Integra Gold Corp.
TSX CROISSANCE : ICG

Integra Gold Corp.

14 mars 2014 14h22 HE

Integra Gold annonce les résultats de son EEP : TRI avant impôt de 51 %, VAN (5 %) de 146,0 millions CAD (88,5 millions CAD après impôt) et pic de production annuelle à 143 300 onces d'or

Faits saillants de l'EEP :

- Cas de référence : TRI avant impôt de 51 % et VAN (taux d'actualisation de 5 %) de 146,0 millions CAD

- Scénario de référence : prix de 1 275 USD par once d'or ("Au") et taux de change CAD/USD de 1,05

- Production annuelle moyenne de 112 400 onces Au, avec un pic de production annuelle à 143 300 onces Au et une production totale de 505 600 onces Au

- Décaissements liés à la durée de vie de la mine ("LOM") de 665 CAD par once Au et décaissements assortis des frais de maintien de 805 CAD par once Au

- Plus de 29 500 mètres ("m") de forage achevé après la date butoir de la base de données pour l'estimation des ressources utilisées dans l'EEP soulignant un fort potentiel d'expansion des ressources

- Mine souterraine proposée avec une profondeur verticale de 620 m et traitement à forfait des matières dans les usines situées à proximité

VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(Marketwired - 14 mars 2014) - Integra Gold Corp (TSX CROISSANCE:ICG) (« Integra » ou la « Société ») a le plaisir d'annoncer les résultats d'une évaluation économique préliminaire (l'« EEP ») conforme à la Norme canadienne NI 43-101 et réalisée sur le projet aurifère principal de la Société, le « Projet Lamaque » à Val-d'Or, au Québec (Canada). L'EEP a été préparée par InnovExplo Inc. (« InnovExplo ») avec des contributions techniques d'AMEC, Golder Associates, Geologica Groupe-Conseil Inc., Geopointcom Inc. et WSP Engineering. Le rapport technique relatif à l'EEP sera déposé sur le site Web de la Société et sur SEDAR dans les 45 jours.

À titre de clarification, le Projet Lamaque d'Integra est séparé des mines Sigma et Lamaque adjacentes, qui ont produit collectivement plus de neuf millions d'onces d'or jusqu'à une profondeur verticale de 2 000 m.

La Société a fourni un scénario de référence (le « Scénario de référence ») en utilisant un prix de 1 275 USD par once Au et un taux de change CAD/USD de 1,05, équivalent au prix de 1 339 CAD par once Au (au 7 mars 2014, le cours de clôture au comptant était de 1 485 CAD par once et le taux de change CAD/USD était de 1,11). La totalité des montants est exprimée en dollars canadiens (CAD), sauf mention contraire. L'évaluation économique du Scénario de référence indique un taux de rendement interne (« TRI ») avant impôt de 51 %, une récupération de l'investissement en 1,5 an et une valeur actualisée nette (« VAN ») de 146,0 millions $ à un taux d'actualisation de 5 %.

L'EEP est préliminaire par nature et inclut des ressources minérales présumées dont la composante géologique est considérée comme trop spéculative pour pouvoir leur appliquer des considérations économiques leur permettant d'être classées au titre des réserves minérales. Il n'existe aucune certitude selon laquelle l'EEP sera réalisée.

« Cette EEP représente une étape importante pour Integra et nous sommes très motivés par ses résultats et par la capacité continue de notre équipe à œuvrer dans les délais que nous nous sommes engagés à respecter. Notre décision de faire progresser le projet en phase d'EEP a été guidée par le succès précédent de Teck et Placer Dome, sur les sites des mines Lamaque et Sigma voisines. Ces mines ont produit plus de 9 millions d'onces d'or sur les 50 et 60 ans de leur vie, bien que leurs réserves aient rarement dépassé 3 ans et souvent indiqué moins d'un an. L'EEP présente un scénario positif comportant une durée de vie de la mine modeste, mais d'après les résultats des forages en cours, nous sommes confiants dans la poursuite de l'expansion de la ressource », a commenté Stephen de Jong, président et chef de la direction de la Société. « près de 30 000 mètres de forage ont été entrepris depuis que l'estimation des ressources a été achevée en 2013 et nous disposons actuellement de 4 foreuses d'exploration en activité sur la zone Triangle, dont nous attendons les résultats pour les plus récents 10 000 mètres. La ressource utilisée dans l'EEP pour la zone Triangle a été limitée à une profondeur verticale de 620 mètres, bien que le forage ait maintenant recoupé des minéralisations à haute teneur au sein de la même roche hôte, à une profondeur verticale de plus de 1 000 mètres, ainsi qu'à 200 mètres au sud. Je tiens à remercier notre équipe et nos consultants pour leur travail commun dans le cadre de ce PEA, car ils continuent ainsi à prouver qu'ils constituent le bien le plus précieux de la Société. »

