SOURCE: Integra Gold Corp.

Integra Gold Corp

20 janv. 2015 21h16 HE

Integra Gold annonce une mise à jour de son EEP tenant compte de l'acquisition du complexe de l'usine et de la mine Sigma-Lamaque : TRI avant impôt de 77 %, VAN (5 %) de 184,3 millions CAD selon un prix de 1 175 USD par once Au

VANCOUVER, BC--(Marketwired - 20 janvier 2015) -

Faits saillants de l'évaluation économique préliminaire (EEP)

  • Scénario de référence : TRI avant impôt de 77 % et VAN de 184,3 millions CAD (selon un taux d'actualisation de 5 %) (après impôt: TRI de 59 % et VAN de 113,5 millions CAD)(1)
  • Capital de pré-production exigé réduit de 7,3 millions CAD (passant de 69,2 millions CAD à 61,9 millions CAD).
  • Période de pré-production abrégée de 24 mois à 18 mois, par la suite de l'acquisition du complexe de l'usine et de la mine Sigma-Lamaque, laquelle a mené à l'obtention d'infrastructures existantes et de permis, ainsi qu'en raison de l'optimisation du scénario d'exploitation minière de la zone Nord.
  • Décaissements liés à la durée de vie de la mine de 551 CAD par once d'or et décaissements assortis des frais de maintien de 731 CAD par once d'or.
  • L'évaluation économique préliminaire (l'" EEP ") mise à jour utilise la même estimation des ressources minérales que l'EEP initiale et ne tient pas compte des travaux de forage terminés depuis avril 2013 ni des ressources minérales des sites Sigma et Lamaque obtenues dans le cadre de l'acquisition dont il est question ci-après.

Forages supplémentaires

  • Des forages correspondant à plus de 70 000 mètres (" m ") ont été effectués après la date butoir de la base de données fixée pour l'estimation des ressources minérales (avril 2013) utilisée aux fins de la présente EEP.
  • Une évaluation à jour des ressources, tenant compte de ces forages, est en cours.

Évaluation des ressources de Sigma

  • Une revue de l'estimation des ressources effectuées antérieurement pour le site Sigma-Lamaque, qui a été acquis dans le cadre de l'opération, est terminé et sera incluse dans le rapport technique afférent à l'EEP; laquelle EEP ne tenait pas compte de ces ressources.

(1) L'EEP est préliminaire par nature et inclut des ressources minérales présumées dont la composante géologique est considérée comme trop spéculative pour pouvoir leur appliquer des considérations économiques leur permettant d'être classées au titre des réserves minérales. Les ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales n'ont pas de viabilité économique démontrée. Il n'existe aucune certitude selon laquelle l'EEP sera réalisée.

Integra Gold Corp. (TSX CROISSANCE: ICG) (" Integra " ou la " Société ") est heureuse d'annoncer les résultats de l'évaluation économique préliminaire révisée (" EEP "), réalisée dans le cadre de son projet aurifère principal, le " Projet Lamaque ", à Val-d'Or, au Québec (Canada). L'EEP a été préparée par InnovExplo Inc. (" InnovExplo ") avec des contributions techniques d'Amec Foster Wheeler Environment and Infrastructure (" Amec "), Geologica Groupe-Conseil Inc., Geopointcom Inc. et WSP Canada Inc. (" WSP "). Le rapport technique afférent à l'EEP sera déposé sur le site Web de la Société et sur SEDAR dans les 45 jours.

Modifications apportées à l'EEP initiale :

La présente EEP constitue une mise à jour de l'EEP initialement produite par la Société (datée du 11 mars 2014), elle tient compte de l'acquisition par la Société du complexe de l'usine et des mines Sigma et Lamaque adjacentes. Les principales répercussions découlant de cette acquisition sont les suivantes :

  • Réduction des charges d'exploitation : décaissements par once passant de 665 CAD à 551 CAD (une réduction de 17 %), en raison principalement de la révision à la baisse des coûts de traitement en usine, comme la Société n'envisage plus de transporter les matières vers une usine hors site pour traitement en sous-traitance à forfait;
  • Réduction des dépenses en immobilisations pré-production : réduction de 7,3 millions CAD, passant de 69,2 millions CAD à 61,9 millions CAD, principalement attribuable à l'utilisation d'infrastructures de surface et souterraines existantes permettant d'accéder à la zone Parallèle, éliminant par conséquent la nécessité d'une descenderie indépendante ou d'une rampe et de l'infrastructure de surface connexe. Les dépenses en immobilisations épargnées sont néanmoins en partie contrebalancées par les besoins en capitaux propres requis pour remettre en état la mine Sigma;
  • Augmentation du taux de récupération de l'or : hausse de 1 % dans l'ensemble des zones minéralisées en raison d'une plus longue période de lixiviation pour la production prévue, compte tenu de la capacité actuelle et du schéma de production de la mine Sigma, comparativement à un scénario de traitement en usine à forfait;
  • Réduction de la période de pré-production : réduction de 24 mois à 18 mois, en grande partie grâce à l'utilisation des infrastructures de surface et souterraines existantes permettant à la Société d'accéder plus rapidement à la zone Parallèle;
  • Possibilité de devancer la date de début des travaux : les difficultés considérables liées à l'obtention des permis, tant provinciaux que fédéraux, ont été dénouées par la suite de l'acquisition du complexe de l'usine et de la mine Sigma-Lamaque. La présentation d'un rapport d'évaluation environnementale fédéral, aussi appelé " étude de l'impact environnemental ", n'est plus exigé. La modification des permis existants relatifs au complexe de l'usine et de la mine Sigma-Lamaque suffira pour autoriser les activités de production dans la zone Nord (Parallèle et Fortune) va simplifier le processus d'autorisation. Environ 80 % du Projet Lamaque mis en œuvre par la Société (y compris les zones Parallèle et Fortune) et la totalité du terrain acquis récemment sont des concessions minières et non des baux miniers, ce qui évite de devoir procéder à la conversion de claims à baux miniers.

L'EEP mise à jour utilise la même estimation des ressources minérales que l'EEP initiale et ne tient pas compte des travaux de forage complétés depuis avril 2013 ni des ressources minérales des mines Sigma et Lamaque obtenues dans le cadre de l'acquisition. L'augmentation du taux de récupération de l'or, exprimé en once, dont il question dans l'EEP mise à jour s'explique par la hausse du taux de récupération de la mine Sigma par rapport au scénario de traitement en usine par sous-traitance qui avait été établi initialement. Une nouvelle estimation des ressources minérales pour le Projet Lamaque est en cours et devrait se terminer durant le premier trimestre de 2015.

Sommaire et faits saillants de l'EEP

Lien vers la présentation sommaire de l'EEP et les autres cartes :

http://www.integragold.com/s/pea-technical-report.asp?ReportID=690244

La Société a fourni un scénario de référence (le " scénario de référence ") qui utilise un prix de 1 175 USD par once d'or (Au) et un taux de change CAD/USD de 1,14, ce qui correspond à un prix de 1 340 CAD par once Au (au 12 janvier 2015, le cours de clôture au comptant était de 1 233 USD par once et le taux de change CAD/USD était de 1,195, ce qui correspond à 1 473 CAD par once). La totalité des montants est exprimée en dollars canadiens (CAD), sauf indication contraire. L'évaluation économique du scénario de référence indique un taux de rendement interne (" TRI ") avant impôt de 77 %, une récupération de l'investissement en 1,3 an et une valeur actualisée nette (" VAN ") de 184,3 millions CAD à un taux d'actualisation de 5 %.

L'EEP est préliminaire par nature et inclut des ressources minérales présumées dont la composante géologique est considérée comme trop spéculative pour pouvoir leur appliquer des considérations économiques leur permettant d'être classées au titre des réserves minérales. Les ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales n'ont pas de viabilité économique démontrée. Il n'existe aucune certitude selon laquelle l'EEP sera réalisée.

