Institut Fraser

Institut Fraser

09 juil. 2008 06h00 HE

Institut Fraser: Les québécois se classent parmi les citoyens avec le moins de liberté économique au Canada, loin derrière les Etats-Unis

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 9 juillet 2008) - Selon une nouvelle étude de l'Institut Fraser, un organisme de recherche indépendant, le Québec possède un des niveaux de liberté économique les plus bas en Amérique du Nord. Seule l'Ile-du-Prince-Edouard affiche un plus mauvais score.

L'Alberta est la province canadienne qui jouie du plus de liberté économique. Elle se classe également deuxième en Amérique du Nord, tandis que le Delaware et le Texas arrivent ex aequo en première place. L'Ontario se classe deuxième au niveau de la liberté économique au Canada et 51ème en Amérique du Nord. Cette province est suivie par la Colombie-Britannique (52ème), Terre-Neuve (ex aequo en 53ème) et la Saskatchewan (ex aequo en 53ème). Le Québec se classe 59ème en Amérique du Nord.

"La liberté économique est l'un des principaux moteurs de croissance et est indispensable pour assurer la prospérité économique d'un pays. Les provinces les moins libres du point de vue économique sont également les moins prospères. Les gens sont plus pauvres qu'ils ne devraient l'être," explique Nathalie Elgrably-Lévy, économiste senior pour le Québec et la francophonie à l'Institut Fraser.

"L'histoire du Québec est caractérisée par l'interventionnisme étatique, les syndicats puissants, la création de programmes sociaux étendus et de toute une série de droits sociaux. L'omniprésence de l'Etat est bien intentionnée, mais il reste qu'elle impose un cadre rigide, ce qui explique que le Québec possède l'un des niveaux de liberté économique les plus bas de l'Amérique du Nord."

Le rapport montre une corrélation évidente entre la liberté économique et la prospérité. Les cinq provinces les plus libres jouissaient d'un PIB par habitant moyen de 47 472 $ en 2005 alors que dans les cinq provinces les moins libres, le PIB par habitant moyen était de 33 579 $.

L'étude, révisée par des pairs de l'Institut Fraser et intitulée Economic Freedom of North America : 2008 Annual Report, mesure l'impact de la liberté économique sur la performance économique, ainsi que sur la croissance. Les auteurs ont analysé les 10 provinces canadiennes et les 50 états américains en créant un index composé de 10 critères fondés sur la taille du gouvernement, le taux d'imposition et la flexibilité du marché du travail. L'étude complète peut être téléchargée gratuitement en format PDF au www.institutfraser.org.

L'index de liberté économique de l'Amérique du Nord est inspiré de l'index Economic Freedom of the World de l'Institut Fraser qui est le résultat de plus de deux décennies de travail par plus de 60 universitaires, dont trois lauréats du prix Nobel.

Le rapport 2008 sur la liberté économique dans le monde indique que le niveau de liberté économique du Québec a légèrement diminué entre 2000 à 2005. Cinq provinces ont réussi à améliorer leur niveau de liberté économique : en ordre décroissant, il s'agit de Terre-Neuve, l'Alberta, la Saskatchewan, la Colombie-Britannique et la Nouvelle-Ecosse. L'Ontario et l'Ile-du-Prince-Edouard ont aussi connu une baisse de leurs niveaux de liberté économique.

"Les provinces les plus libres sont, en général, celles qui ont les taux d'imposition les plus faibles, le moins d'intervention étatique et un marché du travail flexible. Ces conditions créent des emplois et des opportunités qui conduisent à une croissance économique," explique Tasha Kheiriddin, directrice pour le Québec et la Francophonie à l'Institut Fraser.

"Si les québécois veulent une société plus prospère et améliorer leur niveau de vie, ils doivent alors réexaminer le rôle important que joue le gouvernement dans notre province."

Le rapport a aussi déterminé que les avantages de la liberté économique sont beaucoup moins importants dans les provinces canadiennes que dans les états américains, principalement en raison du fédéralisme fiscal du Canada et de la structure des programmes de péréquation.

"De faibles niveaux de liberté économique réduisent les activités économiques, ce qui entraîne des transferts d'argent supplémentaires du gouvernement fédéral entre les provinces les plus riches et les provinces plus démunies," explique Fred McMahon, le co-auteur du rapport et le directeur des études sur la mondialisation à l'Institut Fraser.

"Dans la mesure où la majorité de ces transferts peut être effectuée dans les provinces les plus démunies par des élites politiques et économiques restreintes, cela constitue une incitation à limiter la croissance économique et à diminuer la liberté économique afin de continuer à bénéficier des largesses du gouvernement fédéral."

L'Institut Fraser est une organisation didactique de recherche indépendante avec des bureaux à travers l'Amérique du Nord et des partenaires dans plus de 70 pays. Sa mission est de mesurer, d'étudier et de partager l'impact des marchés compétitifs et l'intervention gouvernementale sur le bien-être des individus. Afin de protéger l'indépendance de l'Institut, il n'accepte pas de subventions du gouvernement, ni de contrats de recherche. Consultez le www.institutfraser.org.

Renseignements