Estimations/Faits saillants du scénario de référence

Prix de l'or (USD) 1 275 $
Taux de change (CAD/USD) 1,05
Prix de l'or (CAD) 1 339 $
Production annuelle moyenne d'or (onces) 112 400
Pic de production annuelle d'or (onces) 143 300
Coûts en capital de pré-production (CAD) 69,2 millions
Capital de maintien (CAD) 66,8 millions
Période de pré-production (années) 2
Durée de vie de la mine (années) 4,25
Décaissement par once Au (CAD) 665 $
Décaissement et frais de maintien par once Au (CAD) 805 $
AVANT IMPÔT
VAN de la durée de vie de la mine à un taux d'actualisation de 5 % (CAD) 146,0 millions
Taux de rendement interne 51 %
Période de récupération (années) 1,5
APRÈS IMPÔT
VAN de la durée de vie de la mine à un taux d'actualisation de 5 % (CAD) 88,5 millions
Taux de rendement interne 38 %
Période de récupération (années) 1,8

Comparaison Scénario de référence/Prix de l'or au comptant

Scénario de
référence
Prix de l'or au comptant et taux
de change actuel (7 mars 2014)
Prix de l'or (USD) par once Au 1 275 $ 1 339 $
Taux de change 1,05 1,109
Prix de l'or (CAD) par once Au 1 339 $ 1 485 $
TRI avant impôt 51 % 68 %
VAN avant impôt (5 %) (CAD) 146,0 millions 205 millions
Récupération avant impôt (années) 1,5 1,2

Profil de production (teneur de tête diluée)

Année Tonnes Teneur
(g/t Au)
Onces Au
récupérées
pré-production - - -
pré-production 124 500 7,46 28 000
1 398 500 7,97 95 500
2 512 400 9,35 143 300
3 463 700 9,25 127 000
4 501 500 6,76 98 700
5 80 800 5,88 13 100
TOTAL 2 081 400 8,19 505 600

Vue d'ensemble de l'EEP

L'EEP a été préparée en tant que projet d'exploitation minière souterraine portant uniquement sur les ressources minérales communiquées par la Société le 25 septembre 2013. L'accès à la minéralisation devrait s'effectuer par l'intermédiaire de deux rampes distinctes, situés dans la zone Parallèle au nord et dans la zone Triangle au sud, et séparés d'environ 2 km. Les matières seraient ensuite transportées vers une usine hors site pour traitement en sous-traitance, éliminant la nécessité de la construction et de l'autorisation d'une nouvelle usine et de nouveaux parcs à résidu.

La période de pré-production est estimée à 2 ans, ce qui permettrait la construction d'installations de surface, la préparation des portails (6 mois), le développement des rampes et la préparation des chantiers. Le PEA considère le début du développement de la Rampe Nord à l'issue d'une période initiale de 3 mois consacrée à la préparation et à la construction en surface, avec un développement de la Rampe Sud trois mois plus tard.

Une production limitée aura lieu au cours de la phase de pré-production, ce qui représente environ 28 000 onces Au sur l'ensemble de la deuxième année de pré-production.

La production annuelle moyenne après la phase de pré-production sera de 460 500 tonnes à une teneur diluée, ou teneur de tête, de 8,24 g/t Au pour 112 400 onces Au récupérées (récupération moyenne de 92,1 %).

L'EEP suppose un traitement en usine par sous-traitance, ou un traitement en usine sous licence, scénario dans lequel le minerai du Projet Lamaque serait traité dans une usine située à proximité immédiate. Pour les besoins de l'EEP, des frais combinés de traitement en usine par sous-traitance et de transport de 45,69 $ par tonne ont été appliqués, d'après les frais de sous-traitance et de transport réels, ce qu'InnovExplo a confirmé comme étant compatible avec les taux estimés pour le traitement en usine dans la région de Val-d'Or sur l'ensemble de l'échéancier proposé pour le projet.

La Société procède actuellement à une étude et à une analyse approfondies des installations de traitement en usine disponibles et des acquisitions potentielles au voisinage immédiat, dont les résultats préliminaires indiquent plusieurs possibilités.

Ressources minérales

L'EEP suppose que l'exploitation souterraine sera utilisée pour l'extraction des ressources. L'estimation des ressources minérales telle qu'initialement divulguée le 25 septembre 2013 (date butoir de la base de données fixée au 24 avril 2013) a été utilisée comme référence de cette EEP. La divulgation initiale de la ressource supposait une teneur de coupure de 3 g/t Au diluée à une véritable épaisseur minimale de 2 m, pour laquelle les chiffres des ressources ont également été basés sur une teneur de coupure de 5 g/t Au.

Aux fins de l'EEP, et représentant à la fois les méthodes d'extraction proposées ainsi que l'utilisation d'un prix de 1 175 USD par once Au à titre indicatif, la Société a utilisé des teneurs de coupure variables de 4,0 g/t Au et de 5,0 g/t Au pour la conception des chantiers, en fonction de chaque bloc de ressource spécifique.

Ressources minérales à une teneur de coupure de 5 g/t Au

Ressources indiquées Ressources présumées
Zone Tonnage
(tonnes)
Teneur
(g/t d'or)
Onces d'or
contenues
Tonnage
(tonnes)
Teneur
(g/t d'or)
Onces d'or
contenues
Fortune 60 700 8,0 15 610 111 300 7,7 27 470
Triangle 412 200 12,6 167 200 258 000 15,4 128 000
Puits no 4 522 900 8,3 140 280 - - -
Parallèle 529 300 10,4 176 120 119 200 21,2 81 070
Total 1 525 100 10,2 499 210 488 500 15,1 236 540
Les ressources minérales ne constituent pas des réserves minérales et n'ont pas démontré leur viabilité économique. Tous les chiffres sont arrondis pour refléter la précision relative de l'estimation. Toutes les analyses ont été plafonnées, le cas échéant.