" L'acquisition du complexe de l'usine et de la mine Sigma en contrepartie de 7 millions CAD, sous forme d'espèces et d'actions, représentait une opération fort rentable pour les actionnaires d'Integra, comme en témoigne l'augmentation importante de la VAN et du TRI, ainsi que la diminution des besoins en capitaux propres et des dépenses en immobilisations, annoncées aujourd'hui dans l'EEP " a commenté Stephen de Jong, président et chef de la direction de la Société; et " plus important encore cette acquisition trace une voie encore mieux définie pour Integra en ce qui a trait au développement et à la production, elle abrège l'échéancier du développement et elle atténue les risques liés au développement et à l'exploitation, grâce à l'existence d'infrastructures de surface et souterraines, d'une usine de traitement et d'un parc à résidus miniers. La prochaine étape critique à court terme est la réalisation d'une estimation révisée des ressources, laquelle comprendra un grand nombre de nouveaux forages et dont les résultats pourraient révéler une augmentation des ressources disponibles et ainsi prolonger la durée de vie du projet d'exploitation minière. "

Hypothèses et faits saillants du scénario de référence

   EEP mise à jour EEP initiale
Prix de l'or  1 175 USD 1 275 USD
Taux de change (CAD/USD)  1,14 1,05
Prix de l'or  1 340 CAD 1 339 CAD
Production annuelle moyenne d'or (onces)  109 900 112,400
Pic de production annuelle d'or (onces)  141 600 143,300
Coûts en capital de pré-production (CAD)  61.9 millions 69,2 millions
Capital de maintien lié à la durée de la mine (CAD)  89,0 millions 66,8 millions
Période de pré-production (années)  1,5 2,0
Durée de vie de la mine (années)  4,5 4,25
Total des décaissements par once Au (CAD)*  551 665
Total des frais de maintien par once Au (CAD)**  731 805
Total des coûts (y compris le capital pré-production) (CAD)***  811 859
   
AVANT IMPÔT     
VAN lié à la durée de vie de la mine à un taux d'actualisation de 5 % (CAD)  184,3 millions 146,0 millions
Taux de rendement interne  77 % 51 %
Période de récupération (années)  1,3 1,5
      
APRÈS IMPÔT     
VAN lié à la durée de vie de la mine à un taux d'actualisation de 5 % (CAD)  113,5 millions 88,5 millions
Taux de rendement interne  59 % 38 %
Période de récupération (années)  1,6 1,8

*Total des décaissements : coût direct associé à l'exploitation minière, raffinage et redevances.
**Total des frais de maintien : coût direct associé à l'exploitation minière, raffinage, redevances, capital de maintien, restauration et valeur résiduelle.
***Total des coûts : coût direct associé à l'exploitation minière, raffinage, redevances, capital de pré-production et de maintien, restauration et valeur résiduelle.

Comparaison du scénario de référence concernant le prix de l'or au comptant et le taux de change actuel

   Scénario de référence Prix de l'or au comptant et taux de change actuel (12 janvier 2015)
Prix de l'or (USD) par once Au  1 175 $ 1 233 $
Taux de change (CAD/USD)  1,14 1,195
Prix de l'or (CAD) par once Au  1 340 $ 1 473 $
TRI avant impôt  77 % 97 %
VAN avant impôt (5 %) (CAD)  184,3 millions 240,0 millions
Récupération avant impôt (années)  1,3 1,0

Profil de production (teneur de tête diluée)
 et flux de trésorerie prévisionnels à 1 175 USD par once Au

Année Tonnes Teneur
(g/t d'or)
Production annuelle (onces) Flux de trésorerie nets avant impôt
(millions CAD)
1 : pré-production 4 600 7,53 - (43,4)
2 : pré-production
(T1, T2)
64 800 8,27 17 800 (18,5)
2 : production
(T3, T4)
187 500 8,39 48 100 19,0
3 441 500 8,24 111 100 51,6
4 423 200 9,72 124 100 70,6
5 524 400 8,95 141 600 103,0
6 414 200 5,77 68 800 50,3
7 - - - 6,0
TOTAL 2 060 200 8,24 511 600 238,7

VAN avant impôt (millions CAD) Sensibilité au prix de l'or et au taux de change

  Prix de l'or (USD)
1 000 1 100 1 200 1 300 1 400 1 500
Taux de change (CAD/USD) 1,00 43,1 84,7 126,3 167,9 209,5 251,1
1,05 63,9 107,6 151,3 194,9 238,6 282,3
1,10 84,7 130,5 176,2 221,9 267,7 313,4
1,15 105,5 153,3 201,2 248,9 296,8 344,6
1,20 126,3 176,2 226,1 276 325,9 375,8
1,25 147,1 199,1 251 303 355 407

TRI avant impôt (%) Sensibilité au prix de l'or et au taux de change

  Prix de l'or (USD)
1 000 1 100 1 200 1 300 1 400 1 500
Taux de change (CAD/USD) 1,00 23 % 39 % 55 % 71 % 86 % 101 %
1,05 31 % 48 % 64 % 80 % 96 % 112 %
1,10 39 % 57 % 74 % 90 % 107 % 124 %
1,15 47 % 65 % 83 % 100 % 118 % 135 %
1,20 55 % 74 % 92 % 110 % 128 % 146 %
1,25 63 % 82 % 101 % 120 % 138 % 157 %

Survol de l'EEP

L'EEP a été préparée en tant que projet d'exploitation minière souterraine portant uniquement sur les ressources minérales déclarées par la Société le 25 septembre 2013. La majorité de la minéralisation devrait provenir de deux gisements, situés dans la zone Parallèle et dans la zone Triangle, séparés d'environ deux kilomètres. Le projet utilisera l'infrastructure existante de Sigma en tant que site principal pour l'exploitation.

Dans le plan de développement proposé aux termes de l'EEP, l'accès à la zone Triangle se fera par l'intermédiaire d'une rampe (la " Rampe Sud "), ou d'une descenderie, à partir de la surface; la rampe serait aménagée environ 450 m à l'ouest de la limite de la zone Triangle. Il est important de noter que les travaux de forage exécutés pour confirmer l'absence de ressources à la fin de 2014 dans le secteur de la Rampe Sud ont recoupé de multiples zones à haute teneur où la rampe devrait être aménagée. D'autres forages dans ce secteur seront effectués au cours du premier trimestre de 2015.

Lien vers la carte de l'infrastructure dans la zone Triangle :

http://www.integragold.com/i/maps/Integra-TZ-infrastructure.jpg

Dans la zone Nord, l'accès à la zone Parallèle se fera grâce à la construction d'une rampe latérale de 700 m qui partira des chantiers souterrains existants de la mine Sigma. Les chantiers souterrains existants mesurent 4,25 m par 4,25 m, on y accède par un portail avec tous les services, y compris la ventilation, l'électricité et les services d'eau, dont l'entrée est située dans la paroi sud-est du trou Sigma. Le point de départ de la rampe vers la zone Parallèle est situé sous terre à environ 200 m de l'entrée du portail vers le trou. La construction de la rampe pourrait progresser de 180 m par mois.

Lien vers la carte de l'infrastructure dans la zone Parallèle :

http://www.integragold.com/i/maps/Integra-PZ-infrastructure.jpg

Lien vers les photos :

http://www.integragold.com/i/maps/Integra-PZ-infrastructure.jpg

Les zones minéralisées secondaires faisant l'objet de l'EEP correspopndent à la Cheminée no 4, à laquelle on a accès par l'intermédiaire de l'infrastructure souterraine de la zone Triangle (zone Sud), et la zone Fortune, à laquelle on accèderait via l'infrastructure de la zone Parallèle (zone Nord).

La période de pré-production est passée de deux ans dans l'EEP initiale de la Société à 1,5 an dans l'EEP mise à jour, en raison des gains en efficacité réalisés grâce à l'accès souterrain aux chantiers de la zone Parallèle à partir des chantiers existants de la mine Sigma, plutôt que le plan original qui exigeait de remonter à la surface pour emprunter une rampe. L'EEP mise à jour prévoit le début du développement de la rampe Parallèle après un premier mois de travaux généraux de préparation et de construction souterrains. Le scénario d'exploitation minière révisé pour la zone Parallèle permet d'accéder plus rapidement à de plus grandes zones de minéralisation à plus haute teneur.

Le développement de la Rampe Sud dans la zone Triangle devrait commencer trois mois plus tard, une fois que l'infrastructure de base à la surface et que le portail auront été construits, plutôt que six mois plus tard, comme il était prévu dans l'EEP initiale. Une production limitée dans les zones Nord et Sud sera effectuée durant la phase de pré-production, soit environ 17 800 onces au cours des neuf derniers mois de la période de pré-production.

La production annuelle moyenne après la phase de pré-production sera de 442 400 tonnes à une teneur diluée, ou teneur de tête, de 8,24 g/t Au pour 109 700 onces Au récupérées (récupération moyenne de 93,6 %).

