Jeune Chambre de Commerce de Montréal

Jeune Chambre de Commerce de Montréal

12 mars 2007 10h06 HE

JCCM : Pour une société québécoise plus responsable

La JCCM réitère ses recommandations dans le cadre de la campagne électorale

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 12 mars 2007) - Dans le cadre de la campagne électorale provinciale, la Jeune Chambre de commerce de Montréal transmet ses prises de position sur les sujets qui préoccupent ses membres, c'est-à-dire le développement durable, l'éducation, la conciliation travail-famille, la santé et l'immigration.

"La JCCM souhaite que les partis politiques traitent ces questions afin que ses membres, des leaders d'aujourd'hui et de demain, puissent se prononcer de façon éclairée le 26 mars prochain et ainsi, faire augmenter le taux de participation à ce scrutin." a souligné France-Eliane Nolet, présidente de la JCCM.

1. Le défi du développement durable

Les changements climatiques

Parce que la lutte active aux émissions de gaz à effet de serre (GES) permettra non seulement de maintenir un milieu de vie plus sain au Québec, mais également stimulera le développement d'une économie respectueuse de l'environnement, plus compétitive et plus performante, la JCCM demande au prochain gouvernement d'investir massivement dans la réduction des émissions de GES.

En ce qui concerne le secteur industriel, la JCCM suggère notamment de stimuler le financement de la recherche et développement en technologies "propres" et d'appuyer la commercialisation des nouvelles technologies novatrices, par l'entremise d'un fonds d'investissement durable et de partenariats entre les secteurs publics et privés. De plus, la JCCM encourage fortement le prochain gouvernement à réglementer davantage l'efficacité énergétique des bâtiments et d'offrir des incitatifs fiscaux selon l'atteinte de standards supérieurs d'économie d'énergie.

En ce qui concerne le domaine du transport, la JCCM recommande, entre autres, d'allouer davantage de financement au transport collectif et d'établir un système de tarification routière pour l'ensemble des véhicules et ce, afin de sensibiliser les utilisateurs aux coûts reliés au transport, qu'il s'agisse de coûts directs ou indirects, en ce qui a trait aux infrastructures, à la santé ou à l'environnement.

La responsabilité sociale des entreprises

Parce que la confiance de la population à l'égard des entreprises prend une importance accrue au Québec, compte tenu de son modèle économique socio-démocrate basé sur la concertation, la JCCM estime que le prochain gouvernement, nos entreprises, leurs dirigeants et les employés, investisseurs et consommateurs doivent adopter un comportement socialement responsable par la mise en place d'un processus de création de richesse respectant un souci d'avancement social et environnemental.

En ce sens, la JCCM recommande au prochain gouvernement d'augmenter les ressources financières et le pouvoir d'intervention des organismes de réglementation financière et environnementale, afin d'assurer une meilleure application de la réglementation actuelle et future. Aussi, cette dernière demande d'encourager les entreprises à mieux communiquer les risques associés à leur performance sociale et environnementale, en fournissant des directives plus claires et en octroyant des déductions fiscales récompensant la production de ces bilans.

2. Investir dans l'éducation

Parce que le Québec ne peut se permettre de priver ses institutions post secondaires des ressources dont elles ont besoin, afin d'offrir aux étudiants une qualité optimale d'enseignement supérieur, la JCCM favorise l'adoption d'une mesure visant l'augmentation graduelle des frais de scolarité pour atteindre la moyenne canadienne ainsi qu'une indexation annuelle en fonction de l'indice des prix à la consommation, sans pour autant que le gouvernement ne réduise sa propre part de financement. Afin d'assurer l'accessibilité aux études post secondaires, la JCCM demande une révision des programmes de prêts et bourses en fonction d'une telle augmentation ainsi que l'implantation d'un programme de remboursement proportionnel par rapport au revenu.

Enfin, la JCCM considère que les entreprises doivent participer plus activement au financement de l'éducation post secondaire afin d'assurer la pérennité du système d'éducation québécois.