Pour les zones Fortune et Triangle, la totalité des ressources présumées a été prise en compte dans le scénario d'exploitation minière. En raison de la haute teneur en or des ressources présumées de la zone Parallèle qui sont basées sur un forage minimal, seulement 40 900 tonnes à une teneur de 9,13 g/t Au de ressources présumées ont été prises en compte. L'étude de l'EEP n'intégrait pas les ressources identifiées dans le pilier de surface.

La Société a mis à jour son estimation des ressources du Projet Lamaque le 28 janvier 2014, avec l'ajout de la Veine no 6 et la zone Seize. Ces zones n'ont pas été inclues dans l'EEP et ne sont donc pas discutées ici.

Potentiel de ressources supplémentaires

Au 28 février 2014, la Société avait foré 29 500 m supplémentaires au Projet Lamaque qui n'avaient pas encore été inclus dans le calcul de l'estimation des ressources ou dans le PEA. Les forages non inclus dans le calcul des ressources ou dans l'EEP se composent de :

  • Triangle Sud : 6 966 m dans 13 sondages
  • Parallèle : 12 589 m dans 40 sondages
  • Triangle : 9 890 m dans 26 sondages

Le programme de forage 2013 à Triangle Sud visait à étendre la zone Triangle vers le sud et en profondeur. Le forage a recoupé des minéralisations à haute teneur aurifère à une profondeur verticale jusqu'à de plus de 1 000 m et située à environ 175 m en aval-pendage de l'extrémité sud de la limite des ressources de la zone Triangle. Quatre forages sont actuellement en cours sur la zone Triangle qui, en plus d'achever le forage de définition, vont se poursuivre et forer cette zone cible non testée de 175 m de largeur, tout en explorant les extensions latérales proches de la surface.

Le métrage non inclus dans les zones Parallèle et Triangle était composé de forages intercalaires et d'extension. Les résultats de forage dans la zone Parallèle ont été communiqués début 2014 et confirment la continuité des zones minéralisées, qui devraient, comme l'espère la Société, permettre la conversion d'onces supplémentaires de la catégorie présumées vers la catégorie indiquée. Les forages intercalaires et d'extension dans la zone Triangle ont commencé en janvier 2014 et aucun résultat n'a été divulgué à ce jour. Une mise à jour de l'estimation des ressources, prévue au deuxième semestre 2014, mettra l'accent sur l'accroissement des ressources en vue d'augmenter la durée de vie de la mine au-delà des 6,25 ans actuels.

Exploitation minière

Le Projet Lamaque est conçu comme une mine souterraine mécanisée qui utilise des méthodes d'exploitation de type chambres et piliers classique et de type long trous. Un pôle d'administration et d'entretien de la mine devrait être situé sur l'autoroute 117 (autoroute transcanadienne). Ce pôle de services serait desservi par une ligne électrique de 25 kV, par une arrivée de gaz naturel et par des services municipaux. Deux centres de production devraient être conçus, chacun disposant d'une rampe d'accès aux ressources (la « Rampe Nord » et la « Rampe Sud ») et comprenant une infrastructure de base en surface. Une infrastructure commune sera utilisée pour traiter et gérer l'eau de l'exploitation souterraine.

La Rampe Nord sera située à environ 1 km du pôle de services et atteindra une profondeur verticale de 615 m pour accéder dans un premier temps aux zones Parallèle et Fortune. Si la Société devait confirmer les ressources des cibles de la Cheminée no 5 et de la Mine no 3, il est prévu de ces zones seront également accessibles via la Rampe Nord.

La Rampe Sud sera située à environ 3 km du pôle de services et atteindra une profondeur verticale de 620 m. Elle permettra l'accès à la zone Parallèle et à la Cheminée no 4. La zone de la Rampe Sud devrait être reliée à une route gravillonneuse située à quelques centaines de mètres au sud, ce qui offrirait deux points d'entrée sur le site.

Les méthodes d'extraction utilisées dans l'EEP ont été retenues en raison de la géométrie de la veine et des pratiques communes pour des opérations minières comparables dans la région qui revendique une longue histoire d'exploitation minière souterraine. Pour les zones minéralisées plongeant à moins de 45 degrés, une méthode d'extraction par chambres et piliers a été proposée. Le développement mécanisé des sous-niveaux dans les zones minéralisées sera réalisé par intervalles de 60 m le long de la veine, avec des chambres de 6 m de largeur, et le plan de mine prévoit un rendement de 18 tonnes/équipe de quart. Les chantiers typiques présenteront une hauteur de 2 m et une dilution externe de 5 % (à 0,0 g/t Au) a été inclue avec une récupération minière de 85 %.

Pour les zones minéralisées plongeant à plus de 45 degrés, une méthode d'extraction par forages long trous sera utilisée avec un développement mécanisé des sous-niveaux réalisé par intervalles de 18 m le long de la veine. Comme indiqué dans l'EEP, les chantiers typiques auront une épaisseur minimale de 3 m et une longueur de 20 m. Une dilution moyenne de 20 % (à 0,0 g/t Au) a été appliquée lorsque l'épaisseur du chantier est supérieure à 3 m et de 35 % pour les chantiers inférieurs à 3 m. Le déblayage se fera longitudinalement en utilisant des pelles mécaniques télécommandées et la récupération minière est évaluée à 85 %. De l'enrochement sera utilisé sur les chantiers de forage long pour la Rampe Nord.