L'utilisation de l'usine Sigma constitue la principale différence par rapport à l'EEP initiale et apporte la majorité des avantages économiques présentés dans l'EEP mise à jour. Les besoins en capitaux propres pour la remise en état et l'augmentation de la capacité du parc à résidus, ainsi que les charges d'exploitation nécessaires au transport et au traitement en usine ont été évalués par les sociétés d'experts-conseils indépendantes WSP et Amec. Leur évaluation s'est appuyée sur de nombreuses visites de l'usine Sigma et du parc de résidus et a utilisé un taux de production projeté de 1 300 tonnes par jour.

Coûts en capital de pré-production et en capital de maintien

Le capital de pré-production (ou " dépenses en immobilisations pré-production ") est évalué à 61,9 millions CAD. L'usine et le parc à résidus miniers existent déjà et nécessitent de légères améliorations. La Société a la capacité de traiter les matières minéralisées récupérées durant les 18 mois de la période de pré-production. Les revenus éventuellement générés par cette production ont été inclus dans l'estimation des flux de trésorerie et les dépenses en immobilisations s'élèveront au maximum à 61,9 millions CAD. Il est important de noter que cette somme maximale pour les dépenses passe à 57,7 millions CAD, en raison du crédit applicable à la pré-production aux fins de l'impôt sur le revenu des mines. Au total, environ 17 800 onces (23,3 millions CAD en revenus) devraient être produites durant les neufs derniers mois de la période de pré-production.

Les coûts en capital de pré-production incluent l'infrastructure de surface (préparation du site, routes, lignes électriques et distribution d'eau), la remise en état des bâtiments de bureaux existants sur le site de Sigma, l'infrastructure de surface de la Rampe Sud, y compris un entrepôt sec et un garage, l'équipement mobile, les charges d'exploitation de développement et capitalisés et les charges de propriété (coûts de clôture en conformité avec les garanties financières nécessaires, personnel de la Société et coûts indirects), sont résumés dans les tableaux suivants. Les coûts en capital de pré-production sont minimes étant donné qu'il n'y a pas nécessité de construire une usine de traitement et un nouveau parc à résidus miniers et que la minéralisation se trouve près de la surface. Par ailleurs, dans le cas de la zone Parallèle, la minéralisation est facilement accessible par l'intermédiaire des chantiers souterrains existants de la mine Sigma; il n'est donc pas nécessaire de construire de nouvelles infrastructures. Pour l'évaluation économique, il a été supposé qu'un acompte de 25 % sera accordé sur l'équipement mobile et soldé sur cinq ans à un taux d'intérêt de 6 %. La valeur résiduelle a été limitée entre 25 % et 35 % selon les années d'utilisation.

La pré-production devrait s'étendre sur une période de 18 mois, et la majorité des dépenses en immobilisations devrait servir au développement de la rampe, à la remise en état de l'usine, à l'agrandissement du parc à résidus miniers, à l'exploitation des zones minéralisées, ainsi qu'à l'exploitation minière selon les taux d'exploitation et de traitement en usine proposés.

Estimation des coûts en capital de pré-production

Coûts en capital de pré-production CAD (millions) USD
(millions)
Infrastructure de surface (réserve de 20 % inclue) 6,7 5,9
Infrastructure minière (réserve de 20 % inclue) 7,6 6,7
Équipement mobile (réserve de 10% inclue) 11,7 10,3
Coûts d'exploitation de développement et capitalisés (réserve de 20 % inclue) 38,9 34,1
Remise en état de l'usine (réserve de 30 % inclue) et traitement des résidus 7,5 6,6
Charges de propriété (personnel administratif et technique d'Integra, personnel d'entretien, dépenses connexes) 12,7 11,1
Compensation des revenus capitalisés (17 800 onces en pré-production) (23,3) (20,4)
Total 61,9 54,3

Les coûts en capital de maintien liés à la durée de la mine sont évalués à 89,0 millions CAD, dont la plus grande partie servira au développement des rampes principales qui permettront un accès à long terme aux zones minéralisées et aux galeries de ventilation. Les coûts associés à l'équipement mobile comprennent l'ajout de nouveaux équipements et le paiement de l'équipement existant. Les coûts associés aux infrastructures minières comprennent l'équipement de ventilation, les pompes, les compresseurs, l'installation électrique souterraine et les appareils. Les charges de propriété sont négatives puisqu'elles prennent en considération la valeur résiduelle de divers équipements et installations estimée à 10,1 millions CAD.

Estimation des coûts en capital de maintien

Coûts en capital de maintien CAD (million) USD (millions)
Infrastructure de surface (réserve de 20 % inclue) 2,0 1,7
Infrastructure minière (réserve de 20 % inclue) 5,0 4,4
Équipement mobile (réserve de 10% inclue) 19,1 16,8
Développement (réserve de 20 % inclue) 63,2 55,5
Remise en état de l'usine (réserve de 30 % inclue) et traitement des résidus 4,6 4,0
Valeur résiduelle (équipement, bâtiments modulaires) (10,1) (8,9)
Charges de clôture (moins la garantie financière existante pour Sigma) 5,2 4,6
Total 89,0 78,1

Charges d'exploitation

Les charges d'exploitation ont diminué de 17 % comparativement à l'EEP initiale. Les coûts d'exploitation minière ont chuté de 8 % en raison l'abrègement du calendrier d'exploitation de la zone Nord ainsi que des rajustements apportés aux coûts d'exploitation minière. Les coûts de traitement en usine et de transport ont également diminué de 41 % en raison de coûts de transport moins élevés que prévu en raison d'une moins grande distance à parcourir jusqu'à l'usine et des coûts de traitement en usine nettement inférieurs à la suite de l'acquisition de l'usine. La baisse de 7 % des frais généraux et administratifs est attribuable à de plus faibles coûts énergétiques (utilisation du gaz naturel plutôt que du propane pour le chauffage), ainsi que des coûts de traitement des eaux (utilisation du bassin de Sigma pour le traitement de l'eau), et de l'abrègement de la durée de vie du projet.

Résumé des décaissements par once et par tonne

Résumé des décaissements CAD/once CAD/tonne *USD/once *USD/tonne
Exploitation minière 311 77 273 68
Transport du minerai et traitement en usine 110 27 97 24
Frais généraux et administratifs 113 28 99 25
Raffinage 3 1 3 1
Décaissements 537 133 471 117
Redevances 13 3 12 3
Total des décaissements 551 137 483 120
Frais de maintien** 180 45 158 39
Décaissements + frais de maintien 731 181 641 159
Total des coûts*** 811 201 711 176

* Selon un taux de change CAD/USD de 1,14.
**Frais de maintien : capital de maintien, valeur résiduelle et restauration.
***Total des coûts : coût direct associé à l'exploitation minière, raffinage, redevances, capital de pré-production et de maintien, restauration et valeur résiduelle.

Les charges d'exploitation totales " par tonne " publiées dans les documents d'information d'autres programmes d'exploitation minière souterraine également mis en œuvre dans la ceinture de l'Abitibi ou ailleurs et les charges d'exploitation du projet aurifère Lamaque présentent de nombreuses similitudes.

Traitement et résidus miniers

Le tonnage moyen lié à la durée de vie de la mine devrait être d'environ 1 300 tonnes/jour sur une période de 340 jours de fonctionnement/an. Cette évaluation comprend l'extraction des ressources des zones Nord et Sud, ce qui minimise ainsi toute pression indue portée en un point quelconque de la production et réduit les goulets d'étranglement potentiels en cours d'exploitation.

L'EEP suppose que le traitement de la production de la mine Lamaque sera entièrement effectué à l'usine Sigma, située à environ 1 km de la zone Parallèle et à 2,5 km de la zone Triangle. L'usine Sigma appartient exclusivement à la Société et tournait à plein régime il y a aussi peu longtemps qu'en 2012. Une somme d'environ 12,1 millions CAD sera nécessaire pendant la durée de la mine pour la remise en état de l'usine et l'augmentation de la capacité du parc à résidus miniers existants. De cette somme, 7,5 millions CAD seront utilisés durant la période de pré-production et sont inclus dans les dépenses en immobilisations de pré-production. Au cours des premières phases de la production, des dépenses en immobilisations de 1,9 million CAD (y compris le capital de maintien) seront nécessaires pour procéder à la remise en état de l'usine en vue d'un débit de production proposé de 1 300 tonnes/jour, ce qui est inférieur à sa capacité réelle du circuit de broyage de 2 200 tonnes/jour. Si la Société décidait d'accélérer le débit de sa production à l'avenir, l'usine pourrait de nouveau produire 2 200 tonnes par jour sous réserve d'une remise en état du deuxième broyeur à boulets et de l'ajout d'une cuve de lixiviation.

