Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

18 nov. 2008 11h02 HE

IPFPC : Le Canada est-il devenu un abri fiscal pour les grandes entreprises ? Les professionnels de l'ARC manifestent à Calgary

CALGARY, ALBERTA--(Marketwire - 18 nov. 2008) - Les employés professionnels au service de l'Agence du revenu du Canada (ARC) et représentés par l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (Institut) se rassembleront à l'immeuble Harry Hayes au 220 de la 4th Avenue S.E. à Calgary, à midi le mardi 18 novembre (côté nord, derrière l'édifice). Après quinze mois de négociation stérile, ces employés veulent dénoncer l'inertie de leur employeur à la table des négociations qui a entraîné de graves problèmes de recrutement partout au Canada, et tout particulièrement en Alberta.

Le gouvernement du Canada fait face à une crise de recrutement et de maintien en poste avec le départ à la retraite des baby boomers et le marché de l'emploi exigeant de l'Alberta. A l'ARC, la pénurie de vérificateurs fédéraux est critique et a entraîné une perte substantielle de revenu pour les coffres du gouvernement canadien. En fait, en raison de la pénurie de vérificateurs, les grandes entreprises prospères ne sont pas vérifiées comme elles devraient l'être et par conséquent, les citoyens canadiens doivent payer plus que leur part d'impôts.

"Les Canadiens sont conscients que le gouvernement canadien est confronté à une baisse de financement, mais la plupart d'entre eux ne savent pas que leur gouvernement n'assume pas sa responsabilité de veiller à ce que les grandes entreprises paient leur juste part d'impôts" signale la Présidente de l'Institut Michèle Demers. En n'imposant pas correctement les grandes entreprises, notre fardeau fiscal individuel s'en trouve alourdi. C'est inacceptable. Les Canadiens devraient être outrés par cette situation. Plus l'employeur met de temps à conclure les négociations, plus l'on retarde le recrutement de nouveaux vérificateurs qui ont affaire aux entreprises les plus grandes et les plus rentables au Canada, et moins l'on perçoit d'impôts de celles-ci."

La négociation de conventions collectives serait un pas important vers l'amélioration du recrutement de fiscalistes professionnels. Les professionnels jeunes et d'expérience ne sont pas intéressés par des carrières à l'ARC, car les salaires ne sont pas concurrentiels avec ceux du secteur privé. Si les salaires étaient compétitifs, cela permettrait de régler une bonne partie des problèmes de recrutement et de mener les vérifications d'une manière adéquate.

Les deux parties seront en médiation les 18, 19 et 20 novembre. Le nouveau ministre du Revenu national, Jean-Pierre Blackburn, et M. Harper seraient bien avisés de demander à leur équipe de négociation de commencer à négocier sérieusement.

Les manifestations se dérouleront aux bureaux de l'ARC partout au Canada, de St.John's à Victoria.

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada représente 55 000 professionnels et scientifiques.

Renseignements

  • Chantal Lecours
    613-228-6310, poste 2229
    613-864-4368 (cell)