Les matières minéralisées et les déchets seront transportés à la surface à l'aide de camions de 45 tonnes. Le coût de manutention est estimé entre 7,91 et 11,91 $/tonne. Au cours de la vie de la mine, le développement générerait environ 14 % du tonnage de la minéralisation, l'extraction par chambres et piliers 36 % et l'extraction par forages long trous 50 %.

Le tableau suivant résume le développement et les tonnes extraites pour le Projet Lamaque :

Exploitation minière Rampe Nord
(tonnes)
Rampe Sud
(tonnes)
Développement 159 900 126 400
Chambres et piliers 290 000 468 200
Forages profonds 539 400 497 500
Total 989 300 1 092 100

Pour l'évaluation économique, il a été supposé qu'un acompte de 25 % sera accordé sur l'équipement minier et soldé sur 5 ans à un taux d'intérêt de 6 %. La valeur résiduelle a été limitée entre 25 et 35 % selon les années d'utilisation.

Charges d'exploitation

Les charges d'exploitation sont résumées ci-dessous. Étant donné que cette EEP présente un scénario de traitement en usine à forfait et que la Société est en mesure de traiter les matières minéralisées récupérées lors des phases de pré-production et de développement, les revenus générés par ces onces ont été inclus dans l'estimation des flux de trésorerie. Un total d'environ 28 000 onces devraient être produites au cours de l'année 2 de la phase de pré-production.

Résumé des décaissements par once et par tonne

Résumé des décaissements CAD/once CAD/tonne
Exploitation minière 339 83
Traitement 187 46
Frais généraux et administratifs 122 30
Raffinage 3 0,73
Décaissements 651 159
Redevance 13 3
Total des décaissements 665 162
Frais de maintien 140 34
Décaissements + frais de maintien 805 196

Métallurgie et traitement

Le tonnage moyen LOM est d'environ 1 275 tonnes/jour et varie entre 1 050 et 1 650 tonnes/jour en fonction de la période (sur la base de 312 jours de fonctionnement/an). Ce débit de production est compatible avec les options potentielles de traitement en usine disponible dans le voisinage immédiat et peut varier au cours de la production effective en fonction de l'installation de traitement utilisée. Cette évaluation comprend l'extraction des ressources des deux rampes, ce qui minimise ainsi toute pression indue portée en un point quelconque de la production et réduit les goulets d'étranglement potentiels en cours d'exploitation.

De récents essais métallurgiques achevés en 2014 ont permis de tester individuellement les diverses zones minéralisées à Lamaque, à l'aide de plusieurs schémas de traitement conformes à ceux des usines de la proche région (se référer au communiqué de presse de la Société en date du 25 février 2014). Bien que les essais métallurgiques aient indiqué une augmentation de la récupération lors du passage du temps de lixiviation de 48 à 96 heures, la Société a tenu compte des taux de récupération correspondants à la limite supérieure du temps de lixiviation de 48 heures afin de préserver la compatibilité avec les flux des usines de la région.

En utilisant ces travaux d'essais, la Société a été en mesure d'identifier les usines les plus adaptées aux matières du Projet Lamaque, ce qui a permis de déterminer le montant de 45,69 $ par tonne de matière traitée en usine et transportée.

Pour l'EEP, les récupérations d'or suivantes ont été retenues :

  • Zone Parallèle : 97 %
  • Zone Triangle : 90 %
  • Zone Fortune : 95 %
  • Cheminée no 4: 86 %

Infrastructure et coûts en capital

Situé à 3 km de la ville de Val-d'Or, au Québec, qui constitue une communauté minière de plus de 35 000 personnes, le Projet Lamaque bénéficie d'une infrastructure de classe mondiale. Le haut niveau d'expertise minière souterraine largement disponible dans la région représente une ressource aussi précieuse que l'infrastructure physique présente dans la région de Val-d'Or. La société estime que ce site avantageux peut influencer de manière considérable et positive la viabilité à long terme du Projet Lamaque et son attractivité en termes d'emploi, dans la mesure où les employés et les entrepreneurs peuvent travailler au sein de la communauté où ils vivent, ce qui demeure une opportunité rare dans l'industrie minière.

Le Projet Lamaque est situé à 200 m de l'autoroute Trans-Canada et tous les services sont déjà disponibles sur le site. Le bureau actuel de la Société est situé entre l'autoroute et le projet, sur une propriété appartenant à la Société, et le terrain est suffisamment vaste pour répondre aux besoins estimés pour le développement du projet, et plus particulièrement pour le pôle de services envisagé.

Le plan tel qu'exposé dans l'EEP aura un impact minime sur cette communauté, car il n'existe aucune maison, entreprise ou autre infrastructure sur le site même du projet d'exploitation minière.