Durant la période de production, le coût associé au traitement aux fins de l'EEP a été établi à 24,94 CAD par tonne, à la lumière des résultats d'une analyse indépendante effectuée par WSP. D'après des données indépendantes, le coût associé au transport des matières a été évalué à 2,45 CAD par tonne, pour un coût total aux fins du traitement et du transport de 27,39 CAD par tonne. Cette analyse a donné lieu à une réduction considérable des charges d'exploitation par tonne comparativement à celles indiquées dans l'EEP initiale, laquelle prévoyait un traitement en usine par sous-traitance à forfait et des coûts associés au traitement et au transport s'élevant à 45,69 CAD/tonne.

La Société estime que le fait de contrôler le traitement en usine au sein de ses propres installations représente un atout considérable. Le fait de ne pas recourir au traitement en usine par sous-traitance à forfait, la Société garantit sa capacité à contrôler son propre débit de production à long terme, mais également accroît son potentiel de croissance à l'avenir, du fait que la capacité de son usine pourra être accrue relativement facilement, ce qui ultimement pourrait lui permettre d'exploiter bon nombre de sites intéressants dans la région.

La zone de retenue des résidus à Sigma consiste en quatre cellules distinctes. Un bassin de recirculation et un bassin de polissage sont situés à l'est de ces quatre cellules. Actuellement, deux de ces cellules ont atteint leur capacité maximale. Les deux autres cellules pourraient encore accueillir les résidus accumulés sur une période d'environ 1,25 an sans nécessiter de travaux d'élévation ou d'expansion de la zone de retenue des résidus, selon plusieurs scénarios d'accumulation élaborés par Amec. On estime que la durée de vie de la zone de retenue des résidus pourrait être prolongée de 3,3 ans en élevant ces deux cellules au moyen de résidus, comme il a déjà été fait par la passé. L'éventuelle expansion de l'une de ces deux cellules est autorisée aux termes des permis existants. Une étude géotechnique, la conception, la préparation des plans, la construction selon des protocoles AQ/CQ et les coûts de construction requis pour soutenir la production prévue sont inclus dans les dépenses en immobilisations indiqués dans l'EEP.

La capacité de la zone de retenue pourrait dépasser la durée de vie actuelle de la mine, établie à 4,5 ans, en élevant encore davantage les murets. L'étude géotechnique servira à valider ce scénario. Un nouveau parc à résidus pourrait également être construit dans un secteur non exploité au nord de la zone de retenue des résidus existante en vue d'une utilisation à long terme. La possibilité d'utiliser des résidus pour remblayer les chambres sera également étudiée dans le but d'éventuellement servir à accroître la capacité d'accumulation du parc.

Jusqu'à maintenant, le parc à résidus miniers est resté opérationnel sous la supervision permanente d'un technicien en environnement, et ce, avant et durant le changement de propriétaires de l'usine. Le parc de résidus miniers est réputé être en règle avec le ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles (" MERN ") et les résidus existants ne produisent aucun acide.

Métallurgie

Les essais métallurgiques achevés en 2014 lors de la phase 3, lesquels faisaient l'objet de l'EEP initiale, utilisaient des échantillons de ressources minérales extraits de quatre zones minéralisées et plusieurs schémas de traitement conformes à ceux des usines de secteurs avoisinants (voir le communiqué de la Société daté du 25 février 2014). WSP a évalué l'état de l'usine Sigma, ainsi que le coût de la remise en état complète de l'usine et l'éventuel taux de récupération obtenu, à l'aide des données tirées des essais métallurgiques effectués lors des phases 1 et 3 à partir du schéma de traitement de l'usine Sigma. Le taux de récupération de l'or établi par WSP représentait une augmentation d'environ 1 %, en moyenne, pour l'ensemble des zones minéralisées, comparativement à l'EEP initiale, en raison de la plus longue période de lixiviation disponible à l'usine Sigma.

Taux de récupération de l'or optimisé : EEP mise à jour p/r EEP initiale (mars 2014)

Zone minéralisée Taux de récupération de l'or
EEP mise à jour
Taux de récupération de l'or
EEP initiale (mars 2014)
Zone Parallèle 97,4 % 96,7 %
Zone Triangle 92,5 % 90,2 %
Zone Fortune 96,1 % 95,0 %
Cheminée no 4 87,1 % 86,1 %

Ressources minérales

L'EEP suppose que l'exploitation souterraine sera utilisée pour l'ensemble de l'extraction des ressources. La présente EEP se fonde sur l'estimation des ressources minérales initialement divulguée le 25 septembre 2013 (date butoir de la base de données fixée au 24 avril 2013), laquelle estimation tenait compte des ressources minérales présumées. La Société a foré plus de 70 000 m depuis la date butoir de la base de données fixée pour l'estimation des ressources actuelles et travaille à une nouvelle estimation des ressources, qui devrait se terminer au cours du premier trimestre de 2015. L'estimation révisée des ressources minérales, combinée aux nombreuses autres analyses en cours, feront l'objet d'une étude de préfaisabilité (" étude de préfaisabilité ") portant sur le Projet Lamaque.

La divulgation initiale de la ressource supposait une teneur de coupure de 3 g/t Au diluée à une véritable épaisseur minimale de 2 m, pour laquelle les chiffres des ressources ont également été basés sur une teneur de coupure de 5 g/t Au. Aux fins de l'EEP, et représentant à la fois les méthodes d'extraction proposées ainsi que l'utilisation d'un prix de 1 175 USD par once Au, la Société a utilisé des teneurs de coupure variables de 4,0 g/t Au et de 5,0 g/t Au pour la conception des chantiers, en fonction de chaque bloc de ressource spécifique.

Ressources minérales à une teneur de coupure de 5 g/t Au

  Ressources minérales indiquées Ressources minérales présumées
Zone Tonnes Teneur
(g/t d'or)
Onces d'or contenues Tonnes Teneur
(g/t d'or)
Onces d'or contenues
Fortune 60 700 8,0 15 610 111 300 7,7 27 470
Triangle 412 200 12,6 167 200 258 000 15,4 128 000
Cheminée no 4 522 900 8,3 140 280 - - -
Parallèle 529 300 10,4 176 120 119 200 21,2 81 070
Total 1 525 100 10,2 499 210 488 500 15,1 236 540

Les ressources minérales ne sont pas des réserves minérales et n'ont pas de viabilité économique démontrée. Tous les chiffres sont arrondis pour refléter la précision relative de l'estimation. Toutes les analyses ont été plafonnées, le cas échéant.

Pour les zones Fortune et Triangle, la totalité des ressources présumées a été prise en compte dans le scénario d'exploitation minière. En raison de la haute teneur en or des ressources présumées de la zone Parallèle qui sont basées sur un forage minimal, seulement 40 900 tonnes à une teneur de 9,13 g/t Au de ressources présumées ont été prises en compte. L'étude de l'EEP n'intégrait pas les ressources identifiées dans le pilier de surface.

La Société a mis à jour son estimation des ressources minérales du Projet Lamaque le 28 janvier 2014, avec l'ajout de la Veine no 6 et la zone Seize. Ces zones n'ont pas été inclues dans l'EEP et ne sont donc pas discutées aux présentes.

Potentiel de ressources minérales supplémentaires

Au 31 décembre 2014, la Société avait foré 70 371 m supplémentaires au Projet Lamaque qui n'avaient pas encore été inclus dans le calcul de l'estimation des ressources minérales ou dans l'EEP. Les forages non inclus dans le calcul des ressources minérales ou dans l'EEP sont les suivants :

  • Parallèle : 13 351 m dans 48 sondages
  • Triangle (y compris Triangle Sud) : 32 006 m dans 78 sondages
  • Fortune : 6 025 m dans 26 sondages
  • Mine no 3 : 4 785 m dans 12 sondages
  • Cheminée no 5 : 9 575 m dans 30 sondages
  • Nouvelles cibles d'exploration : 4 629 m dans 18 sondages

Les forages non inclus dans l'estimation des ressources des zones Parallèle et Triangle existantes étaient composés de travaux de forage intercalaire et d'extension. Les résultats de forage publiés précédemment à l'égard de la zone Parallèle ont confirmé la continuité des zones minéralisées, qui devraient, comme l'espère la Société, permettre la conversion d'onces supplémentaires de la catégorie présumées vers la catégorie indiquée.

