Jobboom

Jobboom

17 avr. 2007 06h45 HE

Jobboom : Trois fois plus d'emplois qu'il y a cinq ans

Bilan de la formation et du marché du travail en jeu électronique

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 17 avril 2007) - Depuis que de nombreux éditeurs de jeux électroniques se sont installés au Québec, les jeunes mordus du gaming ont l'occasion de transformer leur passe-temps en carrière passionnante. Tous les talents - dessin, conception sonore, programmation, gestion et bien d'autres - sont les bienvenus dans cette industrie en croissance. Les vocations les plus rares, comme la conception de jeu, sont particulièrement recherchées.

Le plus récent guide pratique des Editions Jobboom, Les carrières du jeu électronique, présente une vingtaine de professions sous toutes leurs coutures. De l'animatrice 3D au producteur exécutif en passant par le directeur technique et l'intégrateur multimédia, des professionnels du jeu électronique expliquent leurs tâches, leurs responsabilités, leurs motivations au travail et leur parcours scolaire. Ils donnent aussi de précieux conseils aux jeunes qui désirent se lancer dans l'arène à leur tour.

Quelques données intéressantes :

- Au Québec, on compte aujourd'hui de 4 000 à 4 500 emplois dans l'industrie du jeu électronique. La croissance devrait se poursuivre de façon importante au cours des prochaines années.

- Plusieurs jeux populaires, comme Monsters Inc. d'Artificial Mind and Movement ou encore Splinter Cell d'Ubisoft, ont été créés au Québec.

- La nouvelle génération de consoles peut traiter en moyenne 40 fois plus d'information à la seconde que celle lancée il y a cinq ans. Les entreprises du secteur cherchent donc à créer des jeux plus rapides et d'aspect plus réalistes. Pour y arriver, elles ont besoin, entre autres, de programmeurs au fait des derniers développements en matière d'intelligence artificielle et d'artistes talentueux pouvant générer des images 3D avec un haut niveau de détail et de réalisme.

- Ubisoft a récemment dévoilé un plan de développement de 451 millions de dollars sur 6 ans. En vertu de ce plan, les effectifs québécois de l'entreprise passeront de 1 600 à 3 000 personnes d'ici à 2013.

- Le fabricant de jeux pour téléphones cellulaires Gameloft a doublé sa main-d'ouvre en un an et prévoit embaucher une centaine de personnes à lui seul au cours des prochaines années.

- De plus petites entreprises sont aussi en recrutement actif : on pense notamment à Frima Studio, installée à Québec, qui compte passer de 30 à 60 employés d'ici à 2008.

- La conception d'un seul jeu électronique peut mobiliser de 50 à 200 personnes pendant une à deux années.

- Plus les jeux électroniques se complexifient, plus les travailleurs de l'industrie doivent être scolarisés. Nous avons répertorié au-delà de 70 programmes de formation susceptibles de mener à un emploi dans l'industrie.

- Jusqu'à tout récemment, il n'existait pas de formation pour certaines professions, comme celle de concepteur de jeux. Le campus Ubisoft, créé à Montréal en 2005 en partenariat avec des établissements d'enseignement québécois, vise à combler ce genre de lacunes.

- Les employeurs cherchent des employés diplômés mais aussi outillés sur le plan des qualités personnelles. Les travailleurs créatifs qui savent travailler en équipe et gérer la pression sont particulièrement recherchés dans le milieu. Il est aussi très important de savoir s'adapter aux exigences du patron, car les personnages que l'on dessine ou que l'on anime ont souvent été imaginés par quelqu'un d'autre.

Pour en savoir plus, procurez-vous le guide Les carrières du jeu électronique.

Offert en librairie au coût de 12,95 $ + tx ou sur www.jobboom.com/editions au coût de 10,36 $ + tx.

Jobboom, membre du réseau Canoë, est une filiale de Canoë inc. et de Quebecor Média.

Renseignements