Les coûts de pré-production sont estimés à 69,2 millions $, net des recettes de production perçues au cours de la deuxième année de la période de pré-production. Les coûts en capital de la phase de pré-production incluent l'infrastructure de surface (préparation du site, routes, lignes électriques et distribution d'eau), l'installation de bâtiments modulaires en tant que bureaux et garages (ateliers mécaniques et électriques, entrepôt), l'infrastructure de l'exploitation minière sur les sites des rampes Nord et Sud, l'équipement mobile, les coûts d'exploitation de développement et capitalisés et les charges de propriété (coûts de clôture en conformité avec les garanties financières nécessaires, personnel de la Société et coûts indirects) sont résumés dans les tableaux suivants. Les coûts en capital de pré-production sont minimes étant donné qu'il n'y a pas nécessité de construire de parc à résidus miniers et que la minéralisation est spatialement près de la surface. La phase de pré-production devrait durer 2 ans, durant lesquels la majorité des produits seront utilisés pour la construction des rampes et pour un développement suffisant des zones minéralisées, ou fronts de travail, afin d'adapter l'exploitation minière au taux d'exploitation prévu et à la capacité de l'usine estimée. La construction de la rampe commencerait au cours du premier trimestre de la pré-production dans la zone Parallèle, où il existe un affleurement rocheux vertical de 15 m en surface qui constitue un emplacement idéal pour construire le portail. La construction de la rampe dans la zone Triangle commencerait au cours du deuxième trimestre de pré-production, où la profondeur des morts-terrains est estimée entre 1 et 5 m.

La répartition des coûts en capital de pré-production et de maintien est résumée ci-dessous :

Estimation des coûts en capital de pré-production (estimée à 2 ans)

Coûts en capital de pré-production (millions CAD)
Infrastructure de surface (réserve de 20 % inclue) 12,9
Infrastructure minière (réserve de 20 % inclue) 6,9
Équipement mobile (réserve de 10% inclue) 14,8
Coûts d'exploitation de développement et capitalisés (réserve de 20 % inclue) 55,6
Charges de propriété 16,3
Compensation des revenus capitalisés (28 000 onces en pré-production)* (37,4 )
Total 69,2
* Compte tenu du fait que la Société prévoit avoir accès à des possibilités de traitement tout au long de la phase de pré-production, celle-ci a inclus les revenus issus de la production prévue au cours du développement

La Société étudie également un scénario qui consisterait à retarder le développement de la Rampe Sud de 12 à 18 mois afin de réduire les exigences initiales de coûts en capital et d'utiliser les flux de trésorerie de la Rampe Nord pour financer le développement de la Rampe Sud. Cette approche permettrait de réduire les besoins en capitaux de pré-production de 20 à 25 millions $, bien que des travaux supplémentaires soient nécessaires avant que la Société soit en mesure de fournir un chiffre précis.

Estimation des coûts en capital de maintien (années 1 à 5)

Capital de maintien (millions CAD)
Infrastructure de surface (réserve de 20 % inclue) 4,7
Infrastructure minière (réserve de 20 % inclue) 3,1
Équipement mobile (réserve de 10% inclue) 17,3
Développement (réserve de 20% inclue) 39,0
Charges de propriété 2,6
Total 66,8

Relations communautaires

La Société s'est engagée à adopter une approche proactive dans le cadre de son processus de consultation publique et a travaillé avec diligence dans le but d'identifier le plus grand nombre possible de parties prenantes dans la région de Val-d'Or. Au cours des six derniers mois, plus de 25 réunions privées et publiques ont été organisées avec les parties prenantes.

Le 28 janvier 2013, une réunion d'information publique a été organisée à Val-d'Or afin de présenter l'état d'avancement du projet, discuter de ses éventuels impacts et avantages pour la communauté de Val-d'Or et recueillir des idées et des opinions émises par les résidents. Plus de 250 résidents et parties prenantes ont assisté à cette réunion. Le comité de direction a été encouragé par les commentaires reçus et par le soutien enthousiaste de la communauté dans le cadre du Projet Lamaque. Integra réaffirme sa volonté de travailler avec les citoyens de Val-d'Or à l'élaboration d'un plan pour le Projet Lamaque, dans le but de maximiser les avantages pour la communauté et pour les actionnaires de la Société.

Des renseignements concernant les réunions publiques et les mises à jour du projet seront publiés sur le site Internet de la Société dès leur disponibilité.

Environnement et autorisation

Une étude environnementale de référence a été réalisée par AMEC en décembre 2013. La Rampe Nord est située dans une zone précédemment touchée par les résidus historiques provenant de la mine Lamaque et la Société ne prévoit pas d'impact significatif sur la faune. Pour la Rampe Sud, l'étude de référence réalisée par AMEC n'a pas identifié de problème majeur lié à la faune.

Aucune caractérisation géochimique des matières minéralisées ou des déchets n'est actuellement disponible pour le Projet Lamaque. La Société procèdera à ces études en 2014 et ne prévoit pas de problèmes majeurs liés à la nature de la minéralisation du Projet Lamaque qui demeure similaire aux mines Sigma et Lamaque adjacentes, dont la propreté des minerais et des résidus est connue et ne présente pas de problèmes.

Le Projet Lamaque n'est pas soumis à une étude d'évaluation d'impact, étant donné que la production prévue est inférieure au seuil de 2 000 tonnes par jour décrit dans la nouvelle loi minière.

Les frais de remise en état ont été estimés à 2,4 millions $. Les travaux de remise en état couvrent les déchets et les stocks de matières minéralisées, le bassin d'eau, les ouvertures souterraines, l'installation sur site, l'ingénierie, les réserves (20 %) et le suivi post-exploitation du site.