Les forages intercalaires et d'extension dans la zone Triangle, qui ont commencé en janvier 2014, ont non seulement confirmé la continuité des zones minéralisées, mais ont également recoupé une d'importante minéralisations bien au-delà des limites des ressources existantes, à l'est, à l'ouest et en profondeur du gisement connu.

Les forages intercalaires dans la zone Fortune ont également confirmé la continuité de la minéralisation; des travaux de forage plus rapprochés devraient permettre la conversion d'onces supplémentaires de la catégorie présumées vers la catégorie indiquée.

Des minéralisations aurifère a été recoupée à la mine no 3 et à la Cheminée no 5; l'estimation des ressources de ces deux zones sera complétéest après des forages supplémentaires et des travaux de modélisation géologiques y afférents.

Une estimation révisée des ressources minérales pour les zones incluses dan l'EEP devrait se terminer au premier trimestre de 2015 et se pencher sur l'accroissement des ressources minérales en vue de prolonger la durée des travaux dans la mine Lamaque.

Ressources à Sigma-Lamaque

En acquérant le complexe de l'usine et de la mine Sigma-Lamaque auprès du séquestre désigné pour l'actif de Century Mining Corporation, la Société a également fait l'acquisition de la totalité des ressources minérales de la propriété, lesquelles ressources ne sont pas incluses dans le scénario d'exploitation minière visé par la présente EEP. À la suite de l'acquisition réalisée en octobre 2014, la Société a retenu les services de Micon International Ltd (" Micon ") afin qu'elle effectue une évaluation des ressources minérales de manière à ce que ces dernières soient admissibles aux termes des normes et des lignes directrices de la Norme canadienne NI 43-101. La dernière vérification des ressources minérales du projet avait été effectuée en juin 2011 par Micon (le rapport daté d'août 2011 est disponible sur SEDAR sous le profil de Century Mining) et une autre vérification a été réalisée en 2014. L'estimation des ressources vérifiée visait les zones suivantes sur le site Sigma-Lamaque : Mine no 2, North Wall Shears, North Wall Dykes, Polygon Sigma, Lamaque Main Mine et Cross-over Zone. Micon n'a pas recalculé la teneur de coupure utilisée aux fins de l'estimation depuis ce temps. Néanmoins, Micon estime que l'estimation de 2011 reste valide et témoigne des ressources présentes sur le site Sigma-Lamaque. La majorité des matières minéralisées (environ 250 500 tonnes) extraites par Century Mining Corporation à la suite de l'estimation des ressources minérales effectuée en 2011 provenaient de secteurs non inclus dans cette estimation. Seulement 27 300 tonnes ont été extraites des blocs de ressources situés dans les zones North Wall Shear (Sigma) et North Wall Dyke (Sigma). De plus amples détails au sujet de l'estimation des ressources, y compris les principales hypothèses, les paramètres et les risques, seront donnés dans le rapport technique annoncé dans la présente EEP, qui sera publié sur SEDAR dans les 45 jours.

Estimation des ressources minérales au complexe Sigma-Lamaque (en date du 20 juin 2011)(2)

Classement des ressources Tonnes Teneur de l'or
(g/t)
Onces d'or
(Au)
Mesurées 1 151 000 5,46 202 000
Indiquées 2 523 000 4,73 384 000
Mesurées et indiquées 3 674 000 4,96 586 000
Présumées 9 159 000 6,29 1 853 000

Remarque : L'estimation des ressources minérales présentée ci-haut a été vérifiée par Micon, une société indépendante. La teneur de coupure est de 1 g/ t Au pour la quasi-totalité des ressources mentionnées. Le rapport technique renfermant des renseignements supplémentaires sur ces ressources sera publié sur SEDAR dans les 45 jours.

(2) Les ressources minérales ne sont pas des réserves minérales et n'ont aucune viabilité économique démontrée. Rien ne garantit que la totalité ou une partie des ressources minérales estimées deviennent des réserves minérales. Le tonnage des ressources minérales et la quantité de métal contenu ont été arrondis pour refléter la précision relative de l'estimation et il est possible que les totaux ne correspondent pas à la somme des éléments. L'estimation des ressources minérales présentée précédemment a été vérifiée par Tania Ilieva, géoscientifique professionnelle chez Micon, qui agit indépendamment de la Société. Pour les 19 000 onces de ressources indiquées et les 6 000 onces de ressources présumées de la Mine no 2 à Lamaque, la teneur de coupure était de 2,1 g/t; pour les autres ressources, la teneur de coupure était de 1 g/t d'or.

Infrastructures

Le Projet Lamaque est conçu comme une mine souterraine mécanisée qui utilise des méthodes d'exploitation de type chambres et piliers classique et de type long trous. Un pôle d'administration et d'entretien de la mine devrait être situé sur l'autoroute 117 (autoroute transcanadienne) où se trouve la mine Sigma existante. Ce pôle de services serait desservi par une ligne électrique de 25 kV, par une arrivée de gaz naturel et par des services municipaux. Deux centres de production devraient être conçus, chacun disposant d'une rampe d'accès aux ressources.

La zone Nord sera située le long d'une galerie souterraine existante de la mine Sigma, à environ 200 m au sud-est du portail (le " Portail Nord ") à l'intérieur de l'exploitation à ciel ouvert de Sigma. Ce portail est desservi par tous les services, dont l'électricité et l'eau, et est pourvu d'un compresseur. Une nouvelle galerie de 700 m permettra d'accéder à la zone Parallèle et, éventuellement, à la zone Fortune. Si la Société découvre des ressources à la Cheminée no 5 et à la Mine no 3, ces zones devraient également être accessibles par le Portail Nord. Une nouvelle galerie de ventilation sera aménagée dans la zone Parallèle, laquelle pourra également servir de sortie de secours. Bien que l'EEP suppose que le développement et l'exploitation minière seront contrôlés par la Société elle-même, la Société a établi un budget distinct pour le programme d'exploration souterraine dans la zone Parallèle, lequel comprend des travaux de forage souterrain et d'échantillonnage massif, qui pourraient éventuellement nécessiter les services d'un entrepreneur minier.

La Rampe Sud sera située à environ 3 km du site de la mine Sigma et atteindra une profondeur verticale de 620 m. Elle permettra d'accéder à la zone Triangle et à la Cheminée no 4. Le site de la Rampe Sud sera relié à une route de gravelle existante à 300 m au sud et une route interne sera aménagée à partir de la mine Sigma pour le transport des matières, ce qui formera deux points d'accès au site. L'infrastructure sera érigée directement sur le site du Portail Sud à l'intention des travailleurs et des superviseurs.

Exploitation minière

Les méthodes d'extraction utilisées dans l'EEP ont été retenues en raison de la géométrie de la veine et des pratiques communes pour des opérations minières comparables dans la région qui revendique une longue histoire d'exploitation minière souterraine.

Pour les zones minéralisées plongeant à moins de 45 degrés, une méthode d'extraction par chambres et piliers a été proposée. Le développement mécanisé des sous-niveaux dans les zones minéralisées sera réalisé par intervalles de 60 m le long de la veine, avec des chambres de 6 m de largeur, et le plan de mine prévoit un rendement de 18 tonnes/équipe de quart. Les chantiers typiques présenteront une hauteur de 2 m et une dilution externe de 5 % (à 0,0 g/t Au) a été inclue avec une récupération minière de 85 %.

Pour les zones minéralisées plongeant à plus de 45 degrés, une méthode d'extraction par forages long trous sera utilisée avec un développement mécanisé des sous-niveaux réalisé par intervalles de 18 m le long de la veine. Les chantiers typiques auront une épaisseur minimale de 3 m et une longueur de 20 m. Une dilution moyenne de 20 % (à 0,0 g/t Au) a été appliquée lorsque l'épaisseur du chantier est supérieure à 3 m et de 35 % pour les chantiers inférieurs à 3 m. Le déblayage se fera longitudinalement en utilisant des pelles mécaniques télécommandées et la récupération minière est évaluée à 85 %. De l'enrochement sera utilisé sur les chantiers de forage long pour la Rampe Nord.

