avant les travailleurs du secteur privé entre 2007 et 2011;
  • Sécurité d'emploi : En 2011, 0,6 % des fonctionnaires ont perdu leur emploi, ce qui représente moins d'un sixième du taux de perte d'emploi dans le secteur privé (3,8 %).

Pour veiller à ce que la rémunération du secteur public soit juste, tant pour les contribuables que pour les fonctionnaires, le rapport soutient qu'il faut une meilleure collecte de données et que Statistique Canada devrait recueillir des données sur les salaires et les avantages sociaux plus régulièrement et plus systématiquement qu'à l'heure actuelle. Il soutient aussi que les comparaisons entre le secteur public et le secteur privé devraient porter sur la rémunération totale, et non pas juste sur les salaires ou certains avantages sociaux comme les régimes de retraite.

L'étude présente aussi des recommandations pour fixer des niveaux de rémunération appropriés, en se fondant sur les pratiques du secteur privé.

« Ce sont des facteurs politiques qui déterminent en grande partie les salaires et les avantages sociaux dans le secteur public, alors que la concurrence sous-tend le processus dans le secteur privé. Ces différences sont amplifiées par l'environnement monopolistique dans lequel opèrent les administrations publiques, qui ne reflète pas la concurrence prévalant dans le secteur privé, explique M. Clemens.

« Les administrations publiques devraient mettre en œuvre des processus officiels pour calculer la rémunération totale de leurs employés en fonction des salaires et des avantages sociaux des personnes occupant des postes comparables dans le secteur privé. »

L'étude montre qu'un Canadien sur cinq, soit 3,6 millions de personnes, travaillait dans le secteur public - gouvernements fédéral et provinciaux, administrations locales, organismes gouvernementaux, sociétés d'État et établissements financés par les fonds publics (écoles, hôpitaux, etc.) - en 2011. Le secteur public représentait ainsi 20,6 % de l'emploi total au pays. Une analyse approfondie révèle que l'Alberta est la province où la fonction publique représente le plus faible pourcentage (16,8 %) de l'emploi total et que Terre-Neuve-et-Labrador est celle dont le pourcentage de fonctionnaires (30,2 %) est le plus élevé. À l'échelle nationale, 11,1 millions de Canadiens travaillaient dans le secteur privé en 2011, ce qui représente 64 % de l'emploi total, les 2,7 millions restants (15,4 %) travaillant à leur compte.

La version intégrale du rapport d'enquête (en anglais seulement) est accessible en format PDF sur le site de l'Institut à l'adresse www.institutfraser.org.

L'Institut Fraser est un organisme canadien indépendant de recherche en politique publique et d'éducation qui possède des bureaux à Vancouver, à Calgary, à Toronto et à Montréal, et collabore avec 86 centres d'études et de recherches dans le monde. Sa mission consiste à mesurer, à analyser et à faire connaître les effets d'un marché concurrentiel et de l'intervention gouvernementale sur le bien-être des citoyens. Afin de préserver son indépendance, l'Institut refuse toute subvention et tout contrat de recherche des administrations publiques. Consultez son site à l'adresse www.institutfraser.org.

Renseignements