3. Conciliation travail-famille : un sujet qui continue de préoccuper les jeunes professionnels

Parce que le Québec fait face à un faible taux de natalité et que les jeunes peinent à conjuguer vie familiale et professionnelle, la JCCM estime que le gouvernement doit favoriser une meilleure gestion du temps par le biais de mesures permettant aux parents d'enfants de 0 à 12 ans de réduire leur charge de travail de 20%, en plus de faciliter le recours à différentes mesures assurant une plus grande flexibilité dans l'aménagement des horaires de travail telles que le télétravail et les banques d'heures. La JCCM a vu d'un bon oil la signature de l'Entente Canada-Québec sur le régime québécois d'assurance parentale, mais elle maintient que les partis politiques doivent accorder une grande priorité à la conciliation travail-famille.

De plus, la JCCM considère que les familles doivent être soutenues au quotidien. Pour ce faire, elle suggère de créer un guichet unique qui simplifiera l'accès aux mesures de conciliation travail-famille, de repenser les services de garde et d'instaurer des mesures incitatives à la mise sur pied de garderies en milieu de travail. Finalement, elle demande au prochain gouvernement de soutenir les entreprises afin qu'elles soient en mesure d'offrir des conditions compétitives, permettant l'accès à des outils adaptés à la réalité du secteur d'activité respectif des jeunes parents.

4. Une vision pour notre système de santé

Parce que le vieillissement de la population et l'augmentation des coûts en matière de santé risquent de mener le système actuel vers une impasse financière, la JCCM croit que le prochain gouvernement devra continuer d'augmenter les dépenses en matière de santé. Par ailleurs, elle maintient sa position favorable à la création d'une caisse santé pour faire face aux besoins futurs de la clientèle du réseau.

La JCCM se préoccupe également des listes d'attentes et de la qualité des soins de santé promulgués. Ainsi, elle demande au prochain gouvernement d'envisager la mise en place de diverses mesures, telles que la garantie d'accès à certains services médicaux (chirurgies de la hanche, du genou et pour les cataractes, par exemple), de nouveaux partenariats publics-privés (PPP) et de programmes de nature préventive.

5. Pour une politique d'immigration plus attrayante

Parce que le faible taux de natalité ainsi que la population vieillissante exercent une pression de plus en plus importante sur la capacité de développement économique de Montréal et du Québec, la JCCM est d'avis que l'immigration constitue une avenue privilégiée afin d'assurer la disponibilité d'une main-d'oeuvre qualifiée et diversifiée. Elle recommande ainsi au prochain gouvernement d'accélérer la mise en oeuvre d'une politique d'immigration offrant des conditions susceptibles de favoriser et de faciliter la venue de ces travailleurs supplémentaires, surtout si le Québec veut se tailler une position privilégiée parmi les terres d'accueil potentielles.

Pour réussir ce pari, la JCCM estime, finalement, qu'il convient de mettre en oeuvre une politique qui puisse séduire les immigrants potentiels, tout en favorisant et en facilitant leur intégration sur le marché du travail. Plus particulièrement, elle demande une révision systématique de la reconnaissance des diplômes, de même qu'un accès simplifié aux ordres professionnels.

La Jeune Chambre de commerce de Montréal (JCCM) est un regroupement de jeunes cadres, professionnels, entrepreneurs et travailleurs autonomes âgés entre 18 et 40 ans. Fondée en 1931, elle comporte aujourd'hui près de 1 400 membres, ce qui en fait le plus grand réseau de jeunes gens d'affaires en Amérique du Nord. Il s'agit d'un lieu d'échange incontournable pour les jeunes professionnels, non seulement de la Grande région de Montréal, mais également de partout au Québec, qui permet à ces derniers de prendre part activement aux débats et d'avoir un impact sur l'avenir de notre société.

Renseignements

  • Jeune Chambre de commerce de Montréal
    Marie-Eve Gagnon, chargée de communication
    514-845-4951, poste 24
    megagnon@jccm.org