Les matières minéralisées et les déchets seront transportés à la surface à l'aide de camions de 30 tonnes pour la Rampe Nord et de camions de 45 tonnes pour la Rampe Sud. Le coût de manutention est estimé entre 7,91 CAD et 11,91 CAD/tonne. Au cours de la vie de la mine, le développement générerait environ 14 % du tonnage de la minéralisation, l'extraction par chambres et piliers, 37 %, et l'extraction par forages long trous, 49 %.

Le tableau suivant résume le développement et les tonnes extraites pour le Projet Lamaque :

Exploitation minière Zone Nord
(tonnes)
Zone Sud
(tonnes)
Total
(%)
Développement 158 100 126 400 14
Chambres et piliers 292 000 468 200 37
Forage profond 518 100 497 500 49
Total 968 200 1 092 100 100

Lieu et infrastructures régionales

Situé à 3 km de la ville de Val-d'Or, au Québec, qui constitue une communauté minière de plus de 35 000 personnes, le Projet Lamaque bénéficie d'une infrastructure de classe mondiale. Le haut niveau d'expertise minière souterraine largement disponible dans la région représente une ressource aussi précieuse que l'infrastructure physique présente dans la région de Val-d'Or. La Société estime que ce site avantageux peut influencer de manière considérable et positive la viabilité à long terme du Projet Lamaque et son attractivité en termes d'emploi, dans la mesure où les employés et les entrepreneurs peuvent travailler au sein de la communauté où ils vivent, ce qui est rare dans l'industrie minière. En date du 31 décembre 2014, la Société avait reçu plus de 250 curriculum vitae de personnes intéressées à occuper divers postes, notamment liés au développement, à l'exploitation minière, aux services, à la géologie, à l'ingénierie et à d'autres rôles de soutien.

Le Projet Lamaque est situé tout près de l'autoroute Trans-Canada et tous les services sont déjà disponibles sur le site. Le plan tel qu'exposé dans l'EEP aura une incidence minime sur cette communauté, car il n'existe aucune maison, entreprise ou autre infrastructure sur le site même du projet d'exploitation minière.

Relations communautaires

Depuis septembre 2013, la Société a établi un processus de communication proactive avec ses intervenants. Avec l'aide des sociétés d'experts-conseils, comme Amec, Transfert Environnement et TMR Communication, la Société a mené deux campagnes d'information et de consultation publique auprès d'environ 40 intervenants et a ainsi rejoint plus de 400 personnes.

En juin 2014, un comité consultatif a été mis sur pied pour étudier les diverses incidences du projet sur la collectivité et un modérateur indépendant préside chacune des réunions du comité. Des visites du site du Projet Lamaque, du site Sigma et d'autres zones de travaux similaires au Québec ont été organisées afin de donner des renseignements exacts et pertinents relativement au projet et à l'industrie minière aux 20 membres du comité. Pour chaque incidence éventuelle décelée, un spécialiste embauché par la Société a fourni des renseignements de base sur la nature de l'incidence, la règlementation applicable, les répercussions du projet, ainsi que les mesures d'atténuation éventuelles. Le personnel de la Société tient systématiquement le comité au courant de la progression du projet et témoigne de l'engagement pris par Integra de restreindre l'incidence globale du Projet Lamaque. Sept réunions ont été tenues jusqu'à maintenant, et les incidences du Projet Lamaque sont actuellement considérées acceptables par les membres du comité. Il est important de noter que le processus de consultation a par ailleurs été bien accueilli par la collectivité et la Société continue de veiller à ce que tous les renseignements au sujet du Projet Lamaque soient rapidement divulgués, tant dans le cadre des réunions du comité que par le truchement du site Web de la Société.

Environnement et obtention de permis

Aucune étude de l'impact environnemental (BAPE) n'est exigée par le gouvernement provincial, car le scénario d'exploitation minière proposé n'atteint pas le plafond fixé par ce gouvernement en ce qui a trait à la production quotidienne (2 000 tonnes). Comme la Société a fait l'acquisition du complexe de l'usine et de la mine Sigma-Lamaque déjà en place, le gouvernement fédéral et l'Agence canadienne d'évaluation environnementale traite le projet comme un prolongement du projet Sigma existant, plutôt que comme un nouveau projet. Par conséquent, la Société soumettra une modification de l'étude de l'impact environnemental préparée antérieurement pour la mine Sigma et est dispensée de l'obligation de fournir une nouvelle étude (voir communiqué daté du 13 novembre 2014 pour de plus amples renseignements).

Le développement de la zone Nord (Parallèle et Fortune) nécessitera l'obtention de permis provinciaux, notamment des certificats d'autorisation (" CA "). L'obtention de ces autorisations requiert la soumission de nouvelles demandes ou la modification des CA existants. De nouveaux CA seront exigés pour certains volets du projet, notamment pour le développement de la Rampe Sud. Comme le scénario de développement prévu commence par la zone Nord, la Société estime qu'elle sera en mesure d'obtenir tous les permis nécessaires pour lancer les travaux dans la zone Sud sans retarder la progression des travaux conformément à l'échéancier. Actuellement, les documents requis dans le cadre du processus d'obtention des permis pour le programme d'exploration souterraine de la Rampe Sud ont tous été soumis aux autorités provinciales. L'analyse de ces documents prend 90 jours et d'autres documents pourraient être exigés par ces autorités afin de finaliser l'analyse et ainsi obtenir un certificat d'autorisation. De manière à soutenir la production sur ce site, un nouveau processus d'autorisation s'appliquera et un bail minier devra être fourni. Des travaux seront effectués en 2015 afin de fournir les renseignements techniques exigés aux fins de l'obtention des autorisations requises.

Le transfert, par les anciens propriétaires, des CA existants relatifs aux anciennes activités de la mine Sigma est presque terminé. Certaines modifications devront être apportées à ces CA pour soutenir la production dans la zone Nord. Les documents relatifs à ces transferts sont en cours de préparation et seront soumis aux autorités provinciales aux cours des prochaines semaines. Les coûts de restauration liés à la durée de la mine pour le site Sigma, y compris l'usine et le parc à résidus miniers, ont été évalués à 7,7 millions CAD. Le coût de restauration de la Rampe Sud a été évalué à 1,1 million CAD. Il est important de noter que la garantie financière établie dans le cadre du projet se chiffre actuellement à 2,5 millions CAD.

Économie et sensibilité du projet

Les principaux indicateurs de performance économique (avant impôt) sont résumés dans le tableau suivant. Plusieurs prix de l'or (USD) sont présentés aux fins de l'analyse de la sensibilité uniquement.

Sensibilité du prix de l'or

Prix de l'or (USD/once) 1 000 1 100 1 175
(Scénario de référence)
1 200 1 300 1 400
Taux de change (CAD/USD) 1,14 1,14 1,14 1,14 1,14 1,14
Prix de l'or (CAD/once) 1 140 1 254 1 340 1 368 1 482 1 596
VAN de 5 % avant impôt (millions CAD) 101,4 148,8 184,3 196,2 243,6 291,0
TRI avant impôt 46 % 63 % 77 % 81 % 98 % 115 %
Période de récupération avant impôt (années) 2,1 1,6 1,3 1,25 1 0,8

Analyse de sensibilité des taux de change, coûts en capital et charges d'exploitation (avant impôt)

  Variable Flux de trésorerie net (millions CAD) VAN
(5 %)
TRI
Taux de change (CAD/USD) 1,05 185,1 140,4 60 %
1,10 214,9 164,8 69 %
1,14 238,7 184,3 77 %
1,20 274,4 213,6 87 %
1,25 304,1 238,1 87 %
Coûts en capital 30 % 190,2 141,6 50 %
20 % 206,3 155,8 57 %
10 % 222,5 170,1 66 %
0 % 238,7 184,3 77 %
(10 %) 254,8 198,6 89 %
(20 %) 271,0 212,8 104 %
(30 %) 287,1 227,0 123 %
Charges d'exploitation 30 % 151,3 111,9 47 %
20 % 180,4 136,1 57 %
10 % 209,5 160,2 66 %
0 % 238,7 184,3 77 %
(10 %) 267,8 208,5 87 %
(20 %) 296,9 232,6 98 %
(30 %) 326,1 256,7 110 %

Taux d'actualisation par rapport à l'analyse de sensibilité VAN avant impôt du scénario de référence (avant impôt)

Taux d'actualisation Valeur VAN
(millions CAD)
0 % 238,7
5 % 184,3
7 % 166,6
10 % 143,4

Possibilités et risques

Possibilités

La Société a l'intention d'effectuer une étude de préfaisabilité en 2015, laquelle s'appuierait sur les résultats de l'EEP et aboutirait à des résultats optimaux, notamment en explorant les diverses possibilités énoncées ci-après qui visent à améliorer les données économiques du Projet Lamaque.

