Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

07 juil. 2005 14h30 HE

IPFPC : L'augmentation des contributions au régime de pension à la veille de la contestation devant les tribunaux-'Tout un affront', disent les syndicats fédéraux

OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 7 juillet 2005) - Les syndicats fédéraux sont outrés que le gouvernement se soit accaparé l'argent des pensions. Ils ont fait front commun pour dénoncer les changements unilatéraux aux différents régimes de pension de la fonction publique qui incluent une augmentation de 0,3 % par année des contributions pour les huit prochaines années.

"Le gouvernement a accaparé le surplus du régime de pension pour financer les départs anticipés et la réduction de la dette; un tel geste serait tout à fait contraire aux autres lois au Canada. De plus, au cours des années 90, le gouvernement a cessé de verser sa part des cotisations mais les employés de la fonction publique ont dû continuer à verser la leur. Maintenant, il prétend que la part des employés est insuffisante et qu'ils devront contribuer davantage. Il y a quelque chose de fondamentalement inadmissible dans cette décision qui s'attaque au coeur même du système des valeurs auquel croient tous les Canadiens. C'est un bien piètre exemple des efforts de modernisation du gouvernement où la transparence et l'équité sont à la base même de ces initiatives," a déclaré Michèle Demers, Présidente de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada.

"Le gouvernement agit prématurément, précise Jérôme Turcq, vice-président exécutif régional - Québec, de l'Alliance de la fonction publique du Canada. L'évaluation actuarielle du régime n'est même pas à jour et, qui plus est, on n'a pas encore réglé la question de la coordination des prestations entre le régime de pension de la fonction publique et le Régime de pension du Canada ou le Régime des rentes du Québec. C'est tout à fait inacceptable et rien n'explique la précipitation d'agir aujourd'hui, si ce n'est que la cupidité du gouvernement", a ajouté Turcq.

Les syndicats fédéraux sont grandement préoccupés du choix du moment pour cette annonce, moment qui n'est pas dans le meilleur intérêt des employés. Ils se sont engagés dans une bataille juridique contre le gouvernement en 1999 au sujet du détournement des fonds du surplus du compte de pension. La Cour supérieure de l'Ontario doit entendre la cause à compter du 15 novembre prochain.

"Si le gouvernement n'avait pas pris le surplus de 30 milliards de dollars du compte de pension, il ne serait pas nécessaire d'accroître les contributions des employés aujourd'hui", a indiqué Paul Morse, coprésident de la partie syndicale du Conseil national mixte et gérant d'affaires de la section locale 2228 de la Fraternité internationale des ouvriers en électricité. "Le moment choisi est extrêmement mauvais alors que le régime affiche un surplus de sept milliards de dollars et que les cotisants et les pensionnés lancent une poursuite en justice qui sera entendue en novembre. Nous avons consacré six ans à préparer la cause du siècle. Le Conseil du Trésor ajoute l'insulte à l'injure en nous annonçant qu'on va payer, qu'importe le résultat de la cause devant la Cour."

Pour le Syndicat des agents correctionnels du Canada, la nouvelle survient au moment où il revendique une bonification du régime de pension, qui, tel qu'il est aujourd'hui pénalise les 6 000 agents correctionnels qui effectuent un travail qui comporte de grands risques personnels. "Toutes proportions gardées, nous sommes déjà le groupe d'employés fédéraux qui contribue le plus à notre pension et auquel le gouvernement contribue le moins, fait remarquer Sylvain Martel, Président national de l'UCCO-SACC-CSN. Le gouvernement a déjà volé notre surplus et il vient maintenant en chercher davantage."

Dix-sept syndicats fédéraux représentent 190 000 employés de la fonction publique. Ce sont : l'Alliance de la fonction publique du Canada, l'Association canadienne des agents financiers, l'Association canadienne des employés professionnels, l'Association canadienne du contrôle du trafic aérien - TCA section locale 5454, l'Association des chefs d'équipes des chantiers maritimes du gouvernement fédéral, l'Association des employés du Conseil de recherches, l'Association des pilotes fédéraux du Canada, l'Association des professeurs des collèges militaires canadiens, l'Association professionnelle des agents du service extérieur, le Conseil des métiers et du travail des chantiers maritimes du gouvernement fédéral (est), le Conseil des métiers et du travail des chantiers maritimes du gouvernement fédéral (ouest), la Fraternité internationale des ouvriers en électricité - section locale 2228, la Guilde de la marine marchande du Canada, l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada, les Officiers de Communications Maritimes de la Garde Côtière - TCA_Canada section locale 2182, le Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier - Local 588-G, le Syndicat des agents correctionnels du Canada - CSN.


Renseignements

  • Institut professionnel de la fonction publique du Canada
    Francine Pressault
    Information des médias
    (613) 228-6310, poste 2228