Les Mines J.A.G. Ltée
TSX CROISSANCE : JML

Les Mines J.A.G. Ltée

31 août 2010 15h32 HE

JAG complète la quatrième année de son programme de recherche de pétrole et de gaz sur sa propriété Témiscouata et obtient des résultats prometteurs

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 31 août 2010) - Les Mines J.A.G. Ltée («JAG») (TSX CROISSANCE:JML) et Olitra Inc. annoncent qu'elles ont complété la quatrième année du programme de recherche de pétrole et de gaz sur la propriété Témiscouata et qu'au cours de celle-ci, elles ont réalisé, tel que prévu, un levé d'analyse des composantes du gaz naturel présent dans les sols («soil gas survey»), des levés radiométrique, gravimétrique et de conductivité électrique ainsi que des analyses Rock Eval et des analyses géochimiques sur des roches sédimentaires de la propriété. Tous les travaux ont été menés dans la partie est de la propriété, dans des secteurs qui n'avaient pas été couverts aux cours des années précédentes. Seuls les résultats des levés gravimétriques et de conductivité électrique n'ont pas encore été publiés à ce jour, mais ils devraient l'être sous peu.

Depuis la fin 2006, JAG est active en exploration de pétrole et de gaz dans la région du lac Témiscouata, où elle détient neuf permis de recherche couvrant une superficie totale de 193 587 hectares. JAG a élaboré un programme complet d'exploration en deux phases qui peut être consulté sur le site SEDAR. Au cours de la première phase de ce programme, la Société cherche à déterminer, par une approche multidisciplinaire combinant la géologie, la géophysique, et la géochimie de surface, si les conditions géologiques générales ont rendu possible la présence et l'accumulation d'hydrocarbures sur la propriété. L'approche retenue par JAG devrait permettre de préciser le potentiel général de la propriété et de mieux cibler les zones d'intérêt en vue de la deuxième phase de son programme d'exploration, alors qu'elle cherchera à définir, à l'aide de moyens plus conventionnels, des structures ou des anomalies stratigraphiques pouvant receler des accumulations d'hydrocarbures.

Les résultats prometteurs des deux premiers levés d'analyse des composantes du gaz naturel présent dans les sols («soil gas survey»), menés par JAG en 2008 et en 2009, ont incité la Société à poursuivre l'utilisation de cette technique d'exploration. Ainsi, la Société a effectué un troisième levé dans la partie est de la propriété (permis PG2006-851, 852 et 853), au cours duquel ont été recueillis, le long d'une vingtaine de sections de longueur et d'orientation variables, 620 échantillons de gaz, prélevés dans la zone sous-saturée en eau du sol et analysés pour leur contenu en méthane, éthane, propane et butane. Ce levé a permis d'identifier de nouvelles zones riches en gaz naturel dans les sols de la ZEC Owen et à sa périphérie. Dans ce secteur, les concentrations atteignent plus de 1 000 ppb d'éthane pour 32 échantillons et plus de 50 000 ppb de méthane pour 34 échantillons. La concentration la plus élevée en éthane s'élève à 17 713 ppb et celle en méthane à plus de 1 017 861 ppb, les zones les plus intéressantes étant situées dans les secteurs des lacs Ango et Asselin. La répartition spatiale des anomalies de gaz semble contrôlée par des structures tardives, puisque celles-ci sont préférentiellement situées dans des dépressions topographiques d'orientation NO-SE perpendiculaires au grain tectonique régional.

Les rapports [méthane / (éthane + propane)] des échantillons de gaz prélevés dans les sols suggèrent que les hydrocarbures présents dans les sols sont d'origine thermogénique. Bien que la maturation thermique de la matière organique contenue dans les roches sédimentaires de cette partie des Appalaches soit relativement élevée, les rapports [méthane / (éthane + propane)] suggèrent de plus la présence de deux sources pour ces hydrocarbures : une source à condensats pour les échantillons provenant des parties sud et centre de la ZEC Owen et une source à gaz naturel pour les échantillons prélevés dans la partie nord de la ZEC.

La Société a aussi réalisé un levé radiométrique régional dans la ZEC Owen (%K, eTh et eU). Comme dans la partie est de la propriété, certaines des anomalies radiométriques identifiées se superposent localement aux anomalies de gaz naturel présent dans les sols et montrent des enrichissements en U et en K, qui ont pu être provoquées par des suintements d'hydrocarbures dans les sols.

Des faciès de calcaires récifaux à stromatopores, localement dolomitisés, faisant vraisemblablement partie du Groupe de Chaleurs, ont été identifiés et échantillonnés dans la ZEC Owen. Ces calcaires sont possiblement associés à la barrière récifale qui aurait bordé la marge du plateau continental à la fin du Silurien. Un tel complexe pourrait possiblement représenter un piège pour d'éventuels hydrocarbures.

Les résultats obtenus jusqu'à présent suggèrent le modèle suivant : (1) la source potentielle, mais non encore identifiée, du gaz naturel détecté dans les sols de la propriété Témiscouata pourrait avoir été localisée dans des roches ordoviciennes enfouies, (2) la barrière récifale, représentée par les calcaires fossilifères siluriens du Groupe de Chaleurs, a pu constituer un piège pour les hydrocarbures migrant des roches ordoviciennes vers la surface et (3) ce piège possible aurait été chevauché par les roches dévoniennes de la Formation de Témiscouata, largement constituée de shales et de mudstones imperméables, au travers desquels ont vraisemblablement migré, le long de fractures tardives, les microsuintements d'hydrocarbures détectés dans les sols de la propriété.

Au cours de la quatrième année de son programme d'exploration, la Société a investi près de 390 000 $ supplémentaires, portant le total de ses investissements sur la propriété Témiscouata à 1 M $. Rappelons que la propriété Témiscouata est située dans la partie sud-ouest du bassin de la Gaspésie, que la région demeure relativement inexplorée pour les hydrocarbures et que l'état des connaissances y est encore moindre que dans le reste du bassin. Néanmoins, les résultats prometteurs obtenus jusqu'à présent motivent la Société à poursuivre son programme d'exploration.

La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n'assument aucune responsabilité quant à la pertinence ou à l'exactitude du présent communiqué.»

Renseignements