  • Expansion des ressources :
    • La production décrite dans l'EEP est limitée à une profondeur verticale de 620 m dans la zone Triangle. Des forages supplémentaires effectués durant l'automne 2013 ont recoupé de multiples zones à haute teneur en-dessous de ce niveau, à une profondeur verticale allant jusqu'à 1 000 m. La zone Triangle reste ouverte au sud, à l'est et à l'ouest.
    • L'EEP se fonde sur la date butoir de la base de données fixée pour l'estimation des ressources minérales du 24 avril 2013, et n'inclue pas les résultats des forages effectués après cette date, tant intercalaires que d'extension, de l'ordre d'environ 70 000 m terminés à la fin de décembre 2014. Outre ces forages, trois foreuses sont actives actuellement sur le site et Integra prévoit d'autres travaux de forage d'un total de 20 000 m en 2015.
    • La production n'inclue pas les matières extraites du site Sigma acquis récemment. D'autres travaux sont nécessaires pour identifier les ressources et éventuellement préparer un scénario financier en vue de l'exploitation. La totalité des onces supplémentaires analysées à la suite de ces travaux seront ajoutés au profil de production actuel, comme la capacité de traitement ne représente pas un obstacle à la production.
    • L'EEP n'inclue pas par ailleurs les ressources minérales de la Veine no 6, de la zone Seize, de la Mine no 3 et de la Cheminée no 5.
  • Métallurgie :
    • De nouveaux essais métallurgiques laissent supposer une amélioration de la récupération d'or.
  • Réduction des dépenses en immobilisations pré-production :
    • La possibilité de procéder à de l'exploitation minière à contrat est étudiée de façon à réduire le capital de financement initial.
    • Différents scénarios pour l'achat de l'équipement mobile sont étudiés de façon à réduire les coûts en capital.
  • Optimisation du scénario d'exploitation minière :
    • L'optimisation du scénario d'exploration souterraine sera entreprise en vue de réduire les besoins en capitaux ainsi que de contrôler et diminuer la dilution, puis aussi de maximiser le taux de récupération de ressources minérales, notamment en évaluant différentes méthodes susceptibles de diminuer l'exploitation minière par chambres et piliers.

Risques

Les risques nécessitant des stratégies d'atténuation comprennent :

  • Gestion de la construction/ingénierie et des échéanciers d'approvisionnement, des coûts et de la maîtrise des coûts.
  • Risques d'exploitation liés au recrutement et à la formation de la main-d'œuvre souterraine, en particulier les mineurs " chambres et piliers ".
  • Risques liés aux autorisations gouvernementales.
  • Évaluation de l'épaisseur et de la stabilité des piliers de surface grâce à la caractérisation géomécanique et l'analyse de la stabilité.

Recommandations et prochaines étapes

Les recommandations suivantes ont été formulées pour les prochaines étapes du Projet Lamaque. La Société vise à atteindre ces objectifs en 2015.

  1. Inclure tous les résultats des derniers forages dans l'estimation des ressources pour l'ensemble du projet

Mettre à jour notre estimation des ressources minérales pour l'ensemble des gisements visés par l'EEP et terminer une première estimation des ressources minérales pour les nouvelles zones identifiées, y compris la Cheminée no 5 et la Mine no 3. Après cela, nous évaluerons l'incidence des estimations révisées de ressources sur le volet économique du projet.

Le tableau suivant indique la date butoir des bases de données associées aux différentes zones du Projet Lamaque pour lesquelles une estimation des ressources minérales a déjà été produite.

Zone Date butoir de la base de données
Zone Parallèle 24 mai 2012
Zone Fortune 8 novembre 2012
Cheminée no 4 19 mars 2013
Zone Triangle 23 avril 2013

La période qui suit les dates butoirs indiquées représente 20 mois de cueillette de données de forage non comprises dans l'EEP mise à jour. Depuis la dernière date butoir de la base de données (le 24 avril 2013 pour la zone Triangle), des travaux de forage de l'ordre de 70 371 m dans 212 sondages ont été effectués au total dans le cadre du projet.

  1. Réaliser une étude de préfaisabilité

Une étude de préfaisabilité devrait être réalisée dans le cadre du projet une fois que l'estimation des ressources minérales aura été mise à jour (prévue au premier trimestre de 2015). Cette étude devra par ailleurs inclure :

  • l'étude de l'hydrogéologie;
  • la caractérisation de la masse rocheuse et conception des chantiers;
  • l'analyse de la stabilité des piliers de surface;
  • l'analyse des compromis :
    • d'autres solutions de traitement des matières minéralisées et des déchets;
    • un accès profond au corps minéralisé dans la zone Triangle et la Cheminée no 4;
  • l'ingénierie de l'installation en surface;
  • l'ingénierie de l'électricité et des installations mécaniques;
  • l'ingénierie des installations de gestion de l'eau;
  • les essais métallurgiques :
    • 4è phase des essais métallurgiques visant à améliorer le taux de récupération de l'or, surtout en ce qui a trait aux gisements de la zone Triangle et de la Cheminée no 4, et visant à valider les données à l'égard de l'ensemble des zones
  • Inspection rigoureuse de l'équipement de l'usine Sigma
  1. Continuer les forages d'exploration et de définition dans le cadre du projet Lamaque

Le programme 2015 comprendra des forages de l'ordre d'au moins 40 000 m dans le but d'améliorer les résultats relatifs aux ressources disponibles, en faisant notamment ce qui suit :

  • continuer d'élargir les zones minéralisées dans la zone Triangle, laquelle est ouverte latéralement et en profondeur;
  • mettre en œuvre un programme de forage de définition pour la Cheminée no 5 et la Mine no 3, à l'égard desquelles aucune estimation des ressources minérales n'a encore été produite;
  • effectuer des forages d'exploration parmi les autres cibles géophysiques et géologiques de la propriété.
  1. Commencer les travaux d'exploration sur le complexe Sigma-Lamaque

La Société a commencé à examiner les ressources minérales et les cibles du site Sigma vers la fin de 2014 dans le but de repérer les secteurs où des ressources pourraient rapidement être analysées près de l'infrastructure existante ou proposée. Cet examen devrait se terminer vers le milieu de 2015 et un scénario de forage devrait suivre.

  1. Terminer la campagne de consultation et le processus d'obtention des permis

Des travaux supplémentaires sont requis pour assurer l'obtention de tous les permis nécessaires au développement et à la production future. Outre ces travaux, d'autres séances de consultation doivent être tenues avec les différents intervenants du projet.

Démarches d'obtention des permis :

  • achever le transfert des CA par l'ancien exploitant de la mine Sigma (processus terminé à 60 %);
  • soumettre les documents relatifs aux CA pour les nouvelles activités (processus terminé à 60 %);
  • aucune étude de l'impact environnemental n'est exigée de la part des autorités provinciales et fédérales;
  • fournir un bail minier pour la zone Triangle et soumettre les documents nécessaires à une éventuelle étude de faisabilité;
  • établir un plan de restauration pour la Rampe Sud et le site Sigma, ainsi que les futures garanties financières y afférentes :

Campagne d'information et de consultation :

  • terminer la campagne de consultation auprès des intervenants (processus terminé à 85 %);
  • former un comité de suivi auprès des intervenants;
  • continuer de tenir régulièrement des réunions d'information avec les intervenants et la population locale.
  1. Commencer un programme d'exploration souterraine visant à produire l'échantillon global de la zone Parallèle

Le programme d'exploration souterraine pourrait démarrer en utilisant l'infrastructure existante du site Sigma. Douze mois pourraient suffire à produire un échantillon global du corps du gisement et à procurer des données de base suffisantes à la réalisation des forages de définition.

