Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

08 juil. 2008 11h11 HE

IPFPC : Un employé se fait congédier et enlever sa cote de sécurité à cause d'une négligence grossière d'un haut gestionnaire de l'ACIA

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 8 juillet 2008) - Un employé de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) s'est fait congédié et s'est fait revoquer sa cote de fiabilité (de sécurité) à cause d'une négligence grossière d'un haut gestionnaire de l'ACIA.

La direction de l'ACIA avait permis la numérisation d'un document provenant du Conseil du Trésor concernant des nouvelles méthodes d'inspection des aliments et une délégation d'autorité en matière d'inspection, à l'industrie. Ceci est proposé dans le cadre de la revue stratégique des programmes qui vise à forcer les ministères et agences à récupérer 5% de leurs budgets d'exploitation. Ce document mal identifié quant à son caractère confidentiel avait été sauvegardé sur le disque partagé du réseau informatique de l'Agence, de sorte qu'il était disponible à tout employé.

Un employé, ayant pris connaissance du document l'a fait parvenir à son syndicat demandant avis et conseils quant à son impact sur les membres de l'Institut à l'ACIA et sur la santé et sécurité des Canadiens. Le 4 juillet 2008, il s'est fait congédier et l'Agence lui a enlevé sa cote de fiabilité. Ce professionnel, père de deux enfants, se voit ainsi privé de toute possibilité de poursuivre sa carrière de scientifique dans la Fonction publique après 20 ans de service.

Cet employé, détenteur d'une maîtrise en administration publique ainsi que d'un baccalauréat en science et jouissant d'un dossier personnel sans taches, tant au niveau professionnel que syndical, devient alors le bouc émissaire non seulement de l'Agence mais aussi du Conseil privé et ce, comme conséquence de la maladresse du haut gestionnaire de l'ACIA.

Il est honteux que le silence règne sur le fait que l'Agence ait violé ses propres règles dans la façon qu'elle a manipulé un document qui, selon elle, se devait hautement confidentiel.

"La raison apparente de la réaction démesurée de l'Agence, est sans aucun doute la crainte que le public réagisse mal aux importants changements proposés par l'ACIA dans les méthodes et les processus d'inspection d'aliments et d'étiquettage des produits. Ces changements amplifient la gestion par le risque, et le risque est à la santé des citoyens. Tout cela pour couper les budgets d'exploitation! Jusqu'où ira la paranoïa et le besoin de contrôle sans bornes de ce gouvernement conservateur et pourquoi ce père de famille, ce professionnel chevronné, doit-il faire les frais de la négligence grossière de l'Agence," de dire Michèle Demers, la présidente de l'Institut professionnel.

L'Institut professionnel va entreprendre toutes les démarches à sa disposition pour représenter le membre lésé et lui redonner son emploi et sa dignité.

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada est un syndicat national représentant 55 000 professionnels et scientifiques, dont 1800 à l'Agence canadienne d'inspection des aliments.

Renseignements

  • Institut professionnel de la fonction publique du Canada
    Francine Pressault
    Agente des relations médias et gouvernementales
    613 228-6310, poste 2228