Institut Fraser

Institut Fraser

03 mars 2011 06h33 HE

Institut Fraser: L'industrie minière préfère investir en Alberta et au Saskatchewan plutôt qu'au Québec

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 3 mars 2011) - Le Québec a perdu la première place et s'est classé quatrième du classement mondial relatif à l'exploration et au développement miniers. C'est ce qui ressort de l'enquête annuelle internationale auprès des dirigeants de l'industrie minière, publiée aujourd'hui par l'Institut Fraser, l'organisme de recherche en politiques publiques le plus réputé au pays.

L'Alberta, arrivée en tête du classement mondial, est maintenant considérée comme le territoire le plus attrayant pour l'investissement minier, selon l'Enquête sur les sociétés minières 2010-2011. Le Québec, qui a occupé pendant trois années consécutives le premier rang mondial, a aussi été dépassé par le Nevada et la Saskatchewan, qui se sont respectivement classés aux deuxième et troisième rangs mondiaux.

« La réputation du Québec a souffert suite à l'augmentation des droits miniers par le gouvernement le printemps dernier et à la présentation d'un projet de loi provincial visant à modifier la Loi sur les mines en décembre 2009. Ces facteurs ont ébranlé la confiance des sociétés minières, comme en témoigne le recul de la province dans le classement, explique Jean-François Minardi, directeur associé au Centre mondial de recherche sur les ressources naturelles de l'Institut Fraser.

« L'industrie minière privilégie maintenant l'Alberta en raison de son gouvernement favorable aux sociétés d'exploitation des ressources naturelles, de la compétitivité de son régime fiscal et de ses infrastructures d'une qualité supérieure à la moyenne. L'industrie minière y fait face à un minimum d'incertitude. »

Dans le cadre de son Enquête sur les sociétés minières 2010-2011, l'Institut Fraser a interrogé les dirigeants de 494 sociétés d'exploration et de développement miniers sur le climat d'investissement de 79 territoires dans le monde. Les sociétés participant à l'enquête ont déclaré des dépenses d'exploration de 2,43 milliards de dollars américains en 2010 et de 1,86 milliard de dollars américains en 2009. La version intégrale du rapport d'enquête (en anglais) est accessible en version PDF sur le site de l'Institut à l'adresse www.institutfraser.org.

Cette année, quatre des dix premières places étaient occupées par des provinces canadiennes, soit l'Alberta (en progrès, du 4e au 1er rang), la Saskatchewan (en progrès, du 6e au 3e rang), le Québec (en recul, du 1er au 4e rang) et le Manitoba (au 9e rang, comme en 2009-2010).

Les autres provinces et territoires se sont généralement bien classés : Terre-Neuve-et-Labrador figure au 13rang, le Yukon, au 15e, l'Ontario, au 18e, la Nouvelle-Écosse, au 19e, le Nouveau-Brunswick, au 23e, la Colombie-Britannique, au 36e, le Nunavut, au 44e et les Territoires du Nord-Ouest, au 52e.

Les dix juridictions les mieux classées à l'échelle mondiale sont l'Alberta, le Nevada, la Saskatchewan, le Québec, la Finlande, l'Utah, la Suède, le Chili, le Manitoba et le Wyoming. Sept d'entre elles occupaient également l'une des dix premières places l'année dernière, les trois exceptions étant l'Utah, la Suède et le Wyoming, qui sont respectivement passés du 15e au 6e, du 12e au 7e, et du 13e au 10e rang. Le Chili est le seul territoire à l'extérieur de l'Amérique du Nord qui se classe systématiquement parmi les dix premiers au monde.

L'Indonésie, le Zimbabwe, le Wisconsin, Madagascar, l'Inde, le Guatemala, la Bolivie, la République démocratique du Congo, le Venezuela et le Honduras occupaient les dix derniers rangs.

Le rapport souligne également que la reprise économique mondiale a suscité de l'optimisme dans l'industrie minière : plus des trois quarts des répondants ont indiqué qu'ils s'attendent à augmenter leur budget d'exploration cette année.

« Afin d'attirer des investissements et d'être concurrentiels à l'échelle mondiale, les gouvernements doivent mettre en place des politiques minières raisonnables et stables qui font respecter l'État de droit et respectent les contrats négociés ainsi que le droit de propriété », conclut M. Minardi.

« Les augmentations de redevances et les systèmes de règlementation alambiqués créent une incertitude que l'industrie minière cherchera toujours à éviter. »

L'Institut Fraser est un organisme canadien indépendant de recherche en politique publique et d'éducation qui possède des bureaux à Vancouver, Calgary, Toronto et Montréal, et collabore avec 80 centres d'études et de recherches dans le monde. Sa mission consiste à mesurer, à analyser et à faire connaître les effets d'un marché concurrentiel et de l'intervention gouvernementale sur le bien-être des citoyens. Afin de préserver son indépendance, l'Institut refuse toute subvention et tout contrat de recherche des Administrations publiques. Consultez son site à l'adresse www.institutfraser.org.

Renseignements