D'après les estimations de coûts préparées par un entrepreneur en novembre 2014 et selon les coûts de l'EEP, le coût du scénario d'exploration proposé est évalué à 16,2 millions CAD et le revenu susceptible d'être dégagé de la production aurifère s'élève à 7 millions CAD.

Activités Coût (millions CAD)
Restauration du site Sigma 1,3
Frais administratifs d'Integra
(personnel, équipement, énergie)
6,4
Coûts de l'entrepreneur 7,5
Transport et traitement 1,0
Total des coûts estimés 16,2
Total des revenus estimés 7,0

* Selon un prix de 1 175 USD par once AU et selon un taux de change (CAD/USD) de 1,14.

Advenant que la Société décide de mettre en œuvre le scénario d'exploration souterraine de la zone Parallèle propose précédemment avant de commencer le développement du projet, environ 13,5 millions CAD pourraient être soustraient du capital pré-production indiqué dans l'EEP, dans la mesure où la même infrastructure pourra être réutilisée aux fins de la production.

Personnes qualifiées

Le Projet Lamaque est directement supervisé par Hervé Thiboutot, ingénieur et premier vice-président de la Société, et François Chabot, ingénieur et directeur des opérations et de l'ingénierie de la Société. M. Thiboutot et M. Chabot sont tous deux des personnes qualifiées (" PQ ") au sens du Norme canadienne NI 43-101.

En outre, toutes les personnes énumérées ci-dessous sont des personnes qualifiées indépendantes aux fins de la Norme canadienne NI 43-101. Toutes les informations scientifiques et techniques contenues dans le présent communiqué à l'égard du Projet Lamaque ou de l'EEP sont basées sur des informations établies ou supervisées par ces personnes.

Pour InnovExplo Inc., Sylvie Poirier, ingénieure (exploitation minière) et Laurent Roy, ingénieur (exploitation minière); pour Geologica, Alain-Jean Beauregard, géoscientifique professionnel (géologie) et Daniel Gaudreault, ingénieur (géologie); pour GeoPointcom, Christian D'Amours, géologue (ressources); pour Amec Foster Wheeler Environment and Infrastructure, Stéphan Bergeron, géologue, maîtrise en génie (environnement); pour WSP Canada Inc., Marianne Utiger, ingénieure (métallurgie); et pour Micon, Tania Ilieva (histoire).

Les PQ de la Société ont également passé en revue et approuvé le contenu scientifique et technique du présent communiqué.

Assurance de la qualité - Contrôle de la qualité (" AQ/CQ ")

Des protocoles stricts d'AQ/CQ sont suivis dans le cadre du Projet Lamaque, et notamment l'insertion de jeux d'échantillons doubles, blancs et standards dans l'ensemble des sondages. Les échantillons de carotte sont soumis directement à ALS Laboratory Group et Bourlamaque Labs à Val-d'Or pour préparation et analyse. Les analyses sont réalisées sur des aliquotes d'évaluation de 1 tonne. L'analyse de l'or est effectuée en employant une méthode d'évaluation par pyroanalyse avec finition par absorption atomique, et avec finition gravimétrique pour les échantillons dont la teneur excède 5 g/t d'or, ou par tamisage métallique des échantillons contenant visiblement de l'or. Lorsque disponibles, les résultats des évaluations gravimétriques ou par tamisage métallique ont été utilisés pour l'indication des intervalles de composites.

D'autres informations au sujet de l'estimation des ressources minérales et de l'EEP mentionnées dans le présent communiqué feront l'objet d'un rapport technique relatif au projet, y compris des commentaires sur l'analyse des données, qui sera publié sur SEDAR dans les 45 jours qui suivront la diffusion du présent communiqué.

AU NOM DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

Stephen de Jong
Président et chef de la direction

Ni la Bourse de croissance TSX, ni son fournisseur de services de règlementation (tel que ce terme est défini dans les politiques de la Bourse de croissance TSX), n'assument de responsabilité quant à la pertinence ou à l'exactitude du présent communiqué de presse.

Mise en garde concernant les énoncés prospectifs :
Aucune bourse, commission de valeurs mobilières ou autre autorité réglementaire n'a approuvé ni désapprouvé les informations contenues dans le présent communiqué. Le présent communiqué contient des " énoncés prospectifs " concernant le futur rendement financier ou opérationnel d'Integra Gold Corp. (" Integra " ou la " Société "), ainsi que d'autres énoncés qui expriment les attentes ou les estimations de la direction au sujet de développements, de circonstances ou de résultats futur(e)s. En règle générale, les informations prospectives peuvent être identifiées par l'utilisation de termes prospectifs tels que " chercher ", " croire ", " anticiper ", " planifier ", " continuer ", " établir un budget ", " prévoir ", " estimer ", " s'attendre à ", " avoir l'intention de ", " projeter ", " prédire ", " proposer ", " potentiel ", " objectif " et des variations de tels mots et expressions , ou par des déclarations en vertu desquelles certains actes, événements ou résultats " peuvent ", "pourraient ", " devraient " ou " devront " " être pris ", " se produire " ou " être atteints ". Les énoncés prospectifs inclus dans cette présentation comprennent des énoncés relatifs au scénario d'exploitation proposé pour le Projet Lamaque, ce qui comprend les informations concernant les résultats économiques envisagés du Projet Lamaque (y compris les taux de rendement, la période de récupération et la VAN du Projet Lamaque ), l'estimation des dépenses en capital et des autres coûts de développement du site, les valeurs d'or attendues pendant la durée du projet, les taux de développement et de production, la minéralisation et les ressources minérales potentielles, les informations relatives à l'infrastructure de soutien, la durée de vie potentielle de la mine, les taux d'emploi et les effets des mesures prises pour atténuer les impacts locaux et les dates d'achèvement prévues d'exploration et de forage, les résultats d'exploration, les dépenses estimées et futures d'exploration et d'administration, l'achèvement d'une étude de faisabilité et les plans et objectifs futurs d'Integra. Bien que l'ensemble des énoncés prospectifs implique des risques et incertitudes, ces énoncés sont fondés sur certaines hypothèses que la direction d'Integra estime raisonnables, ce qui comprend sa capacité à obtenir un financement à des conditions raisonnables, la précision matérielle avérée de l'EEP, la possibilité d'effectuer son développement actuel et ses autres objectifs, le déroulement tel que planifié de son développement, de son exploration et de ses autres activités, la conformité telle que prévue de ses procédures relatives aux communautés et à l'impact environnemental, l'absence d'évolution défavorable de la conjoncture économique générale, l'exemption de tout accident significatif pouvant affecter Integra, l'évitement de tout conflit professionnel ou panne ou pénurie d'équipement et l'obtention en temps opportun et à des conditions acceptables de l'ensemble des approbations gouvernementales nécessaires à son exploration planifiée et à ses activités de développement potentielles. Il ne peut être assuré que les énoncés prospectifs se révéleront exacts et les résultats réels et les événements futurs pourraient différer considérablement de ceux anticipés dans de tels énoncés. Les facteurs importants qui pourraient amener les résultats réels à différer considérablement des attentes d'Integra comprennent, mais sans s'y limiter, la différence entre les résultats réels des activités de développement et ceux anticipés par Integra, les changements dans les paramètres du projet liés à la poursuite de l'affinement de celui-ci, les changements dans les ressources minérales estimées, les prix futurs des métaux, l'augmentation des coûts de la main-d'œuvre, de l'équipement ou des matériaux, la disponibilité des équipements, l'incapacité des équipements à fonctionner conformément aux prévisions, les accidents, les effets des conditions météorologiques et d'autres phénomènes naturels, les risques liés aux relations communautaires et aux activités des parties prenantes et les retards dans l'obtention des approbations gouvernementales ou du financement. Bien qu'Integra ait tenté d'identifier les facteurs importants qui pourraient amener les résultats réels à différer de manière considérable, il pourrait exister d'autres facteurs en vertu desquels les résultats ne seraient pas ceux attendus, estimés ou prévus. Il ne peut être assuré que de tels énoncés se révéleront exacts, étant donné que les résultats réels et les événements futurs pourraient différer considérablement de ceux anticipés dans de tels énoncés. Par conséquent, le lecteur ne doit pas se fier indûment aux énoncés prospectifs. Integra n'a pas l'intention, et décline expressément toute intention ou obligation, de mettre à jour ou de réviser les énoncés prospectifs, en raison de nouvelles informations, d'événements futurs ou d'autres motifs, sauf si exigé par la loi.

Renseignements