Économie et sensibilité du projet

Les principaux indicateurs de performance économique (avant impôt) sont résumés dans le tableau suivant. Plusieurs prix de l'or (USD) sont présentés à des fins de sensibilité uniquement.

Sensibilité du prix de l'or

Prix de l'or (USD/once) 1 000 1 100 1 200 1 275
(Scénario de référence
) 1 400 1 500
Taux de change (CAD/USD) 1,05 1,05 1,05 1,05 1,05 1,05
Prix de l'or (CAD/once) 1 050 1 155 1 260 1 339 1 470 1 575
VAN de 5 % avant impôt (millions CAD) 29,2 71,7 114,2 146,0 199,1 241,6
TRI avant impôt 15 % 29 % 42 % 51 % 66 % 77 %
Période de récupération avant impôt (années) 2,91 2,14 1,71 1,50 1,25 1,11

L'analyse de sensibilité présentée ci-dessous démontre que, malgré une augmentation de 30 % des coûts en capital ou des charges d'exploitation, le Projet Lamaque dispose encore du potentiel de présenter un bilan économique positif.

Analyse de sensibilité des taux de change, coûts en capital et charges d'exploitation (avant impôt)

Variable Flux de
trésorerie net
(millions CAD)
VAN
(5 %)
TRI
Taux de change CAD/USD 0,95 133,3 94,4 36 %
1,00 165,2 120,2 44 %
1,05 197,1 146,0 51 %
1,10 229,1 171,8 59 %
1,15 261,0 197,6 66 %
Coûts en capital 30 % 157,0 110,6 35 %
20 % 170,4 122,4 40 %
10 % 183,8 134,2 45 %
0 % 197,1 146,0 51 %
-10 % 210,5 157,8 59 %
-20 % 223,9 169,6 67 %
-30 % 237,2 181,5 77 %
Charges d'exploitation 30 % 104,3 71,7 30 %
20 % 135,3 96,5 38 %
10 % 166,2 121,2 45 %
0 % 197,1 146,0 51 %
-10 % 228,1 170,8 58 %
-20 % 259,0 195,5 64 %
-30 % 289,9 220,3 70 %

Taux d'actualisation par rapport à l'analyse de sensibilité VAN avant impôt du scénario de référence (avant impôt)

Taux d'actualisation Valeur VAN (millions CAD)
0 % 197,1
5 % 146,0
7 % 129,6
10 % 108,3

Opportunités et risques

Les possibilités d'amélioration de l'économie du Projet Lamaque sont les suivantes :

  • La Société étudie un scénario qui consisterait à retarder le développement de la Rampe Sud de 12 à 18 mois afin de réduire les exigences initiales de coûts en capital et d'utiliser les flux de trésorerie de la Rampe Nord pour financer le développement de la Rampe Sud. Cette approche pourrait réduire les besoins en capitaux de pré-production de 20 à 25 millions $.
  • L'acquisition d'une usine remplaçant le traitement en sous-traitance serait susceptible de réduire les charges d'exploitation LOM et permettrait à la Société de disposer d'une plus grande sécurité dans l'accomplissement de ses futurs objectifs de traitement en usine.
  • Possibilité d'utiliser des contrats miniers afin de réduire les besoins en capitaux initiaux.
  • La production décrite dans l'EEP est limitée à une profondeur verticale de 620 m dans la zone Triangle. Un programme de forage en 2013 a recoupé plusieurs zones à haute teneur en dessous de ce niveau, à des profondeurs verticales allant jusqu'à 1 000 m. La zone Triangle reste également ouverte au sud, à l'est et à l'ouest.
  • Les forages dans la zone Triangle Sud ont recoupé 13,89 g/t Au sur 7,0 m, à environ 175 m en aval-pendage de l'estimation des ressources de la zone Triangle (se référer au communiqué de presse de la Société en date du 18 novembre 2013). Le potentiel entre la zone Triangle et cette découverte de 2013 n'a pas encore été testé et sera foré dans les 4 à 6 prochaines semaines.
  • L'EEP est basée sur la date butoir de base de données des ressources minérales du 24 avril 2013 et ne comprend pas les forages subséquents, tant intercalaires que d'expansion, de l'ordre de 29 500 m achevés fin février 2014, alors que les forages se poursuivent avec 4 foreuses.
  • L'EEP ne comprend pas les ressources de la Veine no 6 ni de la zone Seize.
  • Une minéralisation importante a été identifiée sur les cibles de la Mine no 3 et de la Cheminée no 5. La Société s'attend à achever les estimations des ressources pour ces zones au cours du deuxième semestre 2014. Si une ressource était définie sur ces cibles, celles-ci pourraient être potentiellement exploitées depuis l'infrastructure de la Rampe Nord.
  • Potentiel d'amélioration de la récupération d'or d'après les résultats de récents travaux d'essais métallurgiques.
  • Potentiel de réduction des coûts de traitement en usine au moyen de négociations avec des sous-traitants ou par voie d'acquisition d'usines existantes.

Les risques nécessitant des stratégies d'atténuation comprennent :

  • Gestion de la construction/ingénierie et des échéanciers d'approvisionnement, des coûts et de la maîtrise des coûts.
  • Risques d'exploitation liés au recrutement et à la formation de la main-d'œuvre souterraine, en particulier les mineurs « chambres et piliers ».
  • Risques liés aux autorisations gouvernementales.
  • Évaluation de l'épaisseur et de la stabilité des piliers de surface grâce à la caractérisation géomécanique et l'analyse de la stabilité.

