Institut Fraser

Institut Fraser

26 juin 2012 06h32 HE

Institut Fraser : L'industrie pétrolière mondiale considère le Québec comme l'une des pires provinces pour les investissements pétroliers et gaziers

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 26 juin 2012) - En raison de la surréglementation et des atermoiements du gouvernement dans le dossier de l'exploration gazière, le Québec est devenu l'une des pires provinces au Canada pour les investissements pétroliers et gaziers. C'est ce que révèle le rapport d'enquête Global Petroleum Survey 2012, publié aujourd'hui par l'Institut Fraser, l'organisme de recherche en politiques publiques le plus réputé au pays.

Selon l'enquête menée auprès de dirigeants de sociétés pétrolières et gazières internationales, le Québec ne devance que le Nouveau-Brunswick parmi les provinces et territoires canadiens producteurs de pétrole et de gaz. À l'échelle internationale, la province s'est classée 101e sur 147 territoires par rapport à 92e sur 136 en 2011.

« Les dédoublements, la réglementation environnementale coûteuse et incohérente, et l'incertitude fiscale découragent les investissements pétroliers et gaziers au Québec », explique Gerry Angevine, économiste principal au Centre mondial de recherche sur les ressources naturelles de l'Institut Fraser et coauteur du rapport d'enquête. L'étude complète (en anglais seulement) est disponible à www.institutfraser.org.

« La manifestation la plus évidente de ce problème est la stratégie de développement du gaz de schiste de la province. »

Cette année, l'enquête souligne les préoccupations du secteur de l'énergie à l'égard des études environnementales menées par Québec sur les effets de la fracturation hydraulique, un processus d'extraction du gaz naturel emprisonné dans du schiste. Les dirigeants interrogés craignent en effet que le processus privilégie les groupes d'intérêt aux dépens du développement du gaz de schiste.

Le mauvais classement du Québec s'explique aussi par l'incertitude entourant les zones protégées et des règlements sur le travail ainsi que des contrats d'emploi trop restrictifs.

« Les investissements pétroliers et gaziers sont en grande partie tributaires de la cohérence de la réglementation. Or, la politique énergétique du Québec se caractérise malheureusement par une réglementation environnementale incertaine et incohérente. La province ne pourra devenir un important producteur de gaz de schiste que lorsqu'elle aura réglé ce problème », soutient M. Angevine.

Le Manitoba s'est classé premier parmi les provinces canadiennes et au 5e rang mondial dans l'enquête de 2012, suivi par la Saskatchewan (13e rang mondial) et l'Alberta (21e rang mondial). L'Oklahoma, le Mississippi et le Texas arrivent en tête du classement; en queue de classement figurent la Bolivie, le Venezuela et l'Iran.

Le rapport Global Petroleum Survey 2012 vise à évaluer et à classer le climat d'investissement des différentes régions du monde productrices de pétrole et de gaz.

Au total, 623 répondants ont rempli le questionnaire d'enquête cette année, ce qui a permis de recueillir suffisamment de données pour évaluer 147 territoires. Les budgets d'exploration et d'exploitation des sociétés participantes totalisaient quelque 266 milliards de dollars en 2011, ce qui représente plus de la moitié des dépenses mondiales en amont l'année dernière.

Le questionnaire d'enquête envoyé à des dirigeants et à des cadres portait sur diverses questions : redevances et autres types de taxes sur la production pétrolière, régime fiscal en général, coût de la conformité aux exigences réglementaires, règles commerciales et règlements sur le travail, impartialité et transparence du système juridique, stabilité politique, etc.

L'Institut Fraser est un organisme canadien indépendant de recherche en politique publique et d'éducation qui possède des bureaux à Vancouver, Calgary, Toronto et Montréal, et collabore avec 80 centres d'études et de recherches dans le monde. Sa mission consiste à mesurer, à analyser et à faire connaître les effets d'un marché concurrentiel et de l'intervention gouvernementale sur le bien-être des citoyens. Afin de préserver son indépendance, l'Institut refuse toute subvention et tout contrat de recherche des Administrations publiques. Consultez son site à l'adresse www.institutfraser.org.

Renseignements