Recommandations et prochaines étapes

Les recommandations suivantes ont été identifiées pour les prochaines étapes du Projet Lamaque. La Société vise à atteindre ces objectifs en 2014.

  1. Poursuivre l'exploration et le forage de définition sur les zones Parallèle, Triangle et Fortune en 2014, afin de faire passer autant de ressources que possible de la catégorie présumées à la catégorie indiquées, tout en continuant à augmenter la base de ressources latéralement et en profondeur.
  1. Mettre à jour les estimations des ressources pour tous les dépôts inclus dans l'EEP et évaluer l'impact sur l'économie du Projet Lamaque en utilisant l'ensemble des nouvelles informations générées depuis la dernière date butoir de base de données (depuis le 24 avril 2013).
  1. Achever le forage d'exploration et effectuer des estimations des ressources supplémentaires sur deux des cibles d'exploration avancées du Projet Lamaque, la Mine no 3 et la Cheminée no 5, en vue de les intégrer aux futures évaluations économiques concernant le projet.
  1. Commencer une étude de préfaisabilité qui comprendra :
  • Étude de l'hydrogéologie;
  • Caractérisation de la masse rocheuse et conception des chantiers;
  • Analyse de la stabilité des piliers de surface;
  • Plan minier mis à jour à l'aide des nouvelles ressources;
  • Analyse des compromis :
    • Replanification du développement des 2 rampes afin de limiter les besoins en capital;
    • Alternative énergétique pour le chauffage de l'air souterrain;
    • Alternatives de traitement des matières minéralisées et des déchets; et
    • Accès, éventuellement par fonçage de puits, à la partie la plus profonde de la zone Triangle et de la Cheminée no 4.
  • Finalisation du scénario de connexion au réseau d'Hydro-Québec;
  • Ingénierie de l'installation en surface, de l'électricité et des installations mécaniques;
  • Ingénierie des installations de traitement et de gestion de l'eau; et
  • Mise à jour de l'évaluation économique des dépenses en capital et des charges d'exploitation.
  1. Initier et compléter le processus d'autorisation pour un programme d'exploration souterraine. Une étude de préfaisabilité complète nécessitera probablement une exploration souterraine, ce qui signifie qu'une partie importante de l'autorisation du projet sera achevée au cours de la phase de préfaisabilité :
  • Demande de certificat d'autorisation;
  • Demande complète de bail minier pour le site Sud (Triangle);
  • Caractérisation de la minéralisation et des déchets;
  • Étude hydrologique;
  • Étude des bruits et vibrations; et
  • Étude biologique.
  1. Mener une étude métallurgique de phase 4 afin d'améliorer la récupération d'or de la zone Triangle et de la Cheminée no 4.
  1. Mettre en œuvre un processus d'information et de consultation formelle afin de favoriser l'acceptabilité sociale du Projet Lamaque et des plans de développement.

Personnes qualifiées

Le Projet Lamaque est directement supervisé par Hervé Thiboutot, ingénieur et premier vice-président de la Société, et François Chabot, ingénieur et directeur des opérations et de l'ingénierie de la Société. M. Thiboutot et M. Chabot sont tous deux des personnes qualifiées (« PQ ») au sens de la Norme canadienne 43-101.

En outre, toutes les personnes énumérées ci-dessous sont des personnes qualifiées indépendantes aux fins de la Norme canadienne NI 43-101. Toutes les informations scientifiques et techniques contenues dans le présent communiqué de presse à l'égard du Projet Lamaque ou de l'EEP sont basées sur des informations établies ou supervisées par ces personnes.

Pour InnovExplo Inc., Sylvie Poirier, ingénieure (exploitation minière) et Laurent Roy, ingénieur (exploitation minière) ; pour Geologica, Alain-Jean Beauregard, géologue (géologie) et Daniel Gaudreault, ingénieur (géologie) ; pour GeoPointcom, Christian D'Amours, géologue (ressources) ; pour Amec, Stephan Bergeron, ingénieur (environnement) ; pour Golder Associates, James Tod, ingénieur (géomécanique) et pour WSP Engineering, Michel Garon, ingénieur (métallurgie).

Les PQ de la Société ont également passé en revue le contenu technique du présent communiqué de presse.

Assurance de la qualité - Contrôle de la qualité (« AQ/CQ »)

Des protocoles stricts d'AQ/CQ sont suivis dans le cadre du Projet Lamaque, et notamment l'insertion de jeux d'échantillons doubles, blancs et standards dans l'ensemble des sondages. Les échantillons de carotte sont soumis directement à ALS Laboratory Group et Bourlamaque Labs à Val-d'Or pour préparation et analyse. Les analyses sont réalisées sur des aliquotes d'évaluation de 1 tonne. L'analyse de l'or est effectuée en employant une méthode d'évaluation par pyroanalyse avec finition par absorption atomique, et avec finition gravimétrique pour les échantillons dont la teneur excède 5 g/t d'or, ou par tamisage métallique des échantillons contenant visiblement de l'or. Lorsque disponibles, les résultats des évaluations gravimétriques ou par tamisage métallique ont été utilisés pour l'indication des intervalles de composites.

D'autres informations sur l'estimation des ressources minérales citée dans le présent communiqué de presse sont mentionnées dans un rapport technique conforme à la Norme canadienne NI 43-101 pour le projet, intitulé « Rapport technique NI 43-101 2013 sur la propriété Lamaque », en date du 1er novembre 2013, et disponible sous le profil SEDAR de la Société à l'adresse www.sedar.com.

AU NOM DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

Stephen de Jong, Président et chef de la direction

Suivez Integra Gold sur :

Ni la Bourse de croissance TSX, ni son fournisseur de services de règlementation (tel que ce terme est défini dans les politiques de la Bourse de croissance TSX), n'assument de responsabilité quant à la pertinence ou à l'exactitude du présent communiqué de presse.

Mise en garde concernant les énoncés prospectifs :

Aucune bourse, commission de valeurs mobilières ou autre autorité réglementaire n'a approuvé ni désapprouvé les informations contenues dans le présent communiqué. Le présent communiqué contient des « énoncés prospectifs » concernant le futur rendement financier ou opérationnel d'Integra Gold Corp. (« Integra » ou la « Société »), ainsi que d'autres énoncés qui expriment les attentes ou les estimations de la direction au sujet de développements, de circonstances ou de résultats futur(e)s. En règle générale, les informations prospectives peuvent être identifiées par l'utilisation de termes prospectifs tels que « chercher », « croire », « anticiper », « planifier », « continuer », « établir un budget », « prévoir », « estimer », « s'attendre à », « avoir l'intention de », « projeter », « prédire », « proposer », « potentiel », « objectif » et des variations de tels mots et expressions, ou par des déclarations en vertu desquelles certains actes, événements ou résultats « peuvent », «pourraient », « devraient » ou « devront » « être pris », « se produire » ou « être atteints ». Les énoncés prospectifs inclus dans cette présentation comprennent des énoncés relatifs au scénario d'exploitation proposé pour le Projet Lamaque, ce qui comprend les informations concernant les résultats économiques envisagés du Projet Lamaque (y compris les taux de rendement, la période de récupération et la VAN du Projet Lamaque ), l'estimation des dépenses en capital et des autres coûts de développement du site, les valeurs d'or attendues pendant la durée du projet, les taux de développement et de production, la minéralisation et les ressources minérales potentielles, les informations relatives à l'infrastructure de soutien, la durée de vie potentielle de la mine, les taux d'emploi et les effets des mesures prises pour atténuer les impacts locaux et les dates d'achèvement prévues d'exploration et de forage, les résultats d'exploration, les dépenses estimées et futures d'exploration et d'administration, l'achèvement d'une étude de faisabilité et les plans et objectifs futurs d'Integra.

Bien que l'ensemble des énoncés prospectifs implique des risques et incertitudes, ces énoncés sont fondés sur certaines hypothèses que la direction d'Integra estime raisonnables, ce qui comprend sa capacité à obtenir un financement à des conditions raisonnables, la précision matérielle avérée de l'EEP, la possibilité d'effectuer son développement actuel et ses autres objectifs, le déroulement tel que planifié de son développement, de son exploration et de ses autres activités, la conformité telle que prévue de ses procédures relatives aux communautés et à l'impact environnemental, l'absence d'évolution défavorable de la conjoncture économique générale, l'exemption de tout accident significatif pouvant affecter Integra, l'évitement de tout conflit professionnel ou panne ou pénurie d'équipement et l'obtention en temps opportun et à des conditions acceptables de l'ensemble des approbations gouvernementales nécessaires à son exploration planifiée et à ses activités de développement potentielles. Il ne peut être assuré que les énoncés prospectifs se révéleront exacts et les résultats réels et les événements futurs pourraient différer considérablement de ceux anticipés dans de tels énoncés. Les facteurs importants qui pourraient amener les résultats réels à différer considérablement des attentes d'Integra comprennent, mais sans s'y limiter, la différence entre les résultats réels des activités de développement et ceux anticipés par Integra, les changements dans les paramètres du projet liés à la poursuite de l'affinement de celui-ci, les changements dans les ressources minérales estimées, les prix futurs des métaux, l'augmentation des coûts de la main-d'œuvre, de l'équipement ou des matériaux, la disponibilité des équipements, l'incapacité des équipements à fonctionner conformément aux prévisions, les accidents, les effets des conditions météorologiques et d'autres phénomènes naturels, les risques liés aux relations communautaires et aux activités des parties prenantes et les retards dans l'obtention des approbations gouvernementales ou du financement. Bien qu'Integra ait tenté d'identifier les facteurs importants qui pourraient amener les résultats réels à différer de manière considérable, il pourrait exister d'autres facteurs en vertu desquels les résultats ne seraient pas ceux attendus, estimés ou prévus. Il ne peut être assuré que de tels énoncés se révéleront exacts, étant donné que les résultats réels et les événements futurs pourraient différer considérablement de ceux anticipés dans de tels énoncés. Par conséquent, le lecteur ne doit pas se fier indûment aux énoncés prospectifs. Integra n'a pas l'intention, et décline expressément toute intention ou obligation, de mettre à jour ou de réviser les énoncés prospectifs, en raison de nouvelles informations, d'événements futurs ou d'autres motifs, sauf si exigé par la